Cyril et Pat

Cyril et Pat
Emily Gravett
Traduit (anglais) par Rosalind Elland Goldsmith
Kaléidoscope, 2018 (MacMillan children’s Books 2018)

 Tu ne vois pas ?

Par Chantal Magne-Ville

Encore une histoire d’amitié impossible, direz-vous ? Eh bien oui, mais revisitée par l’humour d’Emily Gravett, qui peint la rencontre d’un écureuil avec…un rat, dont, dès les premières pages, elle s’amuse à souligner l’incroyable ressemblance. Ce qui explique que Cyril, pauvre écureuil esseulé dans son parc anglais, peine à se rendre à l’évidence, puisqu’il a enfin quelqu’un avec qui jouer.
Pourtant ses voisins, pigeons, canards, et oies,  s’emploient à le mettre en garde : « Enfin, Cyril, tu ne vois pas ? Ton ami n’est autre qu’un…. ». Mais totalement aveuglé, Cyril achève toujours la phrase avec ses propres qualificatifs, tous plus généreux les uns que les autres : « écureuil, tout comme moi ! » ou « pur génie !», « esprit généreux !», ou « écureuil très malin ! ». C’est finalement un petit garçon venu lui donner des cacahuètes qui prononce le mot fatal : « un rat », à partir duquel la réalité s’impose ; fini de jouer à cache-cache, d’effrayer les pigeons, ou de fuir le chien, et… retour aux tourments de la solitude. Les jeux qui étaient amusants deviennent risqués quand on est seul, ses voisins n’hésitant plus à l’agresser.
La structure du livre joue sur des effets dilatoires, la réponse aux phrases interrompues nécessitant de tourner la page, pour une surprise et un plaisir toujours renouvelés. Le texte s’efforce de rimer : « Pour être amis, c’est évident, vous êtes trop différents !» ; le mot « rat » résonne avec « malfrat », laissant ressurgir tous les stéréotypes sur le rongeur.
Emily Gravett  montre le rat comme un voleur, un morceau de pain dérobé aux canards caché dans le dos, ou se défaisant difficilement d’un chewing-gum. La mimique des personnages est toujours très expressive, comme la hargne du chien sur le point d’attraper l’écureuil, hargne qui se mue en terreur face à l’armée des rats.
Le lecteur est emporté par le dynamisme des images, qui occupent souvent la double page, s’amusant à suivre le parcours des protagonistes retracé en pointillés de couleur lorsque le chien les course. Les pages très colorées du début s’obscurcissent quand, une fois seul, l’écureuil poursuivi se retrouve dans les bas fonds où règnent les rats. Mais partout de petites touches d’humour évitent de dramatiser : les boutiques ont des noms amusants « Le piège à rats », ou « Drôle d’ami », le chien agresseur, à la fin, promène des rats dans un patin à roulettes…
La double page d’introduction se retrouve à l’identique pour clore le récit, mais transfigurée par la nuance rosée de l’amitié retrouvée.

Une lecture aussi réjouissante qu’instructive !…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *