Liberté

Liberté
Paul Eluard, Anouck Boisrobert et Louis Rigaud
Flammarion, 2012

Liberté, je déploie ton nom

Par Dominique Perrin

On sait que ce plus fameux des poèmes d’Eluard semble ne jamais devoir s’avouer fini. Dans cet album aux tons à la fois doux et tranchés, à la matérialité  surprenante et signifiante, la continuité des vers obstinés et lumineux et la superposition patiente des pages esquisse la complexité d’un paysage – substrat géologique, milieu végétal, présence humaine et animale, verbe inscrit dans la calligraphie du monde. Mais ce paysage se déplie aussi, et l’album s’allonge alors encore et encore – comme pour faire le tour de la table familiale autour de laquelle les enfants courent autant de fois qu’ils ont d’années pour fêter leur naissance. Cette épure iconopoétique a pour point d’orgue la photographie d’un groupe de maquisards du Vercors en 1943, dont les sourires percutent l’esprit autant que l’œil – sans paratexte superfétatoire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *