La vieille Herbe folle

La vieille Herbe folle
Jo Witek Illustrations de Léo Poisson
Editions du Pourquoi pas ? 2019

Il faut cultiver notre jardin…

Par Michel Driol

Un jour où l’on verse des produits chimiques pour faire pousser les plantes, Tonio,  le fils du maire rencontre une vieille femme mystérieuse, qui a le pouvoir de redonner la vie aux arbres. Elle s’installe dans la forêt, où tout le monde la prend pour une folle. Mais, un jour, les récoltes ne donnent plus, malgré des quantités de produits chimiques de plus en plus importantes déversées. Cette vieille femme en est-elle responsable ? Oui, pensent les gens du village. Non, pense le fils du maire, qui pense qu’elle détient la solution. Mais on ne l’écoute pas. En discutant avec elle, il apprend ce qu’il faut pour faire pousser les plantes. Longtemps après, elle a disparu, mais il est devenu jardinier.

Jo Witek traite ici du problème de la nécessité d’une conversion écologique de l’agriculture à travers un conte à la fois merveilleux, par le personnage de cette femme, fée-sorcière aux pouvoirs magiques, et complétement ancré dans la réalité d’une agriculture productiviste, à base d’intrants chimiques, et de ces acteurs, paysans, qui en sont les premières victimes. Le texte est porté par l’enfant narrateur, devenu adulte, qui constate, émerveillé ce que peut l’étrangère, seule femme dans un monde purement masculin (le père, maire, les agriculteurs réunis au café) et qui va lui donner la recette pour que les plantes poussent. Recette à la fois simple et naturelle, du temps et de l’amour envers la nature, dont le héros découvre la diversité et la beauté dans un voyage merveilleux autour du monde. La technique du conte invite à faire un pas de côté, à utiliser les ressources de l’imaginaire pour amener chacun à prendre conscience de la nécessité d’une rupture avec une forme d’agriculture. C’est là la force de ce texte, qui mêle habilement différents ingrédients narratifs : un personnage allégorique, le sentiment de liberté de l’enfance réfugiée dans une cabane dans les arbres, le désespoir  des adultes victimes d’un modèle économique qui les rend impuissants à trouver les vraies causes de leurs problèmes, le souvenir d’une rencontre qui a changé la vie du héros. Ce texte particulièrement riche et complexe est illustré avec force et sensibilité par Léo Poisson, qui renforce les propositions du texte : scène de guerre pour les traitements chimiques, avec des géants masqués déversant les intrants, techniques des bulles de la Bd pour illustrer les propos tenus dans le café et surtout utilisation des courbes pour montrer le lien intrinsèque entre la nature, les arbres et l’étrangère, ces courbes formant à la fin un cocon à l’image des planètes dans lequel le héros se réfugie.

Un magnifique conte, plein d’optimiste, pour dire aux futures générations  qu’il faut, comme un jardinier, prendre soin de la nature et non l’asservir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *