Il pleut des chats

Il pleut des chats
François David
La Feuille de thé, 2020

LE chat

Par Christine Moulin

S’il est un recueil qui peut rendre compte du pouvoir de la poésie, c’est bien celui-ci car le chat, de même qu’il est difficile à dessiner, est difficile à évoquer. Or François David y réussit merveilleusement, à travers un registre varié de poèmes, qui va du presque-haïku à la liste, en passant par des feux d’artifice de mots inventés. Il sacrifie avec bonheur à ce qui est presque attendu: les jeux sur les expressions contenant le mot « chat » (à commencer par celle qui constitue le titre, en un clin d’oeil à l’absurde et délicieux idiome anglais « it’s raining cats and dogs ») ou bien le répertoire des races félines, des façons de dire « miaou » selon les langues, des noms donnés par les écrivains à leur animal. Mais là où l’auteur excelle, c’est dans la description de certaines attitudes qui rappellent en quelque sorte les estampes japonaises: il sait capter un instant, le coucher sur la page et en préserver la vibrante magie. C’est que François David aime les chats: on le sent quand il décrit leur regard, leur pelage, leurs mouvements; on le sent quand il évoque leurs « pattes sudoripares » qui laissent d’émouvantes traces, leur habitude d’occuper le siège de leur humain avec la « ronronnante conviction » de participer à son travail ou la façon qu’ils ont de dissimuler leur trouble et de se donner une contenance en se livrant à une toilette compulsive. On le sent quand il esquisse les rapports que les hommes entretiennent avec eux, parfois marqués par la cruauté humaine, dénoncée dans des poèmes coups de poing. On le sent quand il envisage, de façon tellement poignante, la mort d’un chat aimé.
« S’il n’y a pas un chat
on se sent seul alors
vraiment »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *