Une Autre Histoire de dinos

Une Autre Histoire de dinos
Emmanuelle Brillet

L’élan vert, 2021

Dinosaures : une aventure pas comme les autres ?

Par Matthieu Freyheit

On serait tenté, s’agissant de dinosaures, de balayer tout nouvel ouvrage d’une formule bien connue : « Tout est dit ». Mais en paléontologie comme en préhistoire, le mouvement règne : ainsi le sommeil du tyrannosaure, en couverture de cet album, est-il trompeur, et il suffit d’ouvrir le livre pour voir ce même dinosaure en coureur de marathon. Durer, voilà l’enjeu, et le paratexte se réclame à ce titre d’une perspective vaste : « Alors chères lectrices, chers lecteurs, gardez bien en tête que la terre est en perpétuelle évolution. » En d’autres termes : le mouvement seul, dure.
Cet album documentaire ne cache pas son ancrage écologique, le dinosaure étant depuis longtemps devenu une figure privilégiée de la « lecture verte » du monde. La Terre, qui devient « notre » planète, signifiant une appartenance qui dit à la fois l’intimité et la responsabilité, fait l’objet d’une morale que notre époque désignerait volontiers par ce mot qu’elle se répète : « care » – « Il faut en prendre soin », dit-on.
C’est ce paradoxal postulat a posteriori qui ouvre l’épopée terrestre : l’auteure ne se contente pas d’y présenter les dinosaures mais s’applique à situer leur règne, entre naissance des formes de vie et anéantissement d’une partie d’entre elles. Il faut de nombreuses aventures, et autant d’évolutions et d’adaptations qui sont leurs corollaires, pour en arriver à nos fameux dinos, dont nous connaissons déjà, plus ou moins bien, certains des acteurs les plus illustres : le tyrannosaure, le stégosaure, l’ankylosaure, l’iguanodon, etc. Un règne imposant, diront certains à la vue des bestiaux, mais l’auteure remet les choses en perspective : d’une part en rappelant que tous les dinosaures n’étaient pas des géants ; d’autre part en soulignant que les dinosaures n’ont jamais été seuls sur Terre : entourés de ptérosaures dans les airs, d’une vie marine riche et tout aussi impressionnante, mais également de mammifères, ils n’étaient qu’un ordre parmi d’autres.
À la fois documenté et ludique, précis tout en assumant les blancs de l’histoire et les questions en suspens, Emmanuelle Brillet signe un album qui ne sacrifie rien au plaisir graphique qui fait cohabiter sans tension le réalisme et l’imaginaire. C’est que « […] dans le ‘document’ paléontologique, le sens est entièrement à construire. Reconstituer un animal disparu, un dinosaure par exemple, est une opération singulière qui vise à produire l’image d’un être ‘inouï’, jamais vu de mémoire d’homme, qui fut jadis vivant mais dont jamais nous ne connaîtrons l’original », rappelle Claudine Cohen dans La Méthode de Zadig, pour qui l’imagination est partie-prenante de la méthode paléontologique.

Reste que nous savons comment s’achève l’histoire des dinosaures : mal. L’auteure soigne cependant la transition, fidèle à ce qui avait été annoncé : c’est le mouvement qui règne et, avec lui, la vie, qui cèdera la place à un nouveau héros : le mammifère.
Loin d’être anecdotique, cette mise en perspective revient sur l’idée que l’histoire des dinosaures n’est pas la nôtre. En effet, ce n’est pas parce que dinosaures et hommes n’ont pas cohabité qu’ils ne peuvent pas partager une communauté de destin.

Mais pour suivre le fil, le moment est venu de se plonger dans une autre « autre histoire » : celle des hommes préhistoriques, toujours chez l’Élan vert, et toujours avec Emmanuelle Brillet, dont le talent de la science et celui du dessin se conjuguent à l’art de la transmission.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.