L’Odyssée d’Outis

L’Odyssée d’Outis
Jean Lecointre

Thierry Magnier, 2013

Mythique photomontage

Par Dominique Perrin

odyL’Odyssée d’Outis a reçu la “pépite” de l’album à Montreuil il y a de cela une éternité (en 2013) : la bonne nouvelle annoncée ici est que ce faramineux ouvrage n’a pas perdu de son éclat dans cet intervalle – pas plus que depuis l’antiquité dont il semble sorti en trombe, tout patiné et chevauchant une grande vague méditerranéenne. C’est un chef-d’oeuvre d’humour visuel – télescopant les plus beaux visages de marbre des dieux grecs, les maillots de bain et costumes masculins les plus stylés et le casque aveugle de bioman –, et textuel – associant les vertus du résumé le plus sommaire à un art consommé du dialogue (voir la première page d’exposition téléphonique où Outis parie avec son fils et sa femme qu’il arrivera avant eux à la gare de Lyon où il doit les accueillir à leur retour de vacances en Grèce). C’est bien “toute” la mythologie qui est là (ou presque), dans ses rebondissantes extensions (à de nombreux épisodes de L’Odyssée proprement dite se mêlent allègrement quelques autres tout aussi dignes de revivre), et dans sa merveilleuse fraicheur.

Te voilà !

Te voilà !
Anaïs Vaugelade

L’école des loisirs, 2013

Intergalactiques

Par Dominique Perrin

te voila

La gestation et la naissance d’un petit humain racontées comme aventures intersidérales : c’est la vision (probablement fort réaliste) qu’offre cet album d’Anaïs Vaugelade, sous la forme d’un récit personnel transmis par une mère à son enfant, sur fonds de vols d’oiseaux et de poissons, de bals planétaires et de constellations en expansion. Munificence rime avec évidence : ce regard, cette mise en histoire si singuliers transfigurent en un mythe personnel à l’usage de tous l’imagerie scientifique des cellules, mais aussi une longue tradition de légendes tout aussi autorisées sur la naissance comme oubli d’acquis antérieurs. Ce tour de magie est un tour d’artiste. Et ce bébé à la peau dorée et au filament incandescent sur le crâne est l’un des moins mièvres et des plus beaux qu’aient donné la littérature de jeunesse… Et voilà !