L’Abominable Monsieur Schteuple

L’Abominable Monsieur Schteuple
Grégoire Kocjan – Illustration Hippolyte
L’Atelier du Poisson soluble 2019

Conte de Noël…

Par Michel Driol

Comme le titre l’indique, voici les exploits d’un monstre abominable : Monsieur Schteuple. Il déteste tout le monde, a toujours existé, été de toutes les guerres. Voleur d’enfants, il les met dans sa bosse. Mais il gratte et déguste aussi les croutes des enfants et casse un jouet ou crève l’œil d’un doudou. Jusqu’au jour où les fées décident de le capturer, et convoquent pour le juger tous les personnages des mondes magiques. Et la condamnation ne tarde pas : Monsieur Schteuple devra être gentil durant toute une nuit : un 24 en plein hiver. On le revêt donc de l’habit rouge des condamnés, tandis que les lutins sont chargés de vérifier qu’il accomplit bien sa punition. Cette nuit l’épuise, et il a bien besoin de 264 jours de psychanalyse !

Dans la production d’album autour de Noël, Grégoire Kocjan et Hippolyte signent un album original et plein d’humour en proposant de révéler la vérité pour répondre à la curiosité des enfants.  Dans toute la première partie, traitée sur un fond noir, sombre et inquiétant, on découvre l’abominable personnage. De façon assez subversive, il n’est pas qu’associé aux terreurs enfantines (l’ogre ou le croquemitaine) mais aussi à la guerre, aux capitalistes caricaturés avec leur gros cigare, aux marées noires comme une incarnation du mal absolu. Puis vient une seconde partie, traitée en couleurs, où l’on assiste à la capture, au jugement et à la métamorphose de Monsieur Schteuple. Le texte ne manque pas d’un humour tantôt méta textuel (on chercha un sac vert, pour la rime, mais il n’y en avait plus), tantôt lié aux personnages (elfes, vampires, sorcières… deviennent des personnages habitués à faire le bien, qui ne savent pas être sévères !), tantôt lié aux rimes qui lui confèrent une grande légèreté.

Un album qui, comme un conte étiologique, donne l’origine d’une de nos traditions. Un album drôle et gentiment amoral qui propose comme punition de faire le bien, montre que le méchant ne s’amende pas, et associe quelques-uns des extrêmes de l’imaginaire enfantin : le père Noël et le croquemitaine.

 

La Valse de Noël

La Valse de Noël
Boris Vian
Nathalie Choux
Grasset (« la collection », 2017

Croire au Père Noël?

Par Anne-Marie Mercier

Le principe de « la collection » de Grasset : « puiser dans le patrimoine littéraire des textes adaptés aux jeunes lecteurs » et proposer à un/e artiste contemporain de l’illustrer en suivant un cahier des charges contraignant : travailler pendant une semaine seulement, et en utilisant une palette limitée à trois ou quatre couleurs.
Après les Histoires naturelles dont nous avons parlé sur lietje, voici Boris Vian à travers un texte peu connu, écrit en 1955 (voir dans l’album les détails sur ce texte fournis par Nicole Bertolt, de la Fond’Action Boris Vian).
On retrouve le goût de Vian pour les accumulations dans cette liste de tous ceux que Noël intéresse (ou non) : enfants, bébés, parents, dévotes, mais aussi travailleurs de la mine, clochards, soldats…, et des cadeaux qu’ils reçoivent (ou non). On retrouve aussi un appel à la paix et au partage, qui rappelle que Noël ce n’est pas que pour les cadeaux :

Valse des gens de la terre
Qui partageront en frères
le pain et le sel

Mais, pour ceux qui savent lire, la fin est moins rose :

C’est une valse éternelle
Pour ceux qui préfèrent
Plutôt que de faire la guerre
Croire au Père Noël…

Les illustrations de Nathalie Choux donnent la part belle à un beau gris, rayé de fines rayures bleues ; il fait le fond de toutes les images, en dehors de celles où apparaissent des soldats, donnant une note douce et un peu mélancolique à la fête.

Elvis et l’homme au manteau rouge

Elvis et l’homme au manteau rouge
Ole Könnecke
De la Martinière jeunesse 2017

Accident de traineau !

Par Michel Driol

Le 24 décembre, un petit bonhomme en manteau rouge sonne à la porte d’Elvis, garagiste au look de rocker, qui vient juste d’installer son sapin. Son traineau est en panne, et il en a besoin pour aller travailler. Tout en rechignant, Elvis consent à réparer le traineau. Mais il faut l’aide d’Ernest, de la casse voisine, d’un paysan pour nourrir les rennes, et du vieux grand père qui offrira son traineau. Malgré tous les indices concordants, personne ne reconnait l’homme au manteau rouge, et si le vieux grand père a son nom sur le bout de la langue, il l’aura oublié à la fin du livre.

Voilà un conte de Noël d’Ole Könnecke particulièrement drôle. La situation de départ est cocasse et surprenante. Les personnages sont attachants : de l’homme au manteau rouge, vraiment ennuyé de manquer sa seule journée de travail, quelque peu manipulateur, oublieux de ses rennes…, à Elvis, homme ordinaire, rockeur au grand cœur, sans parler des personnages secondaires, dont ce vieux grand-père, commentateur des scènes initiales et finales, comme un chœur antique qui aurait perdu la mémoire. Pleins de bonne volonté, tous ces personnages se trompent souvent, échouent, sont maladroits, au point qu’on se demande si cette équipe de bras cassés réussira à réparer le traineau. La traduction de Bernard Friot joue sur un registre de langue simple. On goute la saveur des dialogues, et en particulier la langue parfois peu châtiée de l’homme au manteau rouge ! Les illustrations – ligne claire façon BD – viennent occuper les blancs du texte – assez long – et mettent en relief les attitudes, les regards, les expressions des personnages.  Quelques détails y sont particulièrement croustillants, et contribuent à poser le personnage d’Elvis dans son cadre de vie.

Un conte de Noël déjanté, qui certes parle d’entraide, mais qui permettra surtout au lecteur de jubiler et de se montrer plus malin que les personnages, d’en savoir plus que les personnages, et de comprendre à leur place ce qui se joue !

Un Noël pour le loup

Un Noël pour le loup
Dedieu
Seuil Jeunesse 2017

Noël : faire un pas vers l’autre

Par Michel Driol

Chacun, dans la forêt, prépare Noël, profitant de la trêve. Seul un loup erre, qui n’a jamais eu de repas de famille ou d’échange de cadeaux. Il décide d’organiser un grand festin et d’inviter ses voisins. Le grand-duc est sceptique : difficile de faire oublier une mauvaise réputation. Le loup, avec finesse, prépare le repas, où on ne mangera aucun viande provenant de ses invités, prépare des cadeaux, prépare la table…Mais personne ne vient. Alors le loup décide de faire comme si… et joue le rôle de ses invités ouvrant leurs cadeaux. Tous regardent et de loin, remercient le loup. Regrets et soupirs de la part des invités, qui observent le festin solitaire du loup.  L’album se clôt sur une conversation avec le grand-duc : le loup estime que les animaux lui ont fait cadeau de leur présence…

Sur le thème de Noël, Dedieu propose un album poétique et émouvant, avec la figure d’un loup singulier. Les premières pages, hautes en couleur et pleines d’humour, illustrent la frénésie qui s’empare des animaux de la forêt. Les premières images du loup, cadrées en plongée,  le montrent désemparé, et plein d’espoir en même temps.  Puis on le voit en contreplongée préparer le repas, le gâteau, les cadeaux. Suit alors une l’alternance de champs / contrechamps : le loup seul à sa table, les animaux qui le regardent, avec quelques gros plans sur les animaux.  On le voit, il y a une conception très cinématographique de l’album, qui donne à voir les personnages dans la complexité de leurs sentiments et de leurs attitudes. Peut-on échapper, fût-ce un instant, à sa réputation ? Peut-on, l’espace de Noël, vivre ensemble malgré nos oppositions et nos différences, ou nos différents ? Trop de peur et trop de précautions ne nous empêchent-elles pas d’aller vers l’autre ? Peut-on communiquer ? Cet album questionne nos comportements non sans humour, et se termine de façon ambigüe : profonde tristesse des animaux et du loup,  qui montrent le sentiment d’être passés à côté de quelque chose, d’un possible. Malgré l’optimisme de façade affiché par le loup, ses propos pleins d’espoir, tout son corps marque la déception. Mais le grand-duc et le loup ont le regard tourné vers le futur.

Dedieu renouvèle avec bonheur et profondeur l’album traditionnel de Noël, pour questionner le sens de cette fête et nos relations avec les autres.

Les Palsou

Les Palsou, un conte de Noël
André Bouchard
Seuil Jeunesse

Le Père Noël n’est pas une ordure

Par Michel Driol

La famille Palsou vit dans un bidonville, mais cela n’empêche pas les enfants de s’amuser. Les parents ne savent plus rire, et tous les cours de rire donnés par les enfants, promus professeurs, ne servent à rien. Seul Monsieur Nicolas, le prof à l’école du quartier, avec sa grande barbe blanche, reste jovial. A l’approche de Noël, les adultes font les faux pères Noël, mines déconfites et regards tristes. Monsieur Nicolas offre alors une cocote toute neuve, qui a le pouvoir de réaliser tous les souhaits alimentaires. Tajine de gazelle aux olives, rougets sans arêtes, le repas de Noël devient une orgie et même le vieux La Guenille accepte de se laver. Et pendant que les adultes pleurent de joie, le père Nicolas, la nuit de Noël, part travailler… bien sûr sur son traineau.

Conte de Noël dédié à Charles Dickens, Karl Marx et François Ruffin, les Palsou est un album qui pourra surprendre, voire déranger par la plongée qu’il effectue au sein du Quart-Monde, montré avec réalisme par les illustrations. Si le texte, pris en charge par Charles Palsou, a le pouvoir de tout optimiser, l’illustration, dessin en noir et blanc, révèle une autre réalité, plus sordide. Ainsi « on va au marché » – mais on les montre en effet, à la fin du marché, fouillant les cageots abandonnés. Les enfants sourient toujours, ont les yeux grands ouverts devant le monde qui s’offre à eux, jouent, s’amusent, vont à l’école. Ils sont toujours représentés en couleurs, même si leurs vêtements sont déchirés. Ils sont porteurs des valeurs de fraternité (dans le quartier, on parle couramment chinois, espagnol, arabe…) et d’optimisme, tandis que les adultes ont démissionné. Regard vide, les plus souvent représentés en noir et blanc, ces derniers sont dans la survie et ne peuvent apprendre à rire, en dépit des efforts des enfants, qui renoncent à leur tour.  La Cocote Magique va redonner à tous le gout de rire. « On peut rire de n’importe quoi avec n’importe qui à condition d’avoir le ventre plein ». C’est cette dimension carnavalesque qui séduit dans cet album : plaisir de la nourriture, qui, comme au pays de Cocagne, vient en abondance, rire libérateur et salutaire, sens de la fête populaire qui rapproche les exclus malgré les différences – on est très proche de l’univers d’Ungerer dans Allumette. La violence sociale est présente, dans l’indifférence du marchand qui tourne le dos, dans la bourgeoise en manteau de fourrure et à la bouche carnassière qui donne des croissants aux pigeons, dans les conditions de vie dans le bidonville qu’on sent abandonné de tous, sauf du père Nicolas qui, clin d’œil au lecteur adulte, lit Le Capital tout en maniant le fer à souder…

A la fois drôle et triste, tendre et ironique, cette histoire est un vrai conte de Noël d’aujourd’hui dans lequel le merveilleux permet d’échapper au sordide.

 

Le Méli-mélo des cadeaux

Le Méli-mélo des cadeaux. Une histoire de Noël
Taro Gomi
Autrement jeunesse, 2014

Tout le monde peut se tromper, même le Père Noël !

Par Yann Leblanc

Un derniLe Mélimélo des cadeauxer cadeau à acheter ? Une solution pour traiter avec humour les ratés du Père Noël ? Ou tout simplement pour le plaisir d’une histoire pleine d’humour et d’inventivité, cela fait trois temps pour offrir ce livre.

Un Père Noël tout en rondeur en combinaison et bonnet fuchsia, avec une moustache blanche mais sans barbe, atterrit en hélicoptère et fait sa distribution dans les maisons des animaux endormis. Des découpes au niveau des fenêtres lui font apercevoir leurs habitants et lui permettent de choisir le cadeau adéquat pour chacun. Sauf que… les apparences sont parfois trompeuses : le père Noël voit un petit animal alors que c’en est un fort gros,  il en voit deux quand il n’y en a qu’un, un quand il y en a trois, point quand il y en a un…

Au lendemain, tout s’arrange, avec des échanges entre amis et des détournements d’objets : même à Noël, savoir s’adapter et partager reste une belle règle pour être heureux. Jolie « leçon » pleine de fantaisie et portée par de beaux contrastes de couleurs, tandis que le père Noël parcourt une nuit bien noire semée d’étoiles blanches.

L’Aventure de Noël de Pierre Lapin

L’Aventure de Noël de Pierre Lapin
Emma Thompson

Gallimard jeunesse, 2013

Contrefaçon/imitation

Par Anne-Marie Mercier

L’Aventure de Noël de Pierre LapinSi le nom de Beatrix Potter figure sur la couverture, c’est précédé de la mention « inspiré du conte original de », autant dire que les amateurs qui n’auraient pas lu l’intégralité de l’œuvre de Beatrix sont invités à continuer avec les originaux et que le talent de la nouvelle illustratrice, Eleanor Taylor doit être souligné : c’est une belle imitation du style Potter.

C’est le deuxième épisode raconté par Emma Thompson (oui, la célèbre actrice). L’histoire racontée ici (le sauvetage d’un dindon condamné à être rôti le jour de Noël) n’a rien d’original, mais l’évocation du rituel anglais de Noël, fruits secs et crème, aidera à patienter avant le grand jour – et n’est-ce pas dans les vieux pots qu’on fait de bons ragoûts ?

La Bande à Grimme

La Bande à Grimme
Aurélien Loncke
L’école des loisirs (neuf), 2012

Conte de Noël

Par Anne-Marie Mercier

la bande a grimmeLes personnages de ce court roman, une bande d’enfants errants et voleurs grelottant de froid sous la neige, ont peu à voir avec les contes de Grimm malgré le titre et les allusions fréquentes à cet univers. On est dans un récit réaliste, entre Oliver Twist, conte de noël et roman policier où les petits luttent (avec succès) contre une bande de méchants très affreux qui ont enlevé un illusionniste – ou un magicien – qui faisait leurs délices.

L’histoire est charmante, les enfants attendrissants, cela fait un très joli récit volontairement naïf où les allusions à d’autres histoires connues sont semées comme des petits cailloux, mais un peu gratuitement.

Douce nuit minus

Douce nuit minus
Sylvie Deshors
Rouergue, Doadonoir 2012

Le père Noël est passé quand même!

Par Maryse Vuillermet

douce nuit minus imageUn peu en retard pour cette chronique que j’aurais dû rédiger pour le 24, mais,  comme dans le livre, le père Noël passe en retard sur ce site. En effet, je vais en dire du bien,  comme je l’ai déjà fait pour Fuite en mineur et L’inconnue des Andes du même auteur.  L’histoire nous rappelle que le soir de Noël,  dans beaucoup de familles et comme pour La petite marchande d’allumettes, il n’y a pas de cadeau, la crise, le chômage longue durée sont passés par là et  pourtant,  les centres commerciaux brillent de tous leurs feux.  La mère d’Aurélien, désemparée,  a donc volé pour lui une vidéo et s’est fait prendre par le vigile. Aurélien a réussi à s’échapper, il erre dans la nuit du 24 et échoue sous un  rocher,  sur la plage ; il y rencontre un drôle de SDF,  Nasta, paumé, psychotique qui lui propose d’aller percer de sa lance tous les pères noëls accrochés aux balcons des riches.  L’histoire commence donc  dans un mélange doux amer de révolte et de drôlerie. Mais le duo rencontre un autre paumé, Norg. L’ambiance change, il les emmène dans son blockhaus, se débarrasse de Nasta et kidnappe Aurélien.

S’en suit un thriller assez haletant, dans une bergerie perdue (encore une référence à Noël ?). Mais pas d’enfant Jésus dans l’étable, seulement un couple de très violents voyous alcooliques et sans scrupules qui séquestrent  déjà un vieillard  pour profiter de ses économies. Tout au long de son aventure, Aurélien se sert de ses références  livresques venues du monde des Manga, elles l’aident à ne pas perdre confiance.

Mais l’histoire se terminera par une série de cadeaux avec seulement quelques jours de retard ! Une bonne histoire qui se lit très vite, et un personnage attachant, malgré  son extrême pauvreté, il aime la vie, sa mère, ses mangas, sa ville…

Sacré père Noël

Sacré père Noël
Raymond Briggs
Grasset jeunesse (1974), 2012

Merry Christmas !

Par Anne-Marie Mercier

sacreperenoelChacun sait que le Père Noël a une « sacrée » journée, le 24 décembre, mais rares sont ceux qui comme Raymond Briggs peuvent en détailler tous les instants et nous le rendre si proche : le réveil qui sonne alors qu’il rêve de sable chaud, la nourriture aux animaux, le petit déjeuner, l’habillage et le départ pour le froid, tout cela en sacrant et pestant contre tout : le temps, ces idiots de rennes, les cheminée ou l’absence de cheminée…

Enfin, après une ultime livraison chez la reine d’Angleterre, le Père Noël rentre et refait toutes les tâches qu’il a accomplies le matin, parfois à rebours : nourriture aux animaux, déshabillage, repas (une bonne dinde, une bonne bière…), lavage de dentier, remplissage de bouillotte… et se tourne enfin vers le lecteur, toujours grognon, en disant:

« Sacré joyeux Noël à vous aussi ! »

Alors joyeux Noël, ou bonne fêtes de Solstice, à tous les lecteurs de littérature de jeunesse, petits et grands !