Les mystères de Larispem, t. 1 : Le sang jamais n’oublie

Les Mystères de Larispem, t. 1 : Le sang jamais n’oublie
Lucie Pierrrat-Pajot
Gallimard Jeunesse, 2016

Mystères parisiens

Par Anne-Marie Mercier

Ce premier roman de Lucie Pierrat-Pajot a été sélectionné, comme l’an dernier La Passe-miroir de Christelle Dabos, par le jury du concours du premier roman organisé par Gallimard Jeunesse, RTL et Télérama. Comme le précédent, il est le premier volume d’une série et est très original.

Il se situe dans le cadre d’une uchronie : la Commune de Paris a eu raison des Versaillais en 1871 et est devenue une cité-état indépendante. Elle a chassé les prêtres et les aristocrates, la profession la plus respectée est celle des bouchers qui ont mené l’insurrection ; leur argot, le louchebem a donné son nouveau nom à la ville. Ainsi, derrière ce titre imité des Mystères de Paris, on devine l’influence d’Eugène Sue et de fait le roman est rempli de ressorts du roman populaire (coïncidences, vertu malheureuse, complots, reconnaissances…). Jules Verne est lui aussi bien présent, comme personnage mais aussi dans la description des technologies de ce monde parallèle au nôtre, souvent inventives et charmantes.

Les mystères s’accumulent, une malédiction plane, l’Allemagne complote, les rues de Larispem sont sombres et pleines de dangers et nos héroïnes, bientôt rejointes dans l’action par un orphelin étrange, sont en danger…

 

1 réflexion sur « Les mystères de Larispem, t. 1 : Le sang jamais n’oublie »

  1. Je viens de le finir! Je l’ai également trouvé original (ne serait-ce que parce qu’on parle peu de la Commune en général et dans la littérature de jeunesse, en particulier). Les ingrédients sont connus mais bien dosés: certes, la « tribu » d’adolescents qui découvrent les pouvoirs dont ils sont dotés, ce n’est pas nouveau mais transposé dans ce contexte historique inédit, ce thème regagne de l’intérêt. Une seule chose me chiffonne: on parle de Jules Verne, mais pas de Hugo, pourtant défenseur des Communards !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.