L’Herboriste de Hoteforais

L’Herboriste de Hoteforais
Nathalie Somers
Editions Didier jeunesse 2020

Tenaces graines d’espoir

 Par  Chantal Magne-Ville

Les graines, ce sont d’abord celles qu’Ywen, dix ans, porte toujours sur lui, dans une pochette brodée. Fabuleuses, elles contiennent tout le savoir-faire de Flore, sa mère, une herboriste reconnue. Tous deux vivent isolés au fond d’une forêt reculée, où vivent des espèces étranges comme Léno, le caléméon de compagnie du jeune garçon, un animal à fourrure qui change de couleur, ou les rorsses, montures à trois pattes aux sabots triangulaires.

L’aventure ne cesse de surprendre : au moment où Ywen découvre la moitié de sa maison incendiée et toutes les précieuses herbes saccagées, il apprend que sa mère a été enlevée par les soldats du Duc sans en comprendre la raison. Accompagné de deux voleuses, il mène l’enquête qui lui permettra de découvrir le passé de sa mère et aidera la plus jeune à retrouver ses origines : une histoire de reconnaissance somme toute classique pour une histoire qui cependant ne l’est pas, car ce sont les pouvoirs inouïs des plantes d’Ywen qui permettent presque toujours au héros et à ses compagnons de surmonter leurs difficultés.

Dès le début, le lecteur est plongé dans un univers de pure fantasy, avec l’éclosion de la fleur d’Evi qui peut redonner la vie. La créativité de l’auteur surprend, avec des animaux composites comme l’équibout, mixte d’écureuil et de hibou ou la zoopipelette, plante qui ne pousse que tous les dix ans et permet de parler aux animaux pendant quelques instants.

Une quinzaine de planches délicatement illustrées, accompagnées de définitions précises, aident le jeune lecteur à ne pas se perdre dans ce monde surprenant où les humains également  peuvent avoir un aspect étrange, à l’image des créatures des bois à la peau d’écorce, qui souffrent de la déforestation voulue par Iram, le ministre du Duc, qui  a besoin de bois pour construire des bateaux en vue d’une guerre contre les Outremer.

Si les rebondissements nombreux tiennent en haleine, le ton est léger, quasi enfantin, soutenant un récit mené sur un rythme qui réjouira les lecteurs dès 9 ans, alors que des problématiques plus sérieuses comme l’écologie sont abordées au passage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *