Une Chanson douce

Une Chanson douce
Chantée par Henri Salvador, illustrée par Eric Puybaret
Casterman (Tralalère, avec CD), 2011

Nostalgie enfantine

par Sophie Genin

unechansondouceNous connaissons tous le début de la fameuse chanson d’Henri Salvador : « Une chanson douce que me chantait ma maman, en suçant mon pouce, j’écoutais en m’endormant… ». Mais qui se souvient de la suite de cette berceuse, suite indiquée par le sous-titre de cette version illustrée : « le loup, la biche et le chevalier » ? Grâce à Casterman et la collection « Tralalère », nous allons tous pouvoir nous plonger dans ce conte, envoûtés par la voix inimitable de son interprète et, surtout, par l’univers onirique proposé par Eric Puybaret.

All together

All together
Edward van de Vendel

Traduit (néérlandais) par Emmanuelle Sandron
Thierry Magnier, 2010

Une colloc’ chez Star Ac’ (roman gay)

Par Anne-Marie Mercier

Par le haAll together.gifsard d’une collocation à trois, on entre dans un monde de jeunes talents qui cherchent plus ou moins  à percer : plutôt moins pour le héros, Tycho, adolescent sombre et timide qui s’est inscrit dans une formation à la création littéraire et tente juste de tenir debout ainsi et de se fixer un but. Les deux autres, Vonda la future chanteuse extravertie et Moritz le danseur, sont plus décidés, plus volontaires. Les lecteurs ados qui rêvent d’ « auberges espagnole s » seront ici servis et prendront grand plaisir à ces récits de vie en commun sans horaires, ponctués de conversations infinies, de confidences, de fêtes, de repas (de pâtes) et de bières.

Le roman est porté également par un autre champ qui plaira aux ados, celui de la chanson et du spectacle. Tous trois sont entraînés ‘tous ensemble’ (all together) dans l’aventure du concours de l’Eurovision auquel doit participer Vonda, concours très populaire dans les pays d’Europe du Nord (le récit se passe à Rotterdam). On découvre ainsi le cadre général de la variété professionnelle : choix des musiques et des paroles, choix de la langue, préparation, répétitions, mise en scène, etc. Le monde des agents, des journalistes et de la télévision est esquissé et tout au long du roman le suspens reste entier : Vonda résistera-t-elle à la pression médiatique ? le groupe restera-t-il soudé ? pourquoi Vonda est-elle si fragile ?

Parallèlement, Tycho nous livre le parcours de son éducation sentimentale, à travers le récit qu’il fait de ces événements dans le ‘récit de vie’ qu’il doit écrire pour sa formation à la création littéraire et qu’il garde caché, ne livrant que des bribes de textes dans ses cours. Il écrit également de nombreux mels qu’il n’envoie pas. D’abord à Olivier : lorsque le récit débute, Tycho vient de vivre un grand amour d’été avec ce garçon. Il l’a rencontré aux Etats unis puis l’a suivi dans son pays, la Norvège, d’où il est reparti brutalement, persuadé que leur histoire n’avait pas d’avenir. Rongé par le regret, il écrit, n’envoie pas, attend qu’Olivier fasse le premier pas, s’enferme dans ses soliloques. Dans une deuxième partie du roman, c’est à Vonda qu’il écrit sans rien lui envoyer alors qu’il vit avec elle.

Le cœur du roman est dans les relations entre Tycho et Vonda, avec, en arrière plan, les familles de l’un et de l’autre. Vonda est un personnage extrêmement intéressant, aussi bien dans son caractère, son histoire que dans les relations qu’elle construit (ou détruit) avec ses amis. Les dialogues comme les réflexions de Tycho permettent au lecteur d’en savoir autant que le personnage, mais pas plus, et d’avancer dans la découverte des vérités (celles de Tycho et celles de Vonda) au même rythme, c’est-à-dire très progressivement, alors que le rythme de l’Eurovison est en mode accéléré.

Récit en grande partie autobiographique (certains des poèmes de Tycho ont été publiés séparément par de Vendel), c’est à la fois un témoignage sensible sur les affres et les joies des amours adolescentes et un beau roman sur la création et la solidarité. Le contexte homo est massivement présent, tant par l’histoire d’Olivier que par les amours de Moritz et les sorties en bars gays. Il semble que la littérature de jeunesse (notamment en Hollande) tienne compte du fait qu’elle a affaire à un lectorat que les histoires d’amours hétéro ne touchent pas. Ce n’est bien sûr pas tant un nouveau lectorat qu’un groupe qui existe à présent socialement de façon visible et assumée. Les parents de Tycho sont d’ailleurs un modèle de compréhension et on peut imaginer qu’ici l’auteur ait fait le portrait de ceux que tout adolescent aimerait avoir.

Après les albums publiés chez Être, ou au Rouergue (Petit lapin stupide, Pagaille, Frisson de fille, Rouge, rouge petit chaperon rouge, etc.), c’est le premier roman jeunesse de de Vendel publié en France.