Béatrice l’intrépide

Béatrice l’intrépide
Matthieu Sylvander, Perceval Barrier
L’école des loisirs (2016), 2018

Conte féministe

Par Anne-Marie Mercier

Deux courts récits, « Béatrice et le prince » et « Béatrice et le diable », mettent en scène une jeune chevalière qui n’a pas froid aux yeux et ne se laisse impressionner ni par les princesses en belles robes, ni par les princes mous, ni par les dragons. Le diable même ne vient pas à bout de sa détermination et de ses tours.

On l’aura compris, ce conte de fée est résolument féministe. Elle refusera le prince qu’elle arrivera à conquérir, car cet être pâle accro aux jeux video et cloitré dans sa chambre confinée ne l’intéresse pas (avis aux garçons !). La morale de ces contes est est aussi à rebours de l’univers aristocratique de bien des contes : les princesses snobs sont mises en échec par les sandwichs au pâté de l’héroïne et son langage direct a peu à voir avec le style fleuri d’autres textes.

Enfin, c’est très bien écrit, avec un style vif, des dialogues rapides et qui sonnent vrai, un rythme endiablé, et deux histoires complètes en peu de pages (104, très aérées), illustrées de manière comique par Perceval Barrier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.