Trilogie de la poussière, t. 2 : La Communauté des esprits

La Communauté des esprits
Philip Pullman
Traduction (anglais) de Jean Esch
Gallimard jeunesse, 2020

L’imaginaire comme une essence de rose

Par Anne-Marie Mercier

On retrouve dans ce volume, le deuxième de la nouvelle série intitulée « Trilogie de la poussière », l’art de la narration de Pullman, son univers riche, son style fluide, et tout cela parfaitement traduit. On retrouve aussi le personnage de Lyra et son dæmon Pantalaimon. On retrouvera aussi au cours du roman le héros du premier volume (La Belle Sauvage), Malcom. Mais la situation a bien changé : Lyra a 20 ans et Malcolm a une trentaine d’années. C’est la première étrangeté de ce roman : au lieu de filer tranquillement l’histoire antérieure (antépisode ou ou préquelle) qui montrait l’héroïne de la superbe trilogie de La Croisée des mondes (His dark materials) en bébé sauvé du déluge par un jeune garçon (Malcolm) et confiée enfin à Jordan college (où on la retrouvait dans la série suivante), Pullman fait le choix de passer par-dessus les trois tomes de la série précédente et de retrouver les héros bien plus tard, à l’âge adulte, et toujours à Jordan college : l’une comme étudiante et l’autre comme professeur.
L’effet intéressant de ce choix est qu’il multiplie les entrées à l’œuvre et fait un tri dans son lectorat : Autant La Belle sauvage, bien que sombre et parfois violent, pouvait s’adresser à des jeunes lecteurs par l’âge des personnages, la simplicité de l’intrigue, la poésie des lieux, autant ce tome s’adresse davantage à de grands adolescents et adultes et serait une lecture difficile pour les plus jeunes, par la complexité de l’intrigue, les ramifications diverses, la multiplication des lieux, la cruauté de certains passage (le viol, à peine suggéré dans La Belle sauvage est évoqué de façon beaucoup plus explicite) et… l’absence de Pantalaimon.
En effet, rien ne va plus entre Pantalaimon et Lyra et la rupture, amorcée à la fin de la trilogie précédente, est consommée par la fuite de Pan. Certes, il part en quête de l’imagination de Lyra, volée selon lui par certaines théories par trop rationalistes. De son côté, Lyra part à sa recherche, sans bien savoir où aller pour cela et tombe sur un mystérieux et dangereux trafic d’essence de rose, en Orient dans lequel trempe le Magisterium. La deuxième partie du livre se rapproche d’un roman d’espionnage à multiples rebondissements dans lequel Lyra, traquée doit fuir sans cesse.
L’atmosphère est sombre : l’histoire commence par un assassinat, suivi de plusieurs autres. L’asile de Jordan college n’existe plus face aux assauts du Magisterium et Lyra doit le fuir tandis que ses amis y sont menacés. Une tyrannie mondiale semble se mettre en place. Guerres, exodes, massacres de populations sans défense, afflux de réfugiés… le monde de Pullman rejoint bien souvent le nôtre et la part d’imaginaire se rétrécit. Mais l’aléthiomètre est toujours là pour nous faire un peu rêver et on espère que Lyra, dans un prochain épisode, retrouvera bientôt Pan et rompra ainsi sa solitude et son désespoir, et que son imagination volée lui reviendra pour lui rendre toute sa vitalité.

 

L’Ickabog

L’Ickabog
J.K. Rowling
Gallimard Jeunesse 2020

La petite fille dans les eaux boueuses du marécage…

Par Michel Driol

Cornucopia est un véritable royaume de Cocagne, dirigé par son roi Fred sans Effroi, si l’on omet les marécages du Nord où sévit l’Ickabog, un monstre légendaire auquel personne ne croit. Jusqu’au jour où un berger annonce au roi qu’il l’a vu. Afin d’accroitre sa popularité, le roi lance une désastreuse campagne militaire contre le monstre : désastreuse car elle révèle la lâcheté du roi et de ses deux amis, dont l’un tue, par manque de sang-froid, le chef de la garde. Comment cacher au roi et à la population cet épisode peu glorieux ?

Ecrit en parallèle de la saga Harry Potter, repris à l’occasion du confinement, L’Ickabog laissera peut-être un peu sur leur faim ceux dont l’horizon d’attente a été façonné par Harry Potter, sa complexité narrative, ses différents niveaux de lecture. On a affaire ici à un conte, assumé comme tel dans son énonciation : une conteuse s’adressant de façon directe à son public, dans une langue particulièrement simple. Comme toujours avec l’autrice qui maitrise le rythme, l’imaginaire, la progression narrative, les rebondissements,  le livre est un véritable page-turner que l’on lit d’une traite. Mais qu’on ne s’y trompe pas : ce conte parle de notre époque, des mensonges d’état, des fake-news, de la façon de tromper le peuple par la peur afin d’instaurer un pouvoir autoritaire et personnel. C’est bien de la naissance du fascisme qu’il est question ici, de la façon d’instaurer une dictature, du rôle de l’information et de son contrôle dans ces phénomènes. Comme tout conte, il a sa part de manichéisme : un roi sans envergure, préoccupé plus par son apparence que par le réel souci de l’Etat, deux amis caricaturaux, l’un par sa maigreur, l’autre par sa grosseur, qui vont prendre le pouvoir afin de s’enrichir, véritables esprit du mal, et les gens du peuple, plutôt caractérisés par la bonté, en particulier une fillette, Daisy, qui sera celle qui sauve le pays. Plus finement, cette « fracture » entre le bien et le mal n’est pas sociale : tous les nobles présents ne sont pas mauvais, et dans les gens du peuple, il y a aussi des arrivistes, des mouchards…

Autant que politique, la portée du récit est humaniste : il s’agit de mieux connaitre ceux que l’on prend pour des adversaires, de trouver le moyen de s’allier avec eux pour être plus fort dans un monde plus juste. Il y a là à la fois affaire de sensibilité et de lucidité, en particulier portée par Daisy, véritable héroïne du récit. Il y a là aussi toute une réflexion quasi métaphysique sur ce qu’est donner la vie, sur la façon dont une génération doit mourir pour que l’autre vive, sur les conditions dans lesquelles les premiers instants de la vie sont décisifs sur la façon de se comporter et de voir le monde.

Un récit dans lequel on trouvera l’univers parallèle et de l’autrice dans les noms des villes, des pâtisseries, afin de mieux faire réfléchir le lecteur, même jeune, sur  le monde dans lequel nous vivons.

Quand je suis toi & tu es moi

Quand je suis toi & tu es moi
Preston Norton
La Martinière jeunesse 2020

On a échangé nos corps

Par Michel Driol

Ezra Darvent est un garçon tourmenté, insomniaque, qui rêve d’inviter Imogen au bal de fin d’année. Fan de Johnny Depp, il anime une chaine Youtube parodique et très populaire, mais dont il ne parle pas à ses amis. A la suite d’une éclipse, le voilà qui change de corps avec  Wynonna, tout en gardant ses propres pensées. Ces changements de corps interviennent à intervalles plus ou moins réguliers, avec la crainte qu’ils ne soient définitifs. Vont-ils aider les deux adolescents, à l’aide du corps de l’autre, à régler leurs propres problèmes ?

Ce récit fantastique à la première personne pose la question du genre et de l’identité. Qui sommes-nous ? Comment se construisent nos relations avec les autres, amitié, amour, découverte de la sexualité. Au-delà de la découverte du corps étranger de l’autre auquel il faut bien s’habituer, le roman permet aussi de découvrir les fêlures secrètes, familiales, de ces deux adolescents, dans une petite ville américaine où tout semble lisse et bien réglé. La question du travestissement est aussi mise en abyme avec la comédie montée par la troupe de théâtre du lycée, La Nuit des rois.

Un récit original plein de rebondissements, de quiproquos pour aborder les questions de l’affirmation de soi, de la construction de l’identité et des relations entre garçons et filles.

Hunger Games : La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur

Hunger Games : La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur
Suzanne Collins
PKJ, 2020

« Cria Cuervos y te sacaràn los ojos » ;
ou : ceci n’est pas un livre pour la jeunesse

Par Anne-Marie Mercier

Mais à quoi sert la loi de juillet 49 ? elle interdit de « présenter sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, […] ou tous actes qualifiés crimes ou délits ou de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse ou à inspirer ou entretenir des préjugés ethniques ou sexistes ». Si ces deux défauts (sexisme ou racisme) sont épargnés au personnage principal de cette histoire, il accumule tous les autres, et même pire : assassinat, délation, hypocrisie, et trahison sont à ajouter au palmarès – il tuerait sa grand-mère bien aimée et prostituerait sa cousine s’il le fallait (je crois qu’il a fait  le deuxième, mais sans se salir les mains – l’auteur non plus ne se salit pas les mains par parenthèse, comprend qui veut, du moins au début du roman) .
Le jeune Coriolanus est a priori sympathique, comme tous les héros : orphelin, élevé par sa grand-mère (qu’il adore), et sa cousine (idem), il est mignon, très intelligent, volontaire, et il est certain d’avoir un grand destin, du fait de ses origines : il est le dernier descendant d’une lignée d’aristocrates de Panem, les Snow (tiens, ça rappelle Le Trône de fer). Panem vient de remporter la guerre contre les districts et d’établir les « jeux de la faim » pour rappeler cela aux vaincus. Tout le monde plus ou moins a entendu parler de cette dystopie et de ces jeux, je n’y reviendrai pas, et on sait que la lutte pour la vie y est terrible.
Coriolanus lutte aussi, non tant pour sa vie que pour sa place dans la société ; il est prêt à tout pour récupérer la place qui lui est due selon lui (tout en haut) sans en être tout à fait conscient ; toutes ses hésitations morales tournent vite court face à la nécessité, et se transforment en faux prétextes. Il est un vrai « salaud » au sens sartrien du terme (je suis allée jusqu’au bout du roman pour voir irait l’auteur (enfin, jusqu’où elle amènerait son personnage) et j’ai eu la réponse : très loin. Plus encore que tout cela, c’est la « banalité du mal » qu’il incarne qui est gênante.

D’où ma gêne et mon envie de ne pas recommander ce livre pour de jeunes lecteurs (ou lectrices) travaillés par l’identification, bien qu’il soit plein d’action et de retournements rapides, malin enfin. L’auteur est aussi habile : elle emporte son lecteur dans un jeu de faux-semblants, couverts de quelques voiles bien pensants où le bien et le mal deviennent flous jusqu’au dénouement et à la tombée des masques.
Pour de jeunes adultes, pourquoi pas, mais que fait la mention de la loi de 49 en page de garde ?

 

 

 

Elle s’appelait Camille

Elle s’appelait Camille
Lucie Galand
Didier Jeunesse, 2019

A la fin de cet été-là, je n’étais plus un enfant

Par Christine Moulin

Les premières pages laissent craindre qu’on ait affaire à ce qui, décidément, ne cesse de se déclarer comme un poncif en littérature jeunesse: les vacances imposées par les parents, qui s’annoncent désastreuses. Heureusement, tout s’arrange: Elle s’appelait Camille se révèle en fait un roman fantastique (puisqu’il y est question de fantômes) qui fait la part belle à l’analyse psychologique (puisqu’il s’agit en fait de la lourdeur d’une secrète culpabilité, mais aussi des relations tendues entre le narrateur, introverti et sensible, et son frère, « grande gueule » mais fragile). L’écriture sait créer le suspens avec, notamment, des chutes de chapitres qui n’ont rien de nouveau mais qui savent être aussi efficaces qu’une série américaine: « A ce moment-là, je suis véritablement qu’il se passait quelque chose, une certitude physique, urgente. J’ignorais, en revanche, à quel point cette lumière changerait ma vie. Plus rien ne serait comme avant. » (p.24). Finalement, le défaut qu’on pourrait trouver à ce roman, c’est qu’il laisse quelque peu le lecteur sur sa faim: on aurait aimé qu’il nous en raconte davantage. Il y a pire, comme reproche, non?

 

La Dernière Abeille

La Dernière Abeille
Bren Macdibble
Traduit (anglais) par Valérie Le Plouhinec
Hélium, 2020

 Les problématiques du monde d’après

Par  Chantal Magne-Ville

C’est une histoire teintée de science-fiction que celle de Pivoine, à peine dix ans, qui vit dans une cabane avec son papy et sa sœur, heureux malgré leur dénuement. Elle aspire à devenir « abeille » dans un monde où les abeilles ont disparu. Ce sont les jeunes enfants qui  pollinisent les arbres fruitiers, tâche difficile et dangereuse, mais rémunérée, réservée à ceux qui remplissent les critères de légèreté et de soin.

La mère de Pivoine partie travailler chez les Urbains, les « Urbs », a laissé ses filles et son vieux père survivre tant bien que mal dans cette campagne. Un jour, elle revient avec un nouvel homme dont elle attend un enfant, pour arracher Pivoine à cette vie de misère et en faire une employée de maison comme elle, rejetant Mags, sa fille ainée, parce qu’elle a un pied bot.
Pivoine au franc parler découvre la vie des nantis, les caprices d’Esméralda, la jeune fille de la maison et les humiliations de la condition de domestique. Nostalgique de la chaleur humaine d’avant, elle est bien décidée à fuir, non sans avoir pris le temps d’aider sa jeune maîtresse à dépasser sa peur du monde extérieur.
Ce récit poignant n’élude pas les questions graves comme l’absence d’amour d’une mère, la violence des hommes, ou l’exploitation des plus faibles. L’auteure, née en Nouvelle Zélande, dépeint un milieu rural très pauvre qu’elle connaît bien, sans jamais tomber dans le misérabilisme.
Ce qui séduit, c’est la force de caractère de l’héroïne dont l’énergie viendra à bout de tout, le récit à la première personne éclairant toutes les facettes de sa personnalité faite d’énergie et d’humanité.
Un magnifique roman très édifiant, à la portée des lecteurs dès neuf/dix ans.

 

Phalaina

Phalaina
Alice Brière-Haquet
Rouergue, 2020écologie

Thriller écologique : le dépassement de Darwin

Par Anne-Marie Mercier

Le début de Phalaina a des allures de « dormeur du val » : une gracieuse enfant marche seule dans une belle lumière d’automne, mais petit à petit des indices d’une catastrophe récente et d’un danger proche émergent et voilà un engrenage implacable lancé. Des assassinats violents se succèdent, générant autant de fuites de la fillette.  On est donc dans un thriller, et celui-ci est très réussi : le suspens est permanent, très efficace, et les rebondissements de l’intrigue sont souvent inattendus.

La petite fille, orpheline et muette, a des allures d’Oliver Twist. Il est question de détournement d’héritage, de savants un peu fous… La fillette se cache et est enfermée dans divers lieux, dont un horrible orphelinat dirigé par des religieuses. Elle y endure de nombreuses souffrances et apprend qu’elle ne peut se fier à personne ou presque : l’amitié et la bienveillance qui finissent par émerger dans cette noirceur sont incarnées par de magnifiques et étranges personnages, autre originalité du livre. Enfin, on découvrira seulement à la fin du roman, comme il se doit, de qui elle est la fille.
Enfin, l’arrière-plan du roman et sa thèse est celle d’une réflexion sur la cohabitation des humains avec les animaux et d’une condamnation de la prédation générale menée par l’humanité. Des métamorphoses, l’idée de l’existence d’une espèce intermédiaire entre l’homme et l’animal, d’une hybridation possible, ouvre ce beau roman sur la voie du fantastique et de la poésie.
Le récit est entrecoupé de lettres que le savant (dont on a découvert le corps assassiné au premier chapitre) avait écrites à son ami Darwin, qu’il avait accompagné dans son voyage à bord du Beagle. Chacune de ces lettres est une invitation à la réflexion :
« Chaque espèce, chaque race, possède  son propre système de survie adapté à son environnement. Certains choisissent l’attaque et deviennent des prédateurs. […] D’autres espèces préfèrent s’économiser et adoptent un comportement défensif. Ils sont a priori plus fragiles, mais la nature leur propose d’autre armes. Le camouflage, par exemple ».
Ainsi en va-t-il du phalène, papillon de nuit qui donne son titre au roman. La réflexion sur l’animal débouche sur une réflexion large sur la « sélection naturelle » théorisée par Darwin appliquée aux humains. La société est devenue l’environnement naturel des humains, au point que la mode peut y jouer le rôle du camouflage ou de son inverse : « la sélection est devenue culturelle. Elle n’en est pas moins impitoyable ».

feuilleter

 

 

Cursed, T. 1 : la rebelle

Cursed, T. 1 : la rebelle
Frank Miller, Thomas Wheeler
Gallimard, 2019

Scenario versus roman

Par Anne-Marie Mercier

Un univers médiéval où la violence règne, un peuple qui pratique une magie en lien avec les éléments naturels, persécuté et menacé d’anéantissement par un ordre religieux fanatique, une fille de prêtresse, issue de ce peuple, qui va le sauver, grâce entre autres à une épée de légende… On a de nombreux ingrédients de fantasy,  relevés par le fait que les noms d’Arthur, Merlin, Gauvain, etc. évoquent la légende arthurienne.
Mais les personnages qui portent ces noms ont peu (quasi rien) à voir avec l’histoire mythique ancienne, au point qu’on se demande si ce n’est pas un procédé purement accrocheur. Plus problématique encore, le récit est davantage un scenario qu’un roman : on lit une suite d’actions qui s’enchainent régulièrement ; en dehors de l’héroïne, les personnages ont peu de profondeur ; enfin, la crédibilité et la cohérence, même avec toutes les limites du genre, est faible.
On annonce que cette histoire sera bientôt visible sur Netflix, et c’est bien là que ce texte a sa place. Cela promet beaucoup d’action, de magie (donc d’effets spécieux) et de sang, pour les amateurs.

Violette Hurlevent et le jardin sauvage

Violette Hurlevent et le jardin sauvage
Paul Martin, J-B Bourgois (ill.)
Sarbacane, 2019

On serait les sauveteurs d’un jardin… ou de soi-même

Par Anne-Marie Mercier

En trois saisons, Violette et sa fidèle monture (son chien, Pavel, amateur de cornichons) affrontent bien des dangers : les loups, les trolls, les serviteurs des ténèbres… jusqu’à Kaliban, maître de la tempête (on aura reconnu le personnage de Shakespeare) ; elle assume aussi son rôle de protectrice du jardin, répare ce qui est mort, discipline ce qui est trop vivant et trop vert. On trouve toute sorte de trouvailles, de belles idées originales, comme la Horde verte, mue par la peur des petits oiseaux, un cimetière de sapins de Noël aigris, des trolls dont le cœur n’est pas entièrement de pierre…, des jardiniers et des jardineux… C’est un régal. Les illustrations sont à la hauteur de l’entreprise, comme vous pouvez le voir sur le site de l’éditeur.

Violette est une héroïne enfant peu sûre d’elle, portée par l’énergie et l’envie de se rendre utile. Mais c’est aussi, dans la « vraie vie » une enfant terrifiée par un père menaçant.
Le jardin est sa porte de sortie, son « jardin secret » et le moyen de tenter de se reconstruire tout en explorant l’histoire familiale. Il y a du tragique dans cette fantaisie débridée, une inquiétude sourde, et les victoires de Violette et de son fidèle Pavel sont autant de triomphes contre la peur et la noirceur, lorsque rêve et réalité se rejoignent.
C’est à la fois une belle aventure, pleine de rebondissements et de fantaisie, souvent drôle, très originale, et un conte poignant. Il y a un peu de la magie de Tobie Lolness, comme le dit un critique.

Témoignages sur le site de l’éditeur, auxquels je souscris entièrement  :

GRAND PRIX DES LECTEURS DU JOURNAL DE MICKEY

Je n’ai rien lu de plus beau depuis Tobie Lolness !

Olivia de Lamberterie, Télématin, France 2

Un magnifique conte initiatique dans un livre objet luxueux.

Télérama

Ce roman initiatique est aussi extraordinaire que son jardin.

Le Parisien

Violette Hurlevent est une héroïne inoubliable.

Lire

L’imaginaire fonctionne à plein dans ce monde aussi merveilleux que dangereux

La Croix

Un roman aussi poétique qu’ambitieux !

Le Point

Une épopée hors-norme qui ensorcelle l’esprit et fait naître le rêve.

Actualitté

Une de nos plus belles découvertes cette année !

Nice Matin

Plein de belles trouvailles !

J’aime Lire Max

Un surprenant roman d’aventure aux illustrations oniriques qui rappellent l’univers de Sempé.

Le Monde des Ados

Un roman d’aventure à dévorer sans retenue.

Je Bouquine

Un vrai roman d’apprentissage, féérique et captivant.”

L’express.fr

The Kindgom

The Kindgom
Jess Rothenberg

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Corine Daniellot
Casterman, 2020 (2019)

Westworld x Disneyworld

Par Matthieu Freyheit

Certes, les références sont ici évidentes : la récente série HBO WestWorld, mettant en scène un parc d’aventures (plutôt que d’attractions) sur le thème du far west, peuplé d’androïdes dernière génération ; et Disney, dont la galerie de princesses n’est plus à présenter.

Certes, c’est toujours le succès qu’on imite, et l’on pourrait reprocher à l’auteure de miser sur celui de WestWorld : The Kingdom désigne un parc d’aventures peuplés d’androïdes appelés « hybrides » et dont les figures de proue sont sept princesses programmées à assurer le bonheur des visiteurs.

Ce réinvestissement évident n’est cependant pas contradictoire avec la réussite de l’entreprise : sur fond d’éveil des machines à la conscience, Jess Rothenberg propose une sorte de thriller criminel et identitaire plutôt réussi, dans un décor de conte de fée. La dystopie du bonheur garanti a elle-même déjà fait ses preuves et, manifestement, l’époque reste au scepticisme devant toute trop belle promesse. Ainsi le dysfonctionnement, appareil narratif classique des techno-fictions, touche-t-il ici des princesses avides d’être – on pourrait y voir la métaphore simpliste d’un féminisme convenu, mais l’auteure a le goût de ne pas avancer trop lourdement chaussée. Car si les princesses sont belles et obligatoirement heureuses (il ne faut pas longtemps pour cesser d’y croire), elles sont avant tout bienveillantes, dessinant très discrètement ce qui pourrait procéder d’une lecture dystopique du care.

Le roman de Jass Rothenberg a ainsi l’avantage de la polysémie interprétative. Et, sur fond de réécriture, il s’autorise l’entremêlement de thèmes et de thèses variés, si bien qu’à l’enquête intradiégétique s’ajoute celle, extradiégétique, du sens. Et puis, tout simplement, saluons l’heureuse idée de faire se rencontrer machines et princesses : l’art du mashup n’est pas perdu en littérature de jeunesse.

Si le style n’y est pas toujours et si, pour une fois, on peut se dire qu’il aurait fallu quelques pages de plus (voire un autre tome) pour boucler l’enquête moins abruptement, l’ensemble est efficace aussi bien du point de vue de l’imaginaire que du champ de réflexion proposé. Sans compter que Rothenberg livre ici un monde qui ne demande qu’à s’étendre, notamment par les diverses pratiques de fans, sur tous les réseaux possibles. Il faut bien ça pour que vivent les princesses, même les princesses hybrides.