L’Amie en bois d’érable

L’Amie en bois d’érable
Delphine Roux Pascale Moteki
HongFei 2020

Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?

Par Michel Driol

L’Amie en bois d’érable, c’est une poupée Kokeshi en bois que reçoit Tomoko, une petite fille proche de la nature. La poupée partage alors la vie de Tomoko, jusqu’à un jour de pluie, où elle ne retrouve plus la poupée dans son sac à dos. A l’école, des cours sont donnés par un potier, et Tomoko fabrique une autre poupée, en argile. Les mots du potier la décident à raconter des histoires avec de l’argile, et elle devient à son tour potière. Livrant une commande dans la ville voisine, elle découvre, dans la devanture d’un boulanger, sa poupée de bois, et apprend comment elle est arrivée là.

« Les kokeshi, comme les céramiques, vivent parfois bien des histoires, passent de main en main et, à leur façon, relient les humains » : telle est la quatrième de couverture, particulièrement bien venue, car elle cible l’essentiel de ce bel album. Ce sont les objets, leur don, leur perte, leurs échanges qui servent de traits d’union entre les hommes. Ce sont les objets qui accompagnent l’enfant, l’aident à grandir qu’ils soient là dans le partage d’actions faites ensemble, ou qu’ils soient perdus, dans cette première expérience de la perte qui est de l’ordre du deuil. Ce sont aussi les objets que l’on crée, avec humilité, quand on « accueille juste la terre au creux de [ses] mains ». On a là une approche sensuelle des arts et des métiers ; qu’il s’agisse du travail du bois, de la terre, ou de la farine, il s’agit d’une esthétique de vie qui passe aussi par la bienveillance de tous : bienveillance de la tante, du maitre de poterie, de la femme du pâtissier… Cette vie ne se conçoit pas loin de la nature omniprésente dans l’album, qu’il s’agisse du texte ou des illustrations qui entrainent dans un univers poétique, car donnant à voir un monde différent, comme ce village qui se trouve dans un pot de bonzaï… Cette nature est comme une incitation au calme, à la méditation, à l’apaisement.

Au-delà de leur travail indispensable visant à mieux faire connaitre et partager les cultures orientales, les éditions HongFei livrent ici un album à leur image : être un trait d’union entre les hommes et les aider à mieux se comprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *