L’Attrape-Malheur, tome 1 : Entre la meule et les couteaux

L’Attrape-Malheur, tome 1 : Entre la meule et les couteaux
Fabrice Hadjadj, illustrations de Tom Tirabosco
La Joie de lire, 2020

Sombre, très sombre

Par Anne-Marie Mercier

L’intrigue du roman tient à ce qu’est le personnage inventé par Fabrice Hadjadj : à lui tout seul il contient le cahier des charges du projet d’écriture. Un attrape-Malheur est un être que rien ne peut atteindre ni blesser directement. Inversement, il souffre à la place de ceux qu’il aime. La deuxième caractéristique fait le malheur du héros : après avoir compris qu’il pourrait mourir à leur place, ses deux parents font tout pour détruire l’amour qu’il a pour eux, pour son chien, pour une petite voisine… Se croyant trahi par tous, écrasé par la cruauté des êtres qui lui étaient les plus proches, l’enfant est recruté par un cirque ambulant. Il y développe la première caractéristique de sa nature : sous le nom de scène du « Môme même pas mal » il se produit sur la piste pour subir toute sorte d’avanies. Coupé en morceaux, jeté du haut d’une tour, noyé… rien ne l’atteint mais son cœur reste de glace, jusqu’à ce qu’il rencontre le regard d’une princesse…
Le récit est mené dans un univers médiéval sombre et cruel, dans un contexte de lutte entre différents rois (le môme en sera l’enjeu futur) et de sombres complots. La galerie de monstres du cirque est d’abord inquiétante avant de révéler des êtres qui peuvent être chaleureux (mais dont il faut tout de même se méfier). Quant au directeur du cirque, le mentor du jeune homme, il cache plus d’un secret.
Ce récit très sombre est éclairé par de beaux passages, souvent contemplatifs, comme celui-ci : « Jakob ne regarde pas les ponts mais au-dessus, dans le ciel bleu et blanc.  Des étourneaux se rassemblent pour migrer vers le sud. Ils forment une masse de points noirs qui se plie, se déplie, se replie sur elle-même, forme des volutes toujours neuves, se soulève et s’abat telle une vague en pointillé échappée de l’océan, libérée du littoral et de toute pesanteur. C’est un immense filet pour attraper les oiseaux qui s’est changé en un filet d’oiseaux qui attrape le ciel « . Les illustrations en noir et blanc (bois gravés, fusain ?) traitent l’histoire et les personnages de manière tout aussi contrastée, entre émerveillement et noirceur.
L’ensemble est très original et de plus en plus prenant. Si un héros sans affection peine à produire de l’empathie, Jakob devient au fil du roman une figure complexe et entraine le lecteur dans la confusion de ses sentiment.

 

Notre Boucle d’or

Notre Boucle d’or
Adrien Albert
L’école des loisirs, 2020

Le nouveau Boucle d’or

 Par Anne-Marie Mercier

Le conte de Boucle d’or est ici nettoyé de ses rituels surexploités à l’école (le jeu sur petit/ moyen/grand, etc.) pour revenir à sa racine : un enfant s’introduit dans une maison d’animaux (très anthropomorphisés puisqu’ils possèdent maison, table, chaises, bols et lits), il y met un certain désordre pendant leur absence (un bol est cassé, il y a du chocolat partout), et s’endort. Il s’enfuit à leur retour.
Mais il y a d’autres modifications : l’enfant est un petit garçon (aux boucles blondes), et les ours (désignés comme « le gros papa ours » et « la grosse maman ours » – belle égalité – et « le tout petit ourson ») sont plutôt gentils : loin d’être en colère, ils commencent à avoir peur de la « bête » qui s’est introduite chez eux, puis, attendris par l’enfant, ils le ramènent sur leur dos jusqu’à à la lisière de la forêt, mais pas plus loin car il ne faut pas exagérer la proximité avec les humains.
La modernité vient aussi du traitement des images : si de l’extérieur la maison a l’air d’un jouet et les ours de figurines en plastique trop grosses pour y tenir, l’intérieur est vaste, composé de plusieurs pièces et d’un étage. Les couleur franches et contrastées, les angles de vue variés et les effets d’échelle apportent du dynamisme et de la dramatisation à l’histoire, de même que la disposition des images, parfois organisées en séquences proches de la BD. La dramatisation est aussi accentuée par les interventions du narrateur qui s’indigne du comportement de l’enfant, s’adresse à lui pour lui enjoindre de ne pas, puis  qualifie ce qu’il a fait de « grosse bêtise », pour frémir ensuite sur ce qui arrivera… L’ensemble est beau, vivant et très réussi.

Carmin, t.1

Carmin, t. 1: Le garçon au pied-sabot
Amélie Sarn

Seuil jeunesse, 2020

Chasse à l’enfant

Par Anne-Marie Mercier

Si le début de ce roman est assez classique et même un peu attendu (un orphelin martyrisé par un garçon brutal, dans une institution qui n’est guidée que par le souci du gain), la suite est beaucoup plus originale : l’enfant est recueilli (acheté) par un couple extrêmement riche. Ceux-ci sont des chasseurs et collectionnent des spécimens de chaque espèce que l’on voit, empaillés dans toutes les pièces de leur château sinistre. On se demande vite, avec Carmin, s’il n’est pas le prochain spécimen de leur collection.
La narration est entrecoupée de passage du journal de la femme du couple (la plus diabolique) et de dialogues entre eux (assez artificiels et agaçants – mais on devine que cela sert à désamorcer par des traits comiques ce que ces personnages pourraient avoir d’inquiétant). Bien vite, Carmin redoute de finir mal, mais la suite se complique encore… On voit paraitre de nouveaux personnages, les uns favorables, les autres hostiles, d’autres incertains, et l’on découvre que ce garçon voit des êtres étranges, minuscules, lutins ou fées, et que ce sont eux que le couple traque en espérant se servir du garçon.
A la fin du roman, après bien des catastrophes, il semble que l’auteure en ait eu assez de toute cette noirceur ; l’amie morte n’est plus morte, les méchants sont (provisoirement?) mis hors d’état de nuire, et une autre aventure commence, avec un projet de voyage lointain à la recherche des fées et du paysage de son enfance qui hante Carmin… La suite promet de belles échappées.

Ce roman a fait partie des « pépites » du Salon de Montreuil en 2020.

 

Le Problème

Le Problème
Marcel Aymé, May Angeli
Éditions des éléphants, 2020

 

Les maths, la poule et le réel

Par Anne-Marie Mercier

La réédition des Contes du chat perché de Marcel Aymé par les Éditions des éléphants est chaque fois une heureuse surprise. On a beau croire bien connaitre ces histoires, c’est toujours un bonheur de les retrouver, surtout avec les belles images de May Angeli. Réalisées avec des bois gravés, elles ont la patine des images anciennes, des couleurs intenses, une naïveté touchante.

« Le Problème » est un des meilleurs contes. Il met en scène les deux fillettes face à un problème mathématique dont l’énoncé fait sourire tant il est représentatif d’une pédagogie qui tentait (bien maladroitement et faussement, comme ici) de mettre les élèves face à des questions concrètes : « les bois de la commune ont une étendue de seize hectares. Sachant qu’un are est planté de trois chênes, de deux hêtres et d’un bouleau, combien les bois de la commune contiennent-ils d’arbres de chaque espèce ? »
Les parents se fâchent, comme d’habitude, les fillettes ont du mal à se concentrer, comme toujours et pleurent à l’idée de la punition : les animaux décident de les aider. Tout cela est très dôle, notamment les scènes de dispute entre le cochon et les autres animaux (il a vraiment un caractère de cochon) et le dénouement en classe, en présence de l’inspecteur, avec une conclusion savoureuse pleine d’implicite.
Voyez aussi « L’éléphant« , extraordinaire, que les Éditions des Éléphants ont mis très tôt à leur catalogue, bien sûr !
Extrait du site de l’éditeur : « Nées en 2015 sous le signe de la longévité, les Éditions des Éléphants proposent des albums pour enfants qui cultivent toutes les qualités de l’éléphant. Force, grâce, intelligence, mémoire… se retrouvent au fil de nos livres. »

 

Par Anne-Marie Mercier

 

Remous / Uni vert

Remous / Uni vert
Stéphanie Richard Illustrations de David Allart
Editions du Pourquoi pas ? 2020

Le monde change, hélas !, plus vite que le cœur des hommes

Par Michel Driol

Deux récits tête bêche dans ce recueil, deux récits qui parlent, de façon oblique et métaphorique, de la même chose. Dans Remous, le monde devient mou, de l’anse de tasse à café au sol, au point que les humains trouvent refuge dans les arbres où ils font, à nouveau, société. Dans Uni vert, c’est le monde qui devient vert, à la suite de la disparition des couleurs. Mais le langage possède toujours les noms des couleurs, et, au bout d’une génération, chacun peut à nouveau retrouver la couleur des choses par les mots et gouter à nouveau au bonheur.

Ces deux récits philosophiques, riches et, au bout du compte, optimistes, ont en commun de parler de notre perception du monde, de ses transformations, et de notre façon de nous y adapter. Dans Remous, que faire face à la terre devenue inhospitalière ? Ce n’est pas par la technologie que les humains y sont sauvés, mais en prenant de la hauteur, à la façon du Baron perché. Dans le second, c’est le langage qui change la perception du monde, dans une perspective que ne renierait Umberto Eco qui terminait ainsi le Nom de la Rose : La rose d’hier n’existe que par son nom, et nous ne tenons que des noms vides… Si les conditions de vie deviennent impossibles sur terre, si le monde s’uniformise au point de devenir monochrome, quelles sont les formes de résistance à adopter ? Comment sauver les diversités, quelle qu’en soit la nature ? Les deux fictions de Stéphanie Richard, écrites dans une langue travaillée (Uni vert est riche de jeux de mots sur la couleur verte, et Remous regorge de mots pour évoquer la désagrégation de la terre), invitent à faire ce pas de côté nécessaire pour poser des questions fondamentales sans didactisme. Cela laisse donc une grande liberté au lecteur pour comprendre, en fonction de son âge, et prendre ces histoires au premier degré ou s’interroger sur ce dont elles parlent en fait. Les illustrations de David Allart qui jouent avec finesse des camaïeux de vert pour Uni vert, de rose et violet pour Remous, accompagnent le lecteur dans ce monde inquiétant et pourtant familier.

Deux récits philosophiques pour apprendre à « faire société » et s’interroger, à son niveau, sur notre monde.

Le Noël de Rosetta

Le Noël de Rosetta
Nathalie Tuleff, Guillaume Lucas et Janna Baibatyrova (ill.)
Trois petits points, 2020

Mon beau sapin… du monde d’avant

Par Anne-Marie Mercier

Les éditions Trois petits points, spécialisées dans les livres audio, proposent avec Le Noël de Rosetta un album très coloré (malgré son thème), superbement illustré, avec un joli conte de Noël :
« Le royaume de Rosetta est tout gris. Il paraît qu’avant, la vie y était pleine de couleurs et de musique, surtout à Noël. Rosetta rêve de vivre cette fête. Son copain Lucien a envie de lui faire une surprise. Au son des hautbois, piano, sonnette hollandaise, noix de coco, ocean drum, tambourin, cor anglais, grelots, flûte irlandaise, il part en quête d’un sapin ».

On retrouve les thématiques du conte : une quête, plusieurs rencontres d’animaux serviables et d’un géant aimable qui a oublié qui il était (on devine qu’il était le Père Noël), événements magiques… et retour chez soi avec la résolution du problème : grâce à l’opiniâtreté de Lucien et aux larmes de Rosetta (bon, c’est un peu « genré », mais c’est elle la princesse, lui est fils de fermiers), le monde tout gris reprend des couleurs et Rosetta aura un sapin pour Noël.
C’est aussi un récit dans la tradition de Noël : recherche de décors pour le sapin, rencontre d’un Père Noël (certes amnésique), voyage à dos de renne volant… et extraits de musiques de Noël, notamment avec un joli jeu de clochette pour le final qui joue le traditionnel « Kling Gloeckchen » (celui de l’album est plus joli !)
Il y a aussi quelques traits de fantaisie (Rosetta est une princesse qui et vit dans un château mais va à l’école, et elle a la peau noire). L’histoire est guidée par une orientation écologique bien de notre temps avec une réflexion sur ce qu’il faut pour faire un arbre et sur ce qui a pu causer leur disparition. On pourrait objecter que la magie qui résout tout cela est un peu facile (mais c’est un conte et il ne faut pas désespérer les enfants) .
C’est aussi un récit parfait pour les petits, avec des énumérations des fruits et légumes d’autrefois, des couleurs des saisons (il ne pousse plus que des salsibagas et des potinambours grisâtres et insipides !). Les voix sont très expressives (l’abeille, l’écureuil et le géant ont chacun leur style et leur intonation). Flûtes graciles, arpèges de piano, une musique paisible et pas trop envahissante accompagne le voyage de Lucien avec Saint-Saens, Weber, Bizet, des airs traditionnels et des compositions originales.

Livre de 32 pages et CD de 36 minutes. Dès 4 ans.

Écouter un extrait sur le site de l’éditeur

 

Béatrice l’intrépide

Béatrice l’intrépide
Matthieu Sylvander, Perceval Barrier
L’école des loisirs (2016), 2018

Conte féministe

Par Anne-Marie Mercier

Deux courts récits, « Béatrice et le prince » et « Béatrice et le diable », mettent en scène une jeune chevalière qui n’a pas froid aux yeux et ne se laisse impressionner ni par les princesses en belles robes, ni par les princes mous, ni par les dragons. Le diable même ne vient pas à bout de sa détermination et de ses tours.

On l’aura compris, ce conte de fée est résolument féministe. Elle refusera le prince qu’elle arrivera à conquérir, car cet être pâle accro aux jeux video et cloitré dans sa chambre confinée ne l’intéresse pas (avis aux garçons !). La morale de ces contes est est aussi à rebours de l’univers aristocratique de bien des contes : les princesses snobs sont mises en échec par les sandwichs au pâté de l’héroïne et son langage direct a peu à voir avec le style fleuri d’autres textes.

Enfin, c’est très bien écrit, avec un style vif, des dialogues rapides et qui sonnent vrai, un rythme endiablé, et deux histoires complètes en peu de pages (104, très aérées), illustrées de manière comique par Perceval Barrier.

 

La Grande Fabrique de mots

La Grande Fabrique de mots
Agnès de Lestrade, Valeria Docampo
Alice, 2019

 Cauchemar linguistique

Par Anne-Marie Mercier

Cette édition anniversaire a été réalisée, dix ans après la première publication, sous la forme d’un album au dos toilé rouge, à la couverture en fort carton, comme pour être relu souvent. Et en effet, il faut plusieurs lectures pour s’imprégner de tous les sens de l’histoire et de l’atmosphère empreinte de tristesse des illustrations.
C’est d’ une fable sur le langage : sur ses pouvoirs, sur la manière de l’utiliser, contre les autres ou pour les autres, pour les émotions, ou pour jouer. Les auteures imaginent un pays où les mots sont des objets : on les fabrique, il y a des usines qui les produisent sans cesse, il y en a de beaux et de vilains (« gros mots »), des utiles (« je t’aime ») et des peu utiles (« philodendron »), on peut les acheter en soldes au printemps, parfois ils s’envolent… Ainsi, parler coute cher et seuls quelques privilégiés peuvent faire des phrases complètes.
Philéas aime Cybelle, il aimerait le lui dire mais les mots lui manquent. Il lui offrira les trois mots qu’il a pu attraper : cerise, poussière, chaise. Cybelle comprendra-t-elle ? Heureusement pour Philéas, il n’y a pas que les mots, mais la manière de les dire, le sourire, le regard.
Cet album ne porte donc pas sur les seuls mots, mais sur la communication sous tous ses aspects. Il invite le lecteur à ne pas se laisser intimider par ceux qui semblent posséder plus que lui (de mots, d’argent, d’assurance, d’allure…) mais à laisser parler son cœur. La douceur du propos, qui pourrait sembler un peu mièvre, est contrebalancée par la dureté de la situation, la pauvreté qui semble générale, la déshumanisation des êtres. Le monde semble arrêté dans un temps à la technologie et à l’organisation sociale anciennes (avec des aspects qu évoquent le dix-neuvième siècle). C’est une gigantesque machine à produire, une autre Babel (la figure de la tour apparait) dans laquelle seuls les amoureux peuvent se parler sans recourir aux mots. Les couleurs sombres et les effets de plongée laissent cependant à la fin place au rouge du bonheur.
L’atmosphère est intéressante; le propos sur le langage un peu biaisé par différentes questions : les mots rares sont-ils sans utilité? n’a-t-on pas besoin de mots pour dire ce qu’on ressent? Certes, la question n’est pas uniquement celle de la quantité, de la « richesse » du vocabulaire. Enfin, il s’agit d’un conte et il peut bien contenir une morale et des questions.

 

 

Raconte à ta façon

Raconte à ta façon Roule Galette
Raconte à ta façon Le Petit Poucet

Sonia Chaine, Adrien Pichelin
Flammarion jeunesse (« Raconte à ta façon »), 2019

Images en kit à l’appui

Par Anne-Marie Mercier

Ces histoires sont des classique chacune à leur manière (un conte  de Perrault, et une des histoires du Père Castor qui figure dans bien des bibliothèques de classes maternelles). Mais le principe de la collection repose à la fois sur la nouveauté et la familiarité : il vaut mieux que l’enfant ait eu connaissance du texte d’origine, celui de de Natha Caputo, ou de Perrault, avant de se lancer dans l’aventure qui consiste à « raconter à sa façon ».
Les histoires sont résumées en trente-deux étapes qui figurent sur un marque-page, avec la légende des figures : en effet les illustrations fonctionnent avec un nombre limité d’icônes (un rond jaune pour la galette, un rond gris pour le loup ; différents types de triangles pour les personnages du petit Poucet, etc) et un décor très shématique qui dans les deux cas est plus un parcours qu’une image.

C’est très inventif et cela produit des effets de sens intéressants : le rythme des histoires, les répétitions sont ainsi mis en valeur et le support pour la narration est assez dépouillé pour que le narrateur ne se perde pas dans trop de détails.
Dans la même collection, de nombreux autres classiques ont été revisités sous la même forme.

feuilleter Le Petit Poucet
Roule Galette

L’Éléphant. Un conte du chat perché

L’Éléphant. Un conte du chat perché
Marcel Aymé, May Angeli
Les éditions des éléphants, 2019

Jouer au Déluge

Par Anne-Marie Mercier

Les éditions des éléphants ont bien fait de rééditer ce conte de Marcel Aymé, et pas seulement comme un clin d’œil à leur nom. Moins connu que bien d’autres (comme les « Boites de peintures« , qui mêle également réalisme et fantastique, illustré par la même artiste, chez le même éditeur) il est pourtant des plus savoureux. Il couvre toute la durée d’un jeu, jusqu’à sa fin et jusqu’au risque de punition qui suit inévitablement la plupart des aventures de Delphine et Marinette.
Les parents sont partis rendre visite à l’oncle Alfred sans les emmener car il pleut très fort. Elles ont l’interdiction absolue de faire entrer qui que ce soit. Pendant leur absence, les petites décident de jouer à l’arche de Noé et font entrer, dans la cuisine devenue arche, un couple de chaque espèce présente à la ferme. Les tractations auprès des animaux et leurs réactions en se retrouvant dans ce lieu inconnu (sauf le chat) qu’est la cuisine sont comiques. La péripétie principale vient de l’arrivée d’une petite poule qui insiste pour venir jouer et à qui on confie le rôle de l’éléphant. Pendant qu’elle se concentre sur son rôle, en étudiant une image représentant l’animal dans la chambre des parents, la traversée se poursuit, commentée par le capitaine et son second ; elle est mouvementée, les passagers sont bon public, frémissant et patientant, félicitant les pilotes. Une porte s’ouvre et un éléphant apparait, trop gros pour sortir de la pièce : c’est la petite poule qui a réussi à se transformer à force de concentration. Une fois le jeu fini, elle refuse d’en sortir : que se passera-t-il quand les parents reviendront et trouveront un éléphant dans leur chambre?
L’album est très beau, réalisé à l’ancienne avec un dos toilé, un beau papier fort et de charmantes gravures évoquant les livres illustrés du début du XXe siècle, faites sur bois gravé, avec des dominantes de jaune et de bleu un peu passés.

Sur le thème de l’arche de Noé, se souvenir du bel album d’Alain Serres : Les étonnants animaux que le fils de Noé a sauvés (Rue du monde, 2001).