Le Bourgeois gentilhomme

Le Bourgeois gentilhomme
Molière – Illustré par Nathalie Novi
Didier Jeunesse 2022

Théâtre illustré

Par Michel Driol

Parlons d’abord du texte. C’est le texte intégral du Bourgeois gentilhomme que cet album donne à lire, dans son découpage en actes et scènes, ses nombreuses didascalies. Il se clôt par le Ballet des nations. Quelques pages documentaires signées de Nathalie Somers, racontent l’histoire de l’écriture de la pièce, donnent un éclairage sur la comédie ballet, et évoquent les mises en scènes contemporaines de cette pièce. Mais l’intérêt de cet album est ailleurs, il est dans l’illustration de la célèbre pièce de théâtre par Nathalie Novi.

C’est un ouvrage qui évoque par certains côtés les « beaux » livres, ceux des distributions de prix : frontispice doré sur la page de titre, qu’on retrouve pour annoncer chacun des actes, phylactères indiquant les changements de scènes, tout donne une certaine solennité à l’ouvrage, comme celle peut-être qui accompagne la sortie au théâtre. Les illustrations de Nathalie Novi suivent plusieurs axes. D’abord celui des costumes des personnages, tantôt croqués seuls, à la manière d’une créatrice de costumes, tantôt saisis dans une interaction ou en plein dynamisme. Une dominante bleutée accompagne souvent ces images. Ensuite, en pleine page, très colorés, des plans très larges, évoquant la mise en scène du Bourgeois. Ainsi aux cintres pendent des tapis (d’Orient ?), tandis que sur d’autres tapis, au sol, M. Jourdain s’apprête à prendre sa leçon de danse. L’ensemble dessine un univers où la circularité de la piste de cirque semble omniprésente. Ailleurs, c’est un portrait féminin dessiné sur un rideau devant lequel se déroule la scène de dépit entre Covielle et Cléonte. On est au théâtre, et l’illustratrice ne manque pas une occasion de le rappeler, comme ces rideaux entre lesquels on aperçoit l’action, comme ces costumes d’Arlequin ou cet avatar de Monsieur Loyal. Enfin, en haut ou bas de pages, des frises qui nous font sortir : on est en pleine campagne, dans une pastorale bucolique, ou bien on apprend à faire la révérence, et, comme dans un dessin animé, on voit les différentes étapes, ailleurs, au milieu de rubans, on affronte un phi très grec. On laissera chacun découvrir cet univers très coloré qui forme comme un contrepoint au théâtre sous forme de papiers peints ou de tentures pleines de fleurs.

C’est aussi toute une ménagerie qui peuple ce plateau – ce livre – une vache, des moutons, une autruche, un dindon, un paon… parfois comme une façon de ridiculiser les personnages de la comédie lorsqu’ils viennent les côtoyer sur scène.

Une belle interprétation graphique de la comédie ballet de Molière, telle qu’on aimerait bien la voir au théâtre, avec des décors, des costumes, une scénographie signés Nathalie Novi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.