Théo et Élisa à la poursuite de la grande baignoire blanche

Théo et Élisa à la poursuite de la grande baignoire blanche
Pascal Prévot
Rouergue, 2018

Moby Dick ? Et zou !

Par Anne-Marie Mercier

On avait beaucoup aimé la première aventure de Théo et Élisa, chasseurs de baignoires, celle-ci est tout aussi délirante, et peut-être plus, car elle maintient la même impression extraordinaire tout en étant une reprise des surprises du premier.

Un prologue montre les héros à la recherche d’un robinet en fuite (la jungle, milieu humide comme on le sait est un refuge parfait pour les robinets rebelles). Ce robinet n’est autre que celui de la source du Nil, on imagine le désastre.   Le dialogue entre Élisa et son père donne une idée de la logique imparable de l’ensemble :

« C’est tout de même bizarre qu’un robinet soit la source du Nil, avait remarqué Élisa. J’avais lu que c’était un mélange de pluies et de lacs.
– C’est ce qu’on dit,. La vérité est plus simple et plus pratique, avait rétorqué mon père. Un problème ? Hop ! on ferme le robinet, et tout s’arrange. Ça se passait déjà comme ça dans l’Antiquité. On tourne le robinet et zou, c’était parti pour une nouvelle crue annuelle. »

Ces premières pages nous mettent dans l’ambiance pour partir avec les deux enfants et leur père à la recherche de la grande baignoire blanche, « l’aventure la plus terrible, la plus excitante » , non sans avoir au préalable revissé le robinet du Nil, pour traverser ensuite le lac Victoria, , l’Ouganda, le Soudan…

La suite est une réécriture de Moby Dick de Melville : le capitaine a une jambe en fonte et est obsédé par la baleine, pardon, la baignoire, qui est la cause de son infirmité ; il déborde d’ « énergie intérieure » à tel point que ses œufs brûlent dans son assiette.

Aventures, loufoqueries, rencontre d’une momie (plutôt sympathique et pleine de vie), rebondissements multiples au propre comme au figuré, tout est à l’avenant dans un rythme endiablé, pour un plaisir parfait.

 

Par Anne-Marie Mercier

 

L’Enlèwement du « V »

L’Enlèwement du « V »
Pascal Prévot – Emma Constant (illustrations)
Rouergue 2019

Panique au ministère de l’orthographe !

Par Michel Driol

Canular ou pas ? Lorsque le ministère de l’orthographe reçoit une lettre de menace annonçant la future disparition de la lettre V, personne ne sait trop que penser ou faire, jusqu’au jour où le V disparait réellement (tant de la langue orale que de la langue écrite). Et le maitre-chanteur d’annoncer la future disparition du Y… Omicron Pie, mathématicien nommé au ministère de l’orthographe va mener l’enquête avec l’aide d’une bande de loufoques centenaires. Il y gagnera une promotion, la découverte des lettres étalons, des secrets de la Résistance, et l’amour…

Humour, fantaisie et rebondissements sont au programme de ce roman à l’écriture jubilatoire. On salue l’originalité : on a enlevé de nombreuses choses en littérature, mais pas de lettres… On apprécie le ministère de l’orthographe, et ses chargés de mission, ses divisions…. Que ce soit dans les noms des personnages, ou celui des structures (l’Office de protection des voyelles rares…. tout un programme), le roman entraine son lecteur dans un drôle d’univers où se croisent linguistes et physiciens, pour la plus grande joie du lecteur. Amateurs de sérieux, passez votre chemin.  Et si le W remplace le V, c’est peut-être en hommage au souvenir d’enfance de Perec… et à d’autres disparitions.

Un roman qui pastiche avec bonheur les romans policiers et qui rawira les amateurs de personnages déjantés et de situations tragi-comiques…

Prosper Redding, vol 2 ; : La Dernière Vie du Prince Alastor

Prosper Redding, vol 2 ; : La Dernière Vie du Prince Alastor
Alexandra Braken
Traduit (USA) par Isabelle Troin
La Martinière jeunesse, 2019

Gadoues diaboliques

Par Anne-Marie Mercier

Les aventures de Prosper Redding, habité par un démon nommé Alastor sont bien alambiqués, et pleines de péripéties, de recoins, de monstres divers tous plus gluants les uns que les autres. Elle se déroule dans le monde des démons, c’est donc une sorte de descente aux enfers qui mène le jeune Prosper à la recherche de sa sœur (voir le mythe d’Orphée). Pourra-t-il la retrouver ? Ayant vendu son âme et son corps au démon, pourra-t-il se sauver de cette malédiction ? que deviendra Alalstor, qui cherche en utilisant le corps de Prosper qu’il habite (ce thème du corps habité semble très présent ces temps-ci en littérature pour adolescents) à reconquérir son royaume ? toutes ces questions sont résolues dans les 485 pages de ce volume, en prenant son temps pour décrire les horrifiques créatures et les terreurs qu’elles suscitent. Enfin, la couverture est très réussie.

L’Ours contre la montre

L’Ours contre la montre
Jolivet et Fromental
Hélium, 2018

Apprendre à lire l’heure avec un ours

Par Anne-Marie Mercier

Un ours qui est obsédé par l’heure ? quelle idée ! mais pas plus folle que de les histoires de pingouins de Jolivet et Fromental ; et le lapin d’Alice a ouvert la voie. Ici, on peut aussi supposer que le jeu avec l’expression « c-ourse  contre la montre » a pu jouer. Donc au début de l’album un ours, gigantesque et orange, se bat avec le temps et arrive en retard partout : à l’arrêt du car scolaire, à l’école, à la cantine… il n’est jamais au bon moment au bon endroit.

La famille humaine qui l’héberge prend le problème à bras le corps après avoir compris qu’il vient du fait que l’ours ne sait pas lire l’heure. Grâce aux explications et aux schémas proposés en quantité par le père, l’ours comprend tout et entre dans une vie de temps réglé, efficace, employé à des activités multiples : en plus des cours de l’école où il n’est plus jamais en retard, il prend des cours de tuba, de claquettes, de cuisine, fait du bénévolat, du baby-sitting… jusqu’au « burn-ours » qui l’oblige à avoir encore un nouveau rapport au temps.

Ce gros ours encombré de lui-même et qui emplit bien les pages est touchant de maladresse et d’enthousiasme et l’album propose une réflexion sur le temps tout en fournissant une méthode d’apprentissage de la mesure du temps : à faire lire aux oursons en difficultés avec ces comptages complexes, donc.

 

 

Sa Majesté Ver-de-Terre et autres folles princesses

Sa Majesté Ver-de-Terre et autres folles princesses
Piret Raud
Rouergue, 2013

Les rois du bizarre

Par Anne-Marie Mercier

Les princesses sont davantage présentes que le Ver-de-Terre, mais dans toutes les histoires, c’est tout aussi fou : princesse aux jambes tordues, princesse timbre-poste, princesse éléphant, princesse à l’envers, princesse momie… toutes ces princesses sont munies de tout ce qu’il faut (un palais, une robe de princesse, des parents parfois), mais tout va de travers avec elles et elles nous montrent soit les miracles de l’esprit positif, soir les désastres de l’aveuglement.
C’est loufoque à souhait mais parfois très sage ; certains récits sont des fables réussies sur l’égoïsme et le narcissisme, d‘autres semblent tout à fait gratuits. Tous célèbrent la multitudes des possibilités, fictionnelles ou réelles.

 

Les Aventures de Lester et Bob

Les Aventures de Lester et Bob
Ole Könnecke

L’école des loisirs, 2017Entre amis

Par Anne-Marie Mercier

Ce petit album a sans doute connu un beau succès – du moins on l’espère puisque c’est une réédition de la première version de 2016. Ce serait mérité. Son thème doit intéresser de jeunes lecteurs car il parle d’un sujet crucial pour eux (et pour les autres aussi)  : comment être ami ? doit-on tout accepter ? peut-on être ami avec quelqu’un de très différent ? peut-on être gai quand son ami est triste – ou l’inverse ?
Toutes ces questions ne sont pas posées mais naissent des situations cocasses où se retrouvent Bob, l’ours balourd, et Lester le canard malin et élégant.
Décidément, Ole Könnecke, auteur également de la série des Anton (Anton et les filles, Anton est-il le plus fort, etc.) est parfait pour aider à philosopher avec les plus jeunes.

Foot mouton

Foot mouton
Pablo Albo, Guiridi
Didier jeunesse, 2018

Scoops

Par Anne-Marie Mercier

Première nouvelle, les moutons savent compter – le troupeau est composé de 71 individus. Deuxième nouvelle, quel que soit le nombre qu’on est, si c’est un chiffre impair, on peut jouer au foot, car cela fait deux équipes et un arbitre. Quant au ballon, c’est une pelote de laine (rouge, éclatante dans ces pages où presque tout est gris, noir ou blanc).
A partir de ce scenario, tout est possible mais pas la partie prévue : tout se ligue contre eux pour empêcher la partie, même le loup…
Scoop final : le foot serait d’abord et surtout un jeu, et non une compétition. Cet album en offre une belle démonstration.

Big Nate, vol. 7 : « C’est ma fête »

Big Nate, vol. 7 : « C’est ma fête »
Lincoln Peirce

Gallimard jeunesse (folio junior), 2017

Amis/ennemis de toujours et d’hier

Par Anne-Marie Mercier

 

Lorsqu’on est chargé de servir de mentor à un nouvel élève tout juste débarqué au collège, on doit faire face à de nombreux défis : le protéger des brutes auxquelles on ne sait pas résister soi-même, le renseigner sur les difficultés (profs tyranniques, cantine redoutable, élèves fourbes…), mais aussi le supporter, même si on le trouve insupportable et si on n’a rien en commun : voilà le défi de Nate, qui s’en sort plutôt bien grâce à son amie Dee-Dee (vive les filles !) après bien des dérapages.

Un autre sujet est abordé en parallèle : l’anniversaire du collège, et la découverte du journal illustré d’une élève qui le fréquentait cent ans plus tôt. Cela permet d’informer les jeunes lecteurs sur ce qu’était l’éducation autrefois (plutôt plus sévère et très austère), sur les changement et les invariants (profs tyranniques, cantine redoutable, élèves fourbes… et humour des élèves dessinateurs).

Docteur Dolittle

Docteur Dolittle
Seymour Chwast, d’après Hugh Lofting
Traduit (Etats-Unis) par Lili Sztajn
Hélium, 2018

Images et voyages d’outre-temps

Par Anne-Marie Mercier

Le célèbre Dr. Dolittle, créé par Hugh Lofting pour ses enfants pendant la guerre de 14-18 (c’est une belle histoire, voir la page Wikipedia) a connu bien des aventures, depuis sa première publication en 1920 (onze volumes parus jusqu’en 1948) : le cinéma, les séries télévisées… en voici une nouvelle, la parution en BD, et quelle BD !  Seymour Chwast pastiche les bandes dessinées du début du XXe siècle, avec des inserts à la Benjamin Rabier, une narration sage et quelque peu redondante en cartouches, des couleurs pastel crayonnées. Ses animaux sont croqués à la diable, les humains sont grotesques à souhait et lebon docteur a la rondeur de son caractère.

Le Dr. Dolittle a la particularité de parler avec les animaux. Il sait ainsi les soigner et va pour cela jusqu’en Afrique, est mis en prison par le roi du pays des singes, s’évade, ramène un animal rare en Angleterre (le très cocasse Poussemi-poussemoi), est attaqué par des pirates, etc.

Il a quelque chose de Tintin (la dernière page évoque fortement Tintin au Congo) dans sa générosité tous azimuths, un peu de Bécassine dans sa naïveté. L’ensemble est très drôle, charmant. Il permettra aux petits français de se familiariser avec un héros très célèbre dans le monde anglophone.

Voir quelques planches

Philibert Merlin Apprenti enchanteur

Philibert Merlin Apprenti enchanteur
Glwadys Constant
Rouergue 2018

La chose la plus importante, c’est le choix d’un métier : le hasard en dispose

Par Michel Driol

Dans la famille Merlin, chacun possède un don magique : qui pour les mathématiques, ou la musique, ou la physique, ou la littérature… Mais Philbert semble désespérément normal… Il a beau chercher dans quel domaine il serait doué, il n’y parvient pas, et ses tentatives deviennent vite des catastrophes. Sa famille inquiète consulte, tente par tous les moyens de l’aider à trouver son don, rien n’y fait… Jusqu’au jour où le vilain petit canard fait la rencontre décisive qui lui permet de découvrir ce pour quoi il est doué… Mais on ne le révèlera pas dans cette chronique !

Le roman est drôle et enlevé, plein d’humour. La famille, apparentée à tous les plus grands génies (de Poincaré à Einstein…), les parents, les 7 enfants surdoués donnent lieu à une galerie de portraits à la fois stéréotypés (dans le bon sens), drôles et touchants. Les situations humoristiques s’enchainent à un rythme soutenu. On est plein d’empathie pour Philibert, qui a du mal à trouver sa place dans cette famille de génies : l’une des forces du roman c’est que le lecteur le devine avant Philibert et ses parents ! Le livre possède une dimension psychologique et apaisante : chacun possède un talent caché, c’est dans l’interaction et la rencontre avec les autres, avec les situations que propose la vie qu’il se découvre. Inutile donc de vouloir se spécialiser trop vite, ou grandir trop vite. Il faut prendre du temps pour se découvrir et se réaliser. Tout cela a de quoi rassurer des enfants en échec : ils finiront bien par trouver leur domaine de réussite.

Un petit roman humoristique pour aider les enfants à prendre confiance en eux…