Le Mystère de la tête d’or (t. 1 et 2)

Le Mystère de la tête d’or, vol. 1 (le trésor de l’île) et 2 (l’énigme du grenat perdu)
Catherine Cuenca
Gulf Stream éditeurs, 2013

Les trois compagnons de la Croix-Rousse
Ou : des difficultés du roman historique pour la jeunesse

Par Anne-Marie Mercier

Si le titrmystere-de-la-tete-or-tresor-de-lislee du premier volume évoque Le Club des cinq d’Enid Blyton (Le Club des cinq et le trésor de l’île), le lieu, entre Croix-Rousse, Guillotière et Brotteaux (Lyon donc, pour « ceux qui sont pas d’ici – faut bien qu’y en ait d’ailleurs »), fait penser à la série de P. J. Bonzon (Les Six Compagnons de la Croix-Rousse). Mais ils ne sont que trois, et il n’y a pas Dagobert ni Kafi ; je fais écho à la protestation de Christine Moulin. Ceci s’expliquant par une autre différence, majeure : cette série est historique. Donc sérieuse, et chacun sait qu’à l’époque l’animal de compagnie n’accompagnait pas les enfants de milieu pauvre et urbain.

Catherine Cuenca manie le suspens aussi bien que ses devanciers, mais ce parti pris de sérieux historique gâche l’ensemble : d’abord, parce qu’on a trop l’impression de lire une leçon de vocabulaire lyonnais et de pittoresque (à croire qu’à Lyon, chez les ouvriers en soie on ne mangeait que des gratons et des bugnes…), et ensuite parce que cela n’est pas sérieux : la mentalité des personnages est présentée de façon totalement anachronique et l’écriture à la première personne ne tient pas : quand un personnage dit qu’il pose des écuelles « sur la planche en bois brut dressée sur tréteaux qui nous sert de table, », on entend le pédagogue qui fait une leçon sur le mobilier, mais pas le narrateur. Enfin, ce n’est pas en utilisant systématiquement des mots archaïques qu’on rend la vérité d’une époque : voir la catastrophe qu’est, à mon avis, la série des Colombes du Roi-Soleil.

C’est tout le problème du roman historique : comment faire en sorte qu’un jeune lecteur s’identifie à un personnage qui lui est trop étranger ? Première réponse : si on se pose la question, alors il faut éviter le roman historique. Deuxième réponse : on n’est pas obligé d’user toujours de la première personne (voir la réussite de l’Orphelin des Lumières). Troisième réponse : si on tient absolument à écrire à la première personne et qu’on n’est pas un vrai écrivain ni un vrai historien, le voyage dans le temps est une solution. Une autre série de Catherine Cuenca montre qu’on peut proposer ainsi un héros proche situé dans un univers lointain.

Appel aux auteurs : pitié ; arrêtez la narration à la première personne dans les romans historiques, à moins d’être Chantal Thomas – qui, elle, n’essaie pas d’imiter le langage archaïque mais introduit dans son style une souplesse ancienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *