Lune Mauve. Tome 1 : la disparue

Lune Mauve. Tome 1 : la disparue
Marilou Aznar

Casterman, 2013

La lune, comme un point sur un i

Par Matthieu Freyheit

lunemauve Avis aux éditeurs : c’est vrai. C’est vrai que l’auteure, Marilou Aznar, cède à certains tics d’écriture. Que les regards sont trop souvent « insondables », que le froid est « mordant » et les silences « religieux ». C’est vrai aussi que Séléné (quoi ? vous avez trouvé un lien avec le titre ?), héroïne du roman, est une adolescente « élue » de plus, sur laquelle un destin plus grand qu’elle s’abat. Et que tout cela n’a rien, A PRIORI, de très original. Pour autant, fallait-il affubler ce premier roman de l’auteure d’une couverture à faire fuir tout lecteur sain d’esprit ?

Lectrices, lecteurs, jouez-la Cercle des poètes disparus et n’hésitez pas à arracher cette couverture qui ne fait honneur ni au bon goût ni au talent de l’auteure. Une couverture qui semble aussi faire la démonstration que l’histoire d’une jeune fille ne pourrait intéresser que…des jeunes filles, de violet vêtues comme il se doit. Cela fait, plongez-vous dans ce roman non seulement efficace mais plutôt intelligent, sensible et bien écrit (la plupart du temps). Un roman qui échappe avec finesse à certains stéréotypes et qui à ce titre ne mérite pas d’y être ramené.

Séléné quitte la Bretagne pour entrer en seconde au prestigieux lycée parisien Darcourt. L’intégration n’est pas facile pour cette adolescente  plutôt introvertie qui sera peu à peu mise sur les traces de sa mère disparue. Histoires de cœur, civilisations perdues, conflits adolescents, peines et trahisons, tout y est, mais sans fausse note. Marilou Aznar a le talent de la subtilité, du bon dosage. On est ému parce qu’elle n’en fait pas trop. On y croit parce qu’elle ne pousse pas le vice. On rit parce qu’elle entretient un recul intelligent avec sa propre écriture et avec le genre qu’elle choisit d’explorer. Et si l’on forçait un peu le trait, il semblerait que son héroïne a un petit quelque chose de l’Elizabeth de Pride and Prejudice : une main de, une main de sarcasme, un souffle de, un souffle d’ironie, et un soupçon de second degré (oui, j’assume la référence ciné-musico-gastronomique). De quoi distinguer déjà cette série d’autres succès moins mérités du moment. Ajoutez que Marilou Aznar propose une vision « normale » du milieu scolaire : pas (ou peu) de clichés, rien d’insupportablement bien pensant, aucune idée reçue – ou seulement pour en découvrir la vacuité. Et, enfin, last but not least, un personnage de père professeur d’université complètement réussi, parfois exagéré pour mieux émouvoir, cocasse et très attachant. Bref, exit les vampires insipides, les loups-garous qui ne connaissent pas le t-shirt et toutes les créatures qui peuplent nos librairies de la jeunesse : les Sumériens ont davantage à nous/leur apprendre. Il reste à espérer que le tome 2 ne démente pas l’intelligence et le talent d’une auteure forte avant tout d’un sens aigu de l’équilibre, et de la justesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *