Faites attention à moi

Faites attention à moi
Alyssa Sheinmel, Corinne Dianellot (trad.)
Casterman, 2019

Un danger pour elle-même ou pour autrui?

Par Christine Moulin

Dès le début, ce livre se révèle être un « page turner » (un « tourne-pages »?). En effet, la narratrice est enfermée quelque part, par erreur, dit-elle, sans qu’on sache vraiment où (une prison ? un hôpital psychiatrique ?) ni pourquoi. Elle révèle alors petit à petit des pièces du puzzle, ce qui, en soi, n’est pas une grande nouveauté narrative : non, ce qui est passionnant et troublant, c’est que le lecteur est en quelque sorte « forcé » d’adopter le point de vue d’Hannah, « un prénom de fille sage » et cela provoque en lui un malaise grandissant. On ne sait pas, en effet, si l’on a vraiment envie de s’identifier à cette  adolescente qui, au fil des chapitres, semble de plus en plus froide, manipulatrice, sans scrupules et sans empathie. Notamment quand elle évoque l’événement qui est à l’origine de sa présence dans l’établissement : l’accident qui a plongé dans le coma sa colocataire et « meilleure amie » (mais elle collectionne de façon inquiétante les « meilleures amies » à qui il arrive souvent des malheurs…).

On pourrait n’avoir affaire qu’à un banal thriller. Mais non: une fois certaines révélations consommées, le roman permet au lecteur d’expérimenter, de l’intérieur, dans une forme de vertige captivant les affres de la maladie mentale : le doute généralisé qui remet en cause jusqu’à la notion même d’identité (« Si je ne suis pas responsable de mes paroles et de mes actes, alors je ne suis rien. Sans libre arbitre, il n’y a plus de « moi »). Seul bémol : la peinture caricaturale des parents mais aussi l’incertitude et le flou, peut-être voulus, il est vrai, sur leur rôle dans le déclenchement de la maladie de leur fille.

Monsieur Matisse

Monsieur Matisse
Anne-Marie van Haeringen

Sarbacane,  2016

La sirène et la perruche

par François Quet

slider-monsieur-matisse Librement inspiré des derniers découpages de Matisse et plus précisément de La perruche et la sirène (1953), le livre d’Anne-Marie van Haeringen est avant tout un bel hommage au peintre. L’auteur et illustratrice relatent les circonstances dans lesquelles Matisse est passé de la peinture aux papiers découpés. Le vieil homme, alité ou dans un fauteuil roulant, réorganise le monde qui l’entoure et transforme les murs blancs de l’hôpital en une fête de la couleur.

Le scénario est mince mais il est complètement porté par le travail plastique, qui de page en page invite le jeune lecteur à participer à l’enthousiasme du créateur. On comparera cet ouvrage avec celui de Vanessa Hié et Véronique Massenot, La perruche et la sirène – Matisse (Éditions L’élan vert, 2015)