Cursed, T. 1 : la rebelle

Cursed, T. 1 : la rebelle
Frank Miller, Thomas Wheeler
Gallimard, 2019

Scenario versus roman

Par Anne-Marie Mercier

Un univers médiéval où la violence règne, un peuple qui pratique une magie en lien avec les éléments naturels, persécuté et menacé d’anéantissement par un ordre religieux fanatique, une fille de prêtresse, issue de ce peuple, qui va le sauver, grâce entre autres à une épée de légende… On a de nombreux ingrédients de fantasy,  relevés par le fait que les noms d’Arthur, Merlin, Gauvain, etc. évoquent la légende arthurienne.
Mais les personnages qui portent ces noms ont peu (quasi rien) à voir avec l’histoire mythique ancienne, au point qu’on se demande si ce n’est pas un procédé purement accrocheur. Plus problématique encore, le récit est davantage un scenario qu’un roman : on lit une suite d’actions qui s’enchainent régulièrement ; en dehors de l’héroïne, les personnages ont peu de profondeur ; enfin, la crédibilité et la cohérence, même avec toutes les limites du genre, est faible.
On annonce que cette histoire sera bientôt visible sur Netflix, et c’est bien là que ce texte a sa place. Cela promet beaucoup d’action, de magie (donc d’effets spécieux) et de sang, pour les amateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *