Abracadabra Amanda

 Abracadabra Amanda
Olivier Pouteau
Rouergue 2014,

 

 Magie et deuil font bon ménage

Par Maryse Vuillermet

 

 

 

abracadabra amanda Une très étrange affaire attend le commissaire Brouillard. Une partie du corps, le milieu plus précisément, d’Amanda,  la fille la plus insupportable du collège,  a été enlevé pendant le numéro de magie de la fête de Noël au collège. C’est Léonard, le responsable, mais,  passé le moment de folie qui a occasionné son acte, il ne sait plus quoi faire de cette boite où peut-être se trouve le cœur d’Amanda, en tout cas, il entend une pulsation. Il faut dire que Léonard est très malheureux, il a perdu sa mère et il n’arrive ni à la pleurer ni à la voir en rêve ni à en parler à son père tout aussi fracassé que lui.

Il n’arrive qu’à la dessiner et quand un de ses dessins se retrouve coincé dans la boite,  voilà qu’il la voit enfin en rêve.

Cette histoire qui peut paraître aberrante,  en fait,  vous attrape dès la première page ; le mélange de magie et de tristesse fonctionne ; les amis de Léonard l’aident,  le grand Eliot, fils d’un policier municipal le renseigne sur les avancées de l’enquête, et Tom, le silencieux et sage Tom,  que fait-il ? Ne serait-ce pas lui qui envoie des billets anonymes à Amanda pour l’obliger à se corriger, si elle veut récupérer son morceau de corps, par exemple réunir ses amies avec qui elle a fait du mal et en discuter, ne plus parler d’elle pendant une heure? Amanda, au début s’est pavanée, immobilisée au milieu de la scène dans la boite à magie, entourée d’un médecin, de ses parents et de la police mais,  plus le temps passe, et plus elle se fatigue et plus elle commence à comprendre…

 Ce petit récit est une réussite, un subtil équilibre entre loufoquerie, tendresse, humour, mystère et magie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *