La galette et le roi

La galette et le roi
Schéhérazade, Marianne Barcilon (ill.)
Kaléidoscope, 2020

Politique de la galette

Par Christine Moulin

Janvier voit revenir inlassablement Roule Galette ou assimilées. Voilà de quoi changer un peu: on assiste à la désignation pour un an du roi de la forêt, via la traditionnelle fève. Chacun pourra retrouver le délicieux frisson qui préside à la cérémonie et s’amuser des ruses des uns et des autres pour essayer de s’emparer du précieux objet: l’ours essaye l’argumentation (il aurait, selon lui, droit à deux parts parce qu’il est plus gros!), la belette feint d’avoir avalé la fève (un grand classique!), le faon dans son innocence la confond avec sa première dent de lait et le loup multiplie les tentatives malhonnêtes. Tout cela est mignon. Les aquarelles ajoutent beaucoup de charme à cet ouvrage car les animaux et leurs petits sont très bien croqués et leurs grands yeux attendrissants ne peuvent que séduire le lecteur. Tout est peut-être un peu trop mignon, d’ailleurs: la question du pouvoir n’est guère discutée, si ce n’est par le cerf qui essaye de se convaincre qu’il n’a pas le droit à un second mandat et, très furtivement, par le putois qui fait l’amère constatation que jamais on n’a vu un putois roi… Bref, les bons sentiments prennent vite le dessus. Mais admettons: un peu de douceur ne peut pas faire de mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *