Joyeux anniversaire, Maman

Joyeux anniversaire, Maman Satoe Tone Balivernes, 2017

Attention, douceur!

Par Christine Moulin

L’ouvrage frappe d’abord par la douceur des coloris de ses aquarelles. Douceur que confirme le texte: on entre dans un univers de tendresse: « C’est l’anniversaire de Maman aujourd’hui! Tout le monde l’aime et lui apporte de jolis présents ». Les narrateurs sont cinq poussins qui partent à la recherche du « plus beau cadeau de tous les temps ». Cette quête prend l’allure d’un conte de randonnée métaphorique: nos jeunes héros vont chercher des diamants dans les herbes, dans l’écume de la mer, etc. Ils sont, évidemment, à chaque fois déçus, ils bravent quelques dangers et finalement, jettent leur dévolu sur un arc-en-ciel. Leurs parents s’inquiètent, pendant ce temps, mais très vite, toute la famille est réunie. La chute, quoique déjà vue, est jolie: ce sont les poussins revenus bredouilles qui sont le plus beau des cadeaux pour leur maman… L’album est mignon, mais il n’est que mignon.

La Vie rêvée

La Vie rêvée
Michel Galvin
Rouergue, 2014

Grrr / Bloup…

Par Anne-Marie Mercier

Un poisson qui vie_revee_galvin_mse prend pour un ours, des lapins qui se désignent comme des sardines, et de fait vivent sous l’eau (enfin, sur l’espace blanc de la page, où est-on, sinon dans la langage?), tout est sens dessus dessous dans cet album. Retrouve-t-on un équilibre en rencontrant un « vrai » ours en fin de parcours? rien n’est moins sûr.

Qu’est ce qu’être un « vrai » ours ? L’identité dépend-elle du regard que l’on porte sur soi ou de celui des autres? que font de nous nos rencontres ? etc.

Il reste que dans cette histoire en randonnée où l’ours imaginaire vit comme un ours et dévore tous ceux qu’il rencontre, jusqu’à ce que, arrivé à la surface, il se trouve en présence d’un « vrai ours »… on parcourt avec lui un espace de liberté.  Chaque double page est comme inachevée, la page portant le texte continuant quelques lignes du dessin de celle qui lui fait face, les matières se mélangent, tandis que les couleurs, les lignes et les formes se poursuivent, faisant de la lecture une véritable ascension.

Michel Galvin, Godard, Modiano ou Aristote de la littérature de jeunesse ? voyez le bel article de Sophie van der Linden sur cet album qui a obtenu le prix pépites en 2014.

Petit beignet rond et doré

Petit beignet rond et doré
 Praline Gay-Para et Rémi Saillard
Didier Jeunesse, 2013

Une alternative à Roule Galette !

Par Christine Moulin

petit beignetLa grande star des maternelles, j’ai nommé la galette, est en passe d’être détrônée par… un tout petit beignet. C’est qu’il a des atouts de son côté! Il est très mignon, tout rond comme le titre l’indique, avec une jolie « bouille ». Comme son illustre aînée de Roule galette…, il s’enfuit pour ne pas être mangé et permet ainsi à un conte de randonnée de se développer selon la tradition, pour finir en conte des origines à la Edouard Manceau, en passant très près d’un récit de ruse  : après s’être enfui de chez le « p’tit garçon glouton », il échappe, assonances obligent, à toutes sortes d’animaux (le chaton maigrichon, le dindon fanfaron, le mouton marron, le cochon à la queue en… tire-bouchon) et finit… mal!

C’est d’ailleurs ce qui pourrait attrister le jeune lecteur qui se serait par trop attaché à notre héros. Le dessin, rehaussé de gros traits noirs, est à la fois amusant et lisible, sans se refuser des détails amusants destinés au lecteur moins pressé: la vache dansante du pack de lait, une chenille qui traverse la route et qu’on retrouvera en témoin de la fin de l’aventure, telle la coccinelle de Gotlib, ou encore un oiseau qui poursuit un ver de terre… Bref, voilà une variante moderne réussie d’un grand classique!

Pour voir comment ce grand classique est décliné dans les classes et comment cela se fait parfois sans l’accord des concepteurs, mais en toute innocence, voir le site materalbum…

L’Etoile de Man-Su

L’Etoile de man-Su
Sophie Guiberteau, Véronique Joffre
Chan-Ok, Flammarion, 2011

Beau conte coréen

par Sophie Genin

conte, Corée, Chan-OkCe joli conte en randonnée de facture classique est d’inspiration coréenne. Cette appartenance se note surtout aux illustrations (peinture aux traits apparents, découpages) : les personnages et les paysages sont asiatiques. Mais l’histoire a une portée universelle : en effet, tout lecteur prend plaisir à suivre une bande surprenante, composée, au fil de la narration, d’un orphelin en quête d’une maison rejoint par un chien, un coq et son amoureuse, une chèvre éprise de liberté rappelant celle de M. Seguin, un étourneau étourdi, un chaton esseulé mais aussi un petit olivier qui cherche une terre accueillante, un essaim d’abeilles chassé de son paradis vallonné et fleuri  par la culture du maïs et même un ruisseau qui leur indiquera le chemin de leur nouvelle demeure ! La fin idéale d’une famille choisie laisse rêveur comme tout bon conte.