Sato lapin et la lune

Sato lapin et la lune
Yuki Ainoya
Syros, 2012

Et si on transformait la lune ?

Par Noémie Masson, master MEFSC Saint-Etienne

sato_lapinDans ce deuxième recueil, Yuki Ainoya propose un nouveau rendez-vous au cœur de la nature pour Sato lapin et tous ses lecteurs. Ce personnage, étrange de prime abord car vêtu d’un déguisement de lapin blanc et rose, fait voyager le lecteur dans un monde onirique empli de douceur et d’humour. Avec ces qualités, cet album idéal pour un jeune public sait aussi faire sourire les plus grands. Le lecteur est happé dès la première double page par le décalage de l’histoire qui, d’emblée, crée l’atmosphère de l’album : l’œil est invité à suivre plusieurs petites illustrations aux formes arrondies placées en demi – cercle autour d’un motif central.

Sato lapin joue avec la lune et la transforme en n’importe quel objet usuel. Une fois à bord du bateau lune, il est prêt à vivre toutes sortes d’aventures. L’auteur joue avec une palette de couleurs diversifiées et plutôt vives pour représenter les différents aspects de la nature et des saisons, qui sont exploitées pour créer des situations toutes plus farfelues les unes que les autres : attacher la pluie avec des rubans et donner un concert, détourner de jeunes pousses en forme d’hélices pour  faire surgir une forêt, traverser les airs dans une pelote fleurie. Tous les sens sont sollicités, ce qui confère une atmosphère de quiétude et de sérénité : respirer la végétation en prenant une délicieuse « douche de nature », s’asseoir contre le tronc d’un arbre, observer la nature la nuit, humer le parfum des fleurs.

Au service de la narration, la forme arrondie domine, seule sur la page, conjuguée à d’autres images, ou bien non cadrée, pour laisser imaginer le hors champ, où le  blanc est dominant. Parfois le blanc disparaît et le lecteur se trouve totalement immergé dans l’image. Les fonds de couleur contrastent avec des taches qui donnent aux paysages leur singularité, créant un monde onirique renforcé par la poésie du texte, souvent proche du haïku. L’attention du jeune lecteur est toujours attisée par de nombreuses onomatopées. Le lecteur se laisse emporter dans des aventures simples et inattendues au travers desquelles la nature est célébrée : il lui suffit de se laisser emporter.

Lune Mauve. Tome 1 : la disparue

Lune Mauve. Tome 1 : la disparue
Marilou Aznar

Casterman, 2013

La lune, comme un point sur un i

Par Matthieu Freyheit

lunemauve Avis aux éditeurs : c’est vrai. C’est vrai que l’auteure, Marilou Aznar, cède à certains tics d’écriture. Que les regards sont trop souvent « insondables », que le froid est « mordant » et les silences « religieux ». C’est vrai aussi que Séléné (quoi ? vous avez trouvé un lien avec le titre ?), héroïne du roman, est une adolescente « élue » de plus, sur laquelle un destin plus grand qu’elle s’abat. Et que tout cela n’a rien, A PRIORI, de très original. Pour autant, fallait-il affubler ce premier roman de l’auteure d’une couverture à faire fuir tout lecteur sain d’esprit ?

Lectrices, lecteurs, jouez-la Cercle des poètes disparus et n’hésitez pas à arracher cette couverture qui ne fait honneur ni au bon goût ni au talent de l’auteure. Une couverture qui semble aussi faire la démonstration que l’histoire d’une jeune fille ne pourrait intéresser que…des jeunes filles, de violet vêtues comme il se doit. Cela fait, plongez-vous dans ce roman non seulement efficace mais plutôt intelligent, sensible et bien écrit (la plupart du temps). Un roman qui échappe avec finesse à certains stéréotypes et qui à ce titre ne mérite pas d’y être ramené.

Séléné quitte la Bretagne pour entrer en seconde au prestigieux lycée parisien Darcourt. L’intégration n’est pas facile pour cette adolescente  plutôt introvertie qui sera peu à peu mise sur les traces de sa mère disparue. Histoires de cœur, civilisations perdues, conflits adolescents, peines et trahisons, tout y est, mais sans fausse note. Marilou Aznar a le talent de la subtilité, du bon dosage. On est ému parce qu’elle n’en fait pas trop. On y croit parce qu’elle ne pousse pas le vice. On rit parce qu’elle entretient un recul intelligent avec sa propre écriture et avec le genre qu’elle choisit d’explorer. Et si l’on forçait un peu le trait, il semblerait que son héroïne a un petit quelque chose de l’Elizabeth de Pride and Prejudice : une main de, une main de sarcasme, un souffle de, un souffle d’ironie, et un soupçon de second degré (oui, j’assume la référence ciné-musico-gastronomique). De quoi distinguer déjà cette série d’autres succès moins mérités du moment. Ajoutez que Marilou Aznar propose une vision « normale » du milieu scolaire : pas (ou peu) de clichés, rien d’insupportablement bien pensant, aucune idée reçue – ou seulement pour en découvrir la vacuité. Et, enfin, last but not least, un personnage de père professeur d’université complètement réussi, parfois exagéré pour mieux émouvoir, cocasse et très attachant. Bref, exit les vampires insipides, les loups-garous qui ne connaissent pas le t-shirt et toutes les créatures qui peuplent nos librairies de la jeunesse : les Sumériens ont davantage à nous/leur apprendre. Il reste à espérer que le tome 2 ne démente pas l’intelligence et le talent d’une auteure forte avant tout d’un sens aigu de l’équilibre, et de la justesse.

Pauvre Petit Chat

Pauvre Petit Chat
Michel Van Zeveren
Pastel, 2012

Ne pas regarder le doigt… 

par Christine Moulin

47853L’idée de départ est originale : un pauvre petit chat blanc est perdu. La lune s’en rend compte et, affublée d’un grand nez, se met à lui parler. Elle le rassure, le prévient des dangers qui le menacent, le houspille parfois: bref, une vraie mère…!

Sur fond noir, au sombre de la nuit, le récit « en randonnée » (qui ne nous mènera pas bien loin: on ne quitte pas le quartier du petit chat!)  permet ici de s’identifier au héros et d’affronter, pour se rendre compte qu’on peut y échapper, les dangers qui menacent les petits: le bruit qui fait peur, la porte qui claque et qui fait mal, mais aussi la honte, la peur de l’abandon… Qu’il sera doux pour les enfants de trembler pour de faux!

L’adulte, quant à lui, a le droit de voir dans cette histoire un reflet de la façon dont on traite les exclus dans notre société: les indifférents d’hier se glorifient d’être les « sauveurs » d’aujourd’hui. Un écho de la façon dont on peut lire le phénomène des « Restos du coeur »? Qui sait ?

La chute, comme toujours chez Michel Van Zeveren, laisse la porte ouverte à toutes sortes d’interprétations et de réflexions… La lune, par exemple, pourrait-elle être une figure de l’auteur qui fait mine de se désoler des malheurs de son personnage mais qui doit bien les lui faire subir pour qu’existe l’histoire, jusqu’au silence final, celui sur lequel se referme le livre…?