Raymond Ah, les parents !

Raymond Ah, les parents !
Romain Gadiou (textes) – Sébastien Tiquet (images et mise en page)
Nathan

Le fils du petit Nicolas

Par Michel Driol

raymondeRaymond a 9 ans.  Un peu enrobé, affublé de grosses lunettes rondes, il mène sa vie d’écolier ordinaire, avec ses deux copains Yvon et Marcello, et son « ennemi », Valerian. A travers sept brèves nouvelles, on découvre les relations avec les autres membres de la famille (les parents, la grand-mère, l’oncle) : du cadeau d’anniversaire de mariage au spectacle de magie, du cinéma à la sortie en forêt, chaque nouvelle repose sur le même principe : d’abord l’opposition du pré-ado Raymond, trouvant nuls ses parents pour leur métier,  leur refus de l’emmener voir un film… jusqu’à la fin où c’est l’amour de la famille qui triomphe, gentiment.

Peut-être un peu trop gentiment, justement. On aimerait parfois un peu plus d’aspérités, un univers un peu moins bisounours… Peut-être aussi la présence de filles de l’âge de Raymond.

Côté qualités, on remarquera d’une part la complicité père-fils et l’amour filial qui triomphent toujours, peut-être à cause de la ressemblance entre la jeunesse de Raymond et celle de son père, dans deux histoires à peu près similaires lorsque l’on retrouve des cassettes vidéo de la jeunesse du père et du fils, et qu’ils partagent la même honte de voir projetées en public des scènes qu’avec le recul ils trouvent humiliantes, ou lorsque l’on retrouve le journal intime du père qui a vécu la même situation (en forêt avec son propre père) et la décrit avec les mêmes mots que son fils. Au fond, les générations se succèdent et rencontrent les mêmes problèmes avec la génération précédente.

Ce roman graphique associe des textes courts, écrits dans une langue simple, à la limite de l’oralité et des images très bande dessinée, dans une mise en page soignée. Cette série sera sans doute un marchepied pour de jeunes lecteurs, qui s’y reconnaitront et verront à quel point il n’est pas simple de grandir et d’apprécier ses parents dans toutes les circonstances de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *