Jack et le bureau secret

Jack et le bureau secret
James R. Hannibal
Traduction (anglais, USA) par Faustina Fiore
Flammarion jeunesse, 2017

Par Anne-Marie Mercier

Dans cette histoire pleine de suspens, de poursuites, de découvertes multiples incluant voyages dans le temps et machines bizarres, le héros Jack, est bien malmené, et le lecteur mené à un train d’enfer : pourvu d’une petite sœur très indépendante qu’il est censé surveiller, Jack est parti à la recherche de son père dans un bureau de objets perdus. Très vite, il perd sa sœur, trouve une alliée en la personne d’une stagiaire de ce bureau qui aimerait bien prendre du galon en l’aidant et d’un autre qui souhaite la même chose mais à ses dépens, il découvre qu’il ne devrait pas exister, et surtout ne devrait pas être là où il s trouve.
Ce n’est pas clair ? C’est normal : le livre n’est pas résumable. Dison simplement que ses héros sont fort sympathiques et maladroits, leur adversaire fort méchant, et que l’arrière-plan historique (le grand incendie de Londres de 1666), très inattendu, ajoute une touche dramatique et ce joyeux bazar.
L’administration des objets perdus est une belle trouvaille, loufoque à souhait, et les labyrinthes qu’elle recèle de belles inventions architecturales dignes de la bibliothèque du Nom de la rose d’Umberto Eco dans lequel circuleraient des métros, des drones et des anges.

Laïka est revenue

Laïka est revenue
Jean-François Chabas
Rouergue (épik), 2022

La défaite de l’humanité

Par Anne-Marie Mercier

C’est une surprise de voir Jean-François Chabas au Rouergue, lui qui publiait surtout à L’école des loisirs, notamment en collection « médium », c’en est une autre de le voir dans le genre de l’anticipation, puisqu’il avait jusqu’ici exploré presque tous les genres, du récit animalier (Les Lionnes) au fantastique (Les Sorcières de Skelleftestad, Les Chroniques de ZI,…), du roman épistolaire porteur de questions sociales (Aurélien Malte) au roman porteur de questions historiques (La Terre de l’impiété, La Piste cruelle), à la nouvelle ou au roman d’aventures en terre américaine (Les Secrets de Faith Green): il semblait avoir délaissé ce genre depuis La Guerre des plaines bleues (publié en 2002 chez Casterman) – si je ne me trompe pas.
Enfin, la caractéristique de JF Chabas est que dans tous les genres il est excellent, et cela est vrai encore une fois : Laika est revenue est un grand roman, riche en péripéties, prenant et rythmé, avec des personnages attachants, de la drôlerie, de la tendresse, et un regard aigu sur les tares de nos sociétés.
Ça commence, comme Twilight, par une intrigue amoureuse : Anita parviendra-t-elle à obtenir la confiance et peut-être l’amour du beau Neolin, de la tribu des Lëni-Lënape (alias « Loups », alias « Delawares ») élève comme elle au lycée de Beltsville (Maryland). Son amie Mae Sunburn lui sera-t-elle d’une aide quelconque ou entravera-t-elle ses projets ? À quoi conduira la rivalité qui les oppose à d’autres filles du lycée ? Mais cela se corse dès les premières pages : Quel lourd secret lui cachent ses parents, dont elle a découvert qu’ils travaillaient dans un centre ultra secret (autrement dit ils sont des espions au service d’une agence américaine de renseignement)?
Les premiers chapitres du roman sont drôles, passionnants, nouant toutes ces petites intrigues qui n’engagent pas le sort de l’humanité. C’est alors que, soudain, dans le ciel apparaissent les « Tic-tac », des vaisseaux spatiaux d’extraterrestres. Que veulent-ils ? Qu’arrivera-t-il, une fois qu’on aura compris que rien ne peut les atteindre ? Comment échapper aux monstres préhistoriques qui déferlent tout à coup et se multiplient ? Comment échapper aux fantômes du passé?
Et que vient faire ici Laïka, la chienne envoyée dans l’espace par les soviétiques en 1957 ?
La réponse est terrifiante, et le college novel bien rythmé devient un récit de SF étonnant avant de devenir un thriller glaçant…

L’Agence Pendergast : Le Prince des ténèbres

L’Agence Pendergast : Le Prince des ténèbres
Christgophe Lambert
Didier Jeunesse 2019

Les mystères d’Ellis Island

Par Michel Driol

New York, 1893. Lorsque Sean, petit voleur à la tire sous les ordres de Bill le Boucher dérobe la montre de M. Pendergast, il ne sait pas où il a mis les pieds. Car M. Pendergast le retrouve, et lui propose, au vu de sa débrouillardise, de rejoindre son agence. Installée dans les sous-sols d’Ellis Island, doté de tout le matériel moderne (électricité, téléphone…), cette agence gouvernementale a pour charge de détecter les créatures paranormales qui transitent par Ellis Island. Dans le premier tome de cette série, c’est  Dracula lui-même que Sean devra combattre.

Ce récit plein de dynamisme plonge le lecteur dans un univers à la fois historique (le New York de la fin du XIXème siècle, avec ses taudis, ses immigrants…) et fantastique (avec des baguettes de sorcier et des monstres que l’on dirait sortis de la série Harry Potter). Les personnages sont bien dessinés : un orphelin débrouillard, un indien garde du corps, un inventeur que aurait tout à fait sa place dans les James Bond, une jeune métisse pour qui Sean ne se sent pas indifférent, et deux figures antagonistes, Bill le Boucher, roi sans scrupule de la pègre locale, et M. Pendergast, plein de sollicitude. Ce premier tome d’une série qui s’annonce prometteuse plante surtout le décor : visite des locaux de l’agence, de sa redoutable prison, mais il ne manque pas non plus d’action : courses poursuites dans les rues de New York mais aussi dans les airs. Bref, de la littérature populaire (on songe à Eugène Sue), au bon sens du terme, avec ses passages attendus, ses personnages et ses situations un peu stéréotypés (Sean à l’heure du choix entre le bien et le mal…), et cet élan narratif qui pousse à tourner les pages tant on attend la suite.

Une série bien inscrite dans son contexte historique qui deviendra sans doute addictive pour de nombreux jeunes lecteurs et lectrices.

Un parfum de bruyère

Un parfum de bruyère
Françoise Legendre
Thierry Magnier –Petite poche – 2022

Cauchemar ou réalité ?

Par Michel Driol

Louis passe ses vacances dans la maison de sa grand-mère, en Bretagne. Cette année-là, il fait de façon récurrente le même rêve, dans lequel il offre de la bruyère à Anna, tandis que pèse la menace de Raymond.

Bruyère, lande, petite maison, sculptures sur le lit, c’est tout l’imaginaire un peu fantastique de la Bretagne qui est convoqué dans ce roman. Le rêve est-il réalité ? Les choses sont-elles doubles à l’image de la grand-mère qui se révèle avoir un double prénom, et que le rêve de Louis renvoie à son propre passé ? On se sent à la fois plongé dans le monde contemporain, et dans les légendes bretonnes où rôde la mort. Ce roman signe la fin d’une époque, celle des vacances chez la grand-mère, et peut-être aussi la fin de l’innocence. C’est en tous cas une belle façon de faire entrer les enfants au cœur de l’écriture fantastique dans ce qu’elle a de plus authentique et de plus envoutant.

Un roman court, destiné à de jeunes lecteurs débutants, dont l’imaginaire s’accorde tout à fait à la Bretagne et aux interrogations des enfants sur le passé de leurs grands-parents.

Violette Hurlevent et les fantômes du jardin

Violette Hurlevent et les fantômes du jardin
Paul Martin, Jean-Baptiste Bourgois (ill.)
Sarbacane, 2022

Le Jardin du temps perdu

Par Anne-Marie Mercier

Violette Hurlevent, qui nous avait tant charmés dans le premier tome est de retour. C’est une bonne nouvelle car ce Jardin Sauvage est un lieu infini de possibilités et d’aventures (voir la recension du premier tome) et Violette, accompagnée de son chien Pavel est une héroïne attachante.

Seulement voilà : Violette aborde ces nouvelles aventures sans son chien, et elles sont inextricables sans lui, ce qui fait que l’action piétine autour de plusieurs énigmes avant de pouvoir lancer enfin l’héroïne à l’assaut des obstacles, une fois son chien retrouvé/ ressuscité.
En « réalité », tout est difficile : Pavel est mort. Violette, la petite fille terrorisée du premier volume, a grandi, s’est affirmée, elle a vécu d’autres drames et la voici âgée, perdant sans doute un peu la tête d’après ses enfants et son petit-fils, et cherchant à retrouver le havre de son imaginaire d’enfant. Sautant dans le jardin, elle retrouve son corps de fillette et toute son énergie ; hors du jardin, rattrapée par la fatigue de l’âge, elle reste capable de lutter  pour convaincre, réparer, protéger : elle est en effet la « Protectrice » du Jardin et de ses habitants, plantes, animaux, « jardiniens », et jusqu’aux humains du monde ordinaire qui, comme elle, s’y sont incrustés.
Imaginaire, vie fantasmée ou réalité ? Tous ces niveaux sont entremêlés, à l’image de la ronce géante qui menace le Jardin. La tentation de fuir le réel et de réparer les pertes passées pour construire un « Jardin Parfait » que le temps n’atteindrait pas, attitude que refuse Violette, est incarnée par la présence inquiétante d’un adulte appelé le Baron, qui, monté sur un grand cheval noir, a mis le Jardin en coupe réglée et réduit ses habitants en servitude volontaire. Face à lui, Violette incarne l’acceptation du temps, de ses blessures, le pardon et l’amour de la vie, donc du désordre.
L’auteur fait ici le portrait d’un réel complexe qui imbrique différents niveaux de réalité et propose une réflexion sur les frontières du temps et de l’espace. Mais il y a aussi de beaux combats, des voyages qui donnent le vertige, des trouvailles originales, des êtres fantastiques hostiles, à qui Violette sait parler et dont elle arrive à capter les secrets.

Les Poupées savantes

Les Poupées savantes
Arthur Ténor
Le Muscadier 2022

Alter poupée…

Par Michel Driol

Dans un futur proche Lilibellule reçoit pour son anniversaire une poupée savante, réplique exacte de son visage, qui doit l’aider dans son travail scolaire. Surviennent deux événements. Lilibellule est renversée par une voiture, et la poupée est enlevée par un gang de trafiquants de poupées  et robots. Comment la récupérer ?

Dans ce roman de science-fiction, Arthur Ténor propose une société dans laquelle s’affrontent les cyberprogressistes, partisans de développer au maximum toutes les formes d’intelligence artificielle, et les humaniloves, qui pensent qu’il faut rejeter l’usage des humanoïdes dans la vie quotidienne. Ces deux causes sont incarnées par Lillibellule, dont les parents gèrent une start-up consacrée au développement de robots et Cléon, qui semble épouser la cause humanilove. C’est à une réflexion sur le thème de l’intelligence artificielle que conduit ce roman. Représente-elle un danger pour l’humanité, en termes de perte de contrôle sur sa destinée, voire sur sa nature même ?  Les scènes finales confrontent les héros à eux-mêmes, aux envies de pouvoir absolu, à l’usage d’armes à distance, façon de se sentir tout puissant, mais aussi responsable. La vie et la mort ne sont pas des jeux vidéo, et le sens de la mesure, de la raison doivent l’emporter face à toutes les tentations.

Un roman de science-fiction qui pose des questions bien actuelles, aborde la question de ce qui fait notre humanité, celle de notre dépendance aux différentes formes d’intelligence artificielle, et touche aussi certains points sensibles pour les ados comme leur relation aux réseaux sociaux et aux fake-news.

LX 18

LX 18
Kamel Benaouda
Gallimard jeunesse, 2022

Un soldat à l’école des émotions

Par Anne-Marie Mercier

Voilà une dystopie d’une grande actualité, et d’une extrême simplicité apparente. Elle traite d’un sujet hélas éternel, la guerre, et d’un autre, heureusement tout aussi éternel, celui des émotions et de l’empathie qui fondent l’humanité. Et tout en traitant de ces sujets, elle aborde le pouvoir de la littérature et de l’amour, la solidarité de groupes d’adolescents, les mécanismes de la résistance, de l’exclusion, et bien d’autres.
La simplicité du scenario tient à la nature du groupe d’adolescents auquel appartient le héros, LX18. Ils ont dès la naissance été donnés par leurs familles à la nation pour devenir des machines à combattre, formatés et élevés pour cela dès l’enfance. La guerre finie (toutes les guerres ont une fin, dit-on, sauf celle de 1984, et peut-être celle de ce roman), que faire d’eux ? Contre ceux qui, les considérant comme des monstres, voudraient les éliminer, d’autres proposent un programme de rééducation et de réinsertion : les jeunes gens, garçons et filles, sont envoyés au lycée et doivent se mêler aux autres. Leur « mission » est de s’intégrer le plus vite possible.
Si l’on suit en particulier le héros, d’autres itinéraires apparaissent ; certains sont éliminés rapidement, jugés incapables de s’adapter. La plupart des jeunes gens jouent le jeu avec plus ou moins de succès, certains rusent, d’autres tentent de se donner une mission plus active et arpentent les rues la nuit, en justiciers autoproclamés et vite redoutés, d’autres prennent le « maquis », d’autres enfin, comme LX18 qui passe par toutes ces étapes, découvrent peu à peu les émotions, l’humour, la douceur, en partie grâce à la littérature (il apprend le rôle de Titus, dans la pièce de Racine, Bérénice, pour le club théâtre), en partie grâce à ce qui n’a pas encore pour lui le nom d’amour.
L’évolution progressive du personnage se lit aussi à travers ses mots : c’est lui le narrateur de l’histoire. Comme dans Des Fleurs pour Algernon, le personnage s’ouvre en même temps que s’ouvre et s’enrichit le monde et la langue en lui. Ses certitudes, sa naïveté, sa confiance, puis son désarroi touchent le lecteur qui se prend d’amitié pour ce presque humain, tellement humain…

Kamel Benaouda qui a remporté la troisième édition du prix du premier roman jeunesse en 2018 signe ici un nouvel ouvrage passionnant, original et sensible.

Ma Super Cyber Maman

Ma Super Cyber Maman
Laure Pfeffer

Thierry Magnier, 2022

Machine attentionnelle

Par Matthieu Freyheit

« Tout le monde ne peut pas être orphelin. » On se souvient de la formule, rêveuse et provocante, que Jules Renard fait prononcer à Poil de Carotte. Margaux, elle, ne se voit pas du tout orpheline, et ce sont les absences répétées de sa mère qui lui en font commander…une deuxième.
Après avoir longtemps accompli des performances physiques, les robots de nos fictions, comme ceux qui investissent peu à peu le réel, accomplissent désormais des performances sociales, communicationnelles et émotionnelles. Robots de compagnie, empathie artificielle, ingénierie des émotions et des expressions : la conjonction de la robotique et de l’intelligence artificielle, de plus en plus indissociables selon Raja Chatila, engendre de nombreux fantasmes, et en réalise même certains.
La machine « intelligente » vient ici au secours de la famille dans un texte qui a le talent de ne jamais forcer le trait. La situation est elle-même improbable, mais cela n’a pas la moindre importance : la commande d’une cyber maman (qui aurait tout aussi bien pu être ici un cyber papa) inscrit la fiction de Laure Pfeffer dans la lignée de celles qui interrogent les compensations permises par la technologie. Le choix du terme « cyber maman » plutôt que « cyber mère » en titre, au-delà de la préférence euphonique, traduit les besoins de Margaux : présence, affection, moments partagés, rires… L’habituelle répartition des rôles (à la machine, le calcul ; à l’humain, l’émotion) est donc inversée : professionnelle de l’organisation, la mère de Margaux laisse cette dernière à la garde d’un « planning » aimanté sur le frigo, comme l’absence est épinglée sur le cœur.
C’est pourtant le planning de trop qui va bouleverser le cours des choses en conduisant Margaux à la commande, sur Internet, d’une deuxième maman qui serait tout à elle. Mais malgré le bonheur apporté en secret par la gynoïde (la mère humaine n’ayant bien entendu pas été informée de l’achat), la relation entamée laisse apparaître un dysfonctionnement qui ne dit jamais son nom : ignorante du monde, cette nouvelle maman se laisse guider par sa fille, au profit d’une relation où les rôles peinent à se définir.
L’auteure sait que le réalisme se situe souvent dans la métaphore : il n’est pas question ici d’une fiction qui se voudrait anticipatrice, mais d’une mise en scène de nos processus de délégation. Récemment, Gérald Bronner a mis au jour le hold up attentionnel accompli par nos outils technologiques (voir Apocalypse cognitive, 2021). La fiction, qu’elle soit science-fiction ou non, rappelle quant à elle que l’insularité des individus laisse volontiers aux smartphones et autres tablettes le soin d’occuper ce « temps de cerveau disponible » que les relations interpersonnelles directes ne prennent plus en charge. Car c’est bien une machine attentionnelle que commande Margaux ; une machine dont l’essentiel n’est pas dans l’émotion qu’elle affiche, mais dans celles qu’elle suscite, et que Laure Pfeffer traite avec une belle économie de moyens.

Le Livre des Étoiles

Le Livre des Étoiles, tome IV : La Boussole des trois Mondes
Jimmy Blin, ill. Vincent Brunot (Cartes) et Jean-Philippe Chabot (carnet de Guillemot)
Gallimard jeunesse (Grands formats), 2022

Le Livre des Étoiles, l’intégrale,
Erik L’Homme
Gallimard jeunesse (Grands formats), 2022

Fan fictions : des intégrales sans fin

Par Anne-Marie Mercier

Quand il a préféré faire disparaitre son héros, à l’issue du tome 3, Erik L’Homme imaginait sans doute la réaction de ses lecteurs, la même que celle des lecteurs de Conan Doyle, l’auteur des Sherlock Holmes, à la parution du volume qui présentait la mort de son personnage : les lettres de protestation ont été si nombreuses qui s’est senti obligé de faire ressusciter le détective. Erik L’Homme ignorait sans doute qu’un lecteur nourri de son œuvre, Jimmy Blin, reprendrait le flambeau et que son éditeur répondrait encore plus à la demande en publiant Jimmy Blin et en organisant un concours de fan fictions autour d’autres suites possible de l’ouvrage. Les nouvelles sont à envoyer pour mai 2022, et des classes sont invitées à participer. Les trois premiers gagnants du concours doivent voir leur texte publié sur le site de Gallimard jeunesse.
Dans le même temps, Gallimard jeunesse a publié l’intégrale de la trilogie (parue initialement en grand format puis chez Folio junior), Le grand intérêt du roman de Jimmy Blin, outre le fait d’être la suite très attendue de la trilogie d’Erik L’Homme, est qu’il est un exemple convaincant de ce que les fan fictions peuvent apporter aux séries.
Pour rappel, la série Le Livre des étoiles est une belle réussite française dans le domaine de la fantasy, qui combine bien des ingrédients d’œuvres célèbres de littérature de jeunesse : orphelin, en quête du père (puis de la mère), qui voudrait devenir chevalier et qui devient apprenti sorcier, Guillemot de Troïl est le dernier rempart contre la monstrueuse Ombre qui menace le pays d’Ys. À l’issue du dernier tome de la trilogie, bien des questions se posent : qu’est devenu Guillemot de Troïl ? Pourquoi a-t-il disparu ? pourquoi la magie des étoiles est-elle inopérante pour le retrouver ? est-il mort (bien sûr que non !), se cache-t-il, a-t-il été enlevé, et par qui ? Et que deviennent ses amis, et les couples qui étaient sur le point de se former ?
Jimmy Blin a parfaitement repris l’univers de la série : fidélité aux personnages, rythme endiablé des événements, espace varié qui recouvre plusieurs mondes (y compris le monde réel que nous connaissons), épreuves et combats, amour, amitié et courage, magie difficile à mettre en œuvre…
Trois groupes partent à la recherche de Guillemot, un dans chaque monde, pour trouver les éléments d’une boussole qui, une fois réunis, permettront de retrouver leur ami, fils, ou élève. Cette recherche d’objets fait penser un peu à celle des horcruxes dans Harry Potter (t. 6), le problème se corsant par le fait qu’on ne sait pas à quoi ressemble ce qu’on cherche et l’aventure devenant la reconstitution d’un puzzle. Le récit se fait en mode alterné, donnant tour à tour les aventures de chaque groupe, avec un suspens garanti. Et la fin est un feu d’artifice d’inventivité, d’action et d’émotions, avec un dénouement proche de celui de «La reine des neiges».
Bravo le fan ! et on attend la suite de la suite…

La Renaissance. L’avenir de Molly

La Renaissance. L’avenir de Molly
Gemma Malley
Hélium, 2021

Un vaccin pour les vieux, la mort pour les jeunes

Par Anne-Marie Mercier

Suite et fin de la trilogie initiée par La Déclaration. L’histoire d’Anna (2018), ce troisième volet voit la victoire des forces de la jeune résistance et la survie d’Anna et de ses amis. La jeune fille et son ami Peter, sont devenus des adultes et ont eu une petite fille, Molly, dont l’avenir est au cœur des inquiétudes : survivra-t-elle, avec ses parents ? dans quel monde vivra-t-elle, alors que la société qui la voit naitre est peuplée de vieux, quasi immortels, qui ont déclaré la guerre à tous les enfants ?
C’est aussi dans ce volume qu’est raconté le début de toute cette histoire : la découverte du procédé qui permet d’assurer la longévité à tous ceux qui prendront le médicament miracle.
Savant assassin et mégalomane, société pharmaceutique super puissante en lien avec les pouvoirs civils et militaires, épidémie mondiale qui risque de décimer la planète, ce livre croise bien des mythes et angoisses de notre époque. S’il n’a pas l’originalité du premier tome qui nous faisait découvrir cette étrange société et de jeunes héros liés entre eux de manière mystérieuse, il a davantage de profondeur psychologique et montre de belles figures de résistance jusqu’au-boutistes, des  révélations et des métamorphoses.

 

 

La Déclaration. L’histoire d’Anna