La fois où j’ai écouté ma mère

 La Fois où j’ai écouté ma mère
Thierry Guilabert
L’école des loisirs, medium  2014,

  Une  communauté de vieilles dames  pour  seul refuge ! 

Par Maryse Vuillermet

la fois où j'ai écouté ma mère image Mila ne sait pas trop où elle va avec sa mère, cette nuit-là. Elles arrivent dans une région très isolée, très sauvage des Cévennes, puis dans un hameau habité par de vieilles dames qui se soutiennent et s’entraident. Sa mère lui a juste dit qu’elles allaient chez sa nourrice, Mado. En fait, elles fuient le mari et père devenu,  à cause de la misère,  aigri puis alcoolique, puis violent.

 Là-haut la vie est rude, chacune contribue à la vie communautaire, Mila lit pour les vieilles dames et ainsi découvre ce qu’est la lecture. Une autre ancêtre ancienne institutrice la fait travailler. Mila et sa mère se reconstruisent peu à peu mais, dans la vallée, la société, la police, les services sociaux n’aiment pas les femmes en fugue et les jeune filles déscolarisées. Tous aident les hommes violents à les retrouver. On sait que la paix de cette communauté drôle et efficace va être brisée, mais on ne peut imaginer de quelle façon.

La fin est haletante et angoissante.

Ce petit roman est attachant, et riche:  entre le somptueux tableau de la nature cévenole, la drôlerie et le caractère utopique de cette communauté de femmes et la réalité sociale de la crise et de son cortège de misères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.