Tout bêtement

Jacques Roman, Carll Cneut
Tout bêtement

La Joie de lire, 2012

Quand les poèmes naissent de leurs illustrations…

Par Dominique Perrin

Tout un déploiement de poèmes en vers libres issus d’une galerie d’images dues à la griffe d’un grand illustrateur : c’est en quoi consiste l’album à la fois dense et aéré, imprévisible et cohérent publié par Jacques Roman « en rêvant à partir des illustrations de Carll Cneut ».
« Tout bêtement », parce que les dessins figurent exclusivement des sujets animaux, et que ces animaux vêtus affichent avec placidité leur fonction d’interprétants de la condition humaine. « Tout bêtement » aussi – et la gageure est magistralement mise en œuvre – parce que l’inspiration est au rendez-vous et montre par le fait qu’elle circule bien de l’image – plaisamment appelée « illustration » – vers le texte.
Si l’œuvre de Carll Cneut évoque ici notamment celle de Beatrix Potter, Jacques Roman mentionne en fin d’ouvrage la présence passagère, dans le tissu d’échos et de ruptures de ses vers très « libres », de poètes comme Michaux et Prévert, mais aussi de Baudelaire et de Joyce. L’ensemble se situe dans la lignée du fondateur Chantefables et Chantefleurs de Desnos et Jirincova Ludmila (Gründ, 1978).

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *