Nightshade, « Lune de sang »

Nightshade 1, « La lune de sang »
Andrea Cremer
traduction (américain) par Julie Lopez
Gallimard, 2011

 Twilight like

par Christine Moulin

 On pouvait craindre le pire : la couverture, aux couleurs glaciales, comporte juste la petite tache de sang qui convient. La question censée attirer le lecteur a comme un air de déjà vu : « L’amour interdit vaut-il tous les sacrifices ? ».

Et par certains côtés, ce premier roman ne s’écarte que très peu du modèle Twilight. Nous assistons à la vie quotidienne d’adolescents, dans un lycée : cours, devoirs à faire, fêtes longtemps attendues (« qui invitera-t-il ? »), rivalités amoureuses, arrivée d’un nouveau, phénomène des « bandes », sexualité encore marquée du sceau de l’interdit, relations difficiles avec les parents, tout est là. Comme dans Twilight, il y a un « hic » : c’est que les héros sont des vamp… non, des loups-garous. Comme dans Twilight, l’héroïne hésite entre deux beaux mâles et l’érotisme est torride (parfois de façon un peu insistante…)

Mais certains éléments surprennent. En bien. Tout d’abord, le point de départ est inversé : au lieu qu’on attende la révélation de la nature surnaturelle des personnages, c’est une donnée de départ. Les renseignements sur l’organisation et l’histoire de l’espèce « loups garous » ne sont pas assénés d’un coup : ils se devinent à travers de nombreux indices, qu’il faut patiemment rassembler et croiser entre eux, pour aboutir à un tableau assez complexe. Le fait que l’héroïne soit en partie un animal transparaît à travers l’écriture, très riche en notations olfactives. Et l’auteur ne recule pas devant certaines références, sans qu’elles soient pour autant gratuites : Locke et Hobbes sont convoqués.

C’est que ce roman « twilightesque » ne se limite pas aux questions psychologiques : il pose la question du secret et de ses conséquences, des obligations des puissants, de la servitude dorée, du Devoir, de la loyauté, du destin, du nécessaire libre arbitre qui préside à l’accomplissement de soi. Si bien qu’à la fin du premier volume, ce n’est pas le seul suspens  qui fait attendre la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.