Eben ou les yeux de la nuit

Eben ou les yeux de la nuit
Elise Fontenaille-N’Diaye
Rouergue  2015,

 Dénoncer  le passé

Par Maryse Vuillermet

eben ou les yeux de la nuit Un roman qui a la forme d’un récit autobiographique. Le narrateur, Eben, s’apprête à fêter la grande fête de son peuple, la nuit Rouge. Il habite en Namibie, à Lüderitz, au bord du plus grand et plus ancien désert du monde, le Kalahari. Son pays a été colonisé par les Allemands. Eben en sait quelque chose, lui qui  a les yeux bleus,  il a compris qu’il était descendant d’un viol, sûrement celui perpétré par le commandant Allemand Von Trotta, un militaire sanguinaire qui enfermait les femmes sur une île, les violait et les tuait.  En fait, les Allemands ont expérimenté la Shoah en Afrique, ils menaient des expériences scientifiques sur les hommes noirs pour prouver leur infériorité. Quand il a compris qu’il avait du sang de génocidaire en lui, Eben a voulu s’arracher les yeux, il a failli en devenir fou mais il a été soigné à l’hôpital.

Aidé par son oncle Isaac, peintre, et homme  plein de sagesse, il cherche à comprendre pourquoi toute trace du passé, des meurtres, massacres  et viols commis  par l’armée allemande ont  été effacées par les Blancs, encore maîtres de son pays aujourd’hui.

La veille de la fête donc, il a soudain une idée qui concerne la grande statue du commandant allemand qui trône toujours au milieu de la place. Une façon de se venger du passé !

Elise Fontenaille a l’art, un peu comme  Didier Daeninckx,  de retrouver et  de dénoncer  sous forme romanesque, les crimes  de l’Histoire, et en particulier ceux de la colonisation,  et de l’extermination  des peuples indiens  d’Amérique  et des peuples noirs d’Afrique.

1 réflexion sur « Eben ou les yeux de la nuit »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.