Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle

Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle
Rohan O’Grady
Traduit de l’anglais (Canada) par Morgane Saysana
Monsieur Toussaint Louverture (« Monsieur Toussaint L’aventure »), 2019

Jeux interdits en Colombie britannique

Dans la série des petites canailles épouvantables, les héros de June Margaret (alias Rohan) O’Grady sont assez corsés. Sur une petite île au large de la Colombie Britannique, deux enfants non accompagnés débarquent du même bateau où ils ont fait assaut de détestation, d’aigreur et de mauvaises farces.  Le garçon, Barnaby, orphelin millionnaire et malheureux, qui arrive seul (son oncle, qui est aussi son tuteur, devait l’y accueillir mais a pris du retard) semble a priori le pire, mais Christie, la fillette, n’est pas mal dans un autre style (père alcoolique, mère épuisée) et on ne sait lequel des deux est le moteur principal de leurs bêtises, toutes assez spectaculaires.
Mais ces bêtises de garnements ne sont rien face au projet qui va naitre au cours du roman et connaitre une forme de réalisation (chut !) : assassiner l’oncle du garçon. Le lecteur comprend peu à peu que les terreurs de l’enfant, son déséquilibre et sa conviction que son oncle est responsable de la mort de ses parents et veut l’assassiner à son tour ne sont pas si imaginaires que cela. Christie, qui commence par détester Barnaby (et réciproquement), le comprend plus vite que le lecteur. Le sergent Coulter, qui seul pourrait les protéger, beaucoup plus lentement, ce qui fait que le roman glisse peu à peu de la fantaisie enfantine drolatique au thriller glaçant.

C’est aussi un roman crépusculaire hanté par la mort : celle des jeunes de l’île, partis pour participer à la guerre de 14-18 et qui ne sont pas revenus (l’un est le fils, toujours pleuré, du vieux couple qui accueille Barnaby) à l’exception d’un seul, le sergent Coulter perdu dans une culpabilité et une solitude profondes. L’amour y est malheureux et impossible, source de mille souffrances ; c’est le cas de celui que le sergent éprouve depuis des années pour la femme du pasteur, c’est aussi celui de Barnaby, dans sa quête désespérée d’une figure paternelle aimante. Par contraste la douceur de la femme chez qui loge Christie, ses pâtisseries et sa compréhension éclairent légèrement le tableau.
Il y a un peu de Jeux interdits dans ce roman, avec les scènes dans lesquelles les enfants jouent dans le cimetière après y avoir été envoyés pour y accomplir des « travaux d’intérêt général ». Il y a de l’humour grinçant dans le récit de leur amitié avec un fauve homicide, Une-Oreille. Je cite ici le passage choisi par Nadael, une blogueuse :

« Ils aimaient Une-Oreille et étaient persuadés que tout ce dont le félin avait besoin pour être tout à fait comblé c’était d’accepter leur amour et le leur rendre. (…) Une-Oreille renoncerait à ses mauvaises manières et à ses habitudes alimentaires bizarres. En un mot, il rentrerait dans le droit chemin et se mettrait à les adorer autant qu’eux l’adoraient ; il engraisserait grâce à un régime à base de roulés à la cannelle, de confiseries, il boirait du vin de framboise et non plus du sang, et tous les trois vivraient heureux pour l’éternité dans le meilleur des mondes. (…) De son côté, Une-oreille les détestait un peu plus profondément chaque jour, et la seule pensée de leurs menottes collantes et leurs haleines chargées de réglisse le faisait grimacer. »

Ce roman illustre parfaitement le projet de la collection « Monsieur Toussaint L’aventure » : « Nous avons parfois croisé des romans qui n’étaient pas destinés qu’aux adultes et qui pourtant nous plaisaient. Monsieur Toussaint Laventure publiera des romans inédits, et republiera certains de nos livres, toujours à destination des adolescents et d’un jeune public (à partir de 13-14 ans) ». Adapté au cinéma dès 1966 par le réalisateur William Castle (producteur de « Rosemary’s Baby » en 1968), ce roman et son auteure avaient été oubliés. « Il refait surface trente ans plus tard grâce à un article paru dans la revue « The Believer » en 2009. L’année suivante, « Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle » est réédité » (Babelio)
Bravo Monsieur Toussaint!

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *