Une ou deux bêtises

Une ou deux bêtises
Isabelle Gil
Ecole des loisirs (loulou & Cie), 2011

Pour rire

par Sophie Genin

Une ou deux bêtises Isabelle GilIsabelle Gil est venue à la fête du livre jeunesse de Villeurbanne les 12 et 13 avril derniers et c’est l’occasion idéale de parler de son opus consacré à un garçon-ourson en guimauve qui fête son anniversaire chez sa grand-mère avec ses copains et n’aura de cesse de faire des bêtises mais, surtout, de les réparer – vainement, cela va sans dire !

Le texte dévoile les pensées et idées saugrenues du jeune narrateur racontant son après-midi chez sa mémé (et son chien, répondant au doux nom de “Pétoche” !). En effet, que penser du fait de remplacer un tableau abîmé par une sardine, mais réelle, tout droit sortie du frigidaire ?! Les illustrations, photos d’oursons de guimauve dans un univers kitch à souhait, ajoutant un autre niveau d’humour et jouant souvent sur de la résolution d’implicite, font sourire le lecteur, quel que soit son âge !

Je ne peux que vous recommander de découvrir les petits frères de cet album cartonné à mettre entre toutes les mains : Oursons et A la mer, en particulier, et les derniers nés, remplaçant les oursons de guimauve par des escargots tout aussi expressifs , Le Déjeuner sur l’herbe, Les Vacances et Le Chapeau de maman.

Toc toc toc

Toc toc toc
Anne Herbauts

Casterman (les albums), 2011

Anne Herbauts pour tout petits : la poésie à portée de pensée

par Sophie Genin

toctoctocCet album cartonné en forme de maison invite les très jeunes lecteurs à découvrir ce qui se cache derrière les portes : le quotidien mais vu à travers la poésie dont fait toujours preuve Anne Herbauts. En effet, des dessins mais aussi des collages se font suite, faisant appel non pas aux souvenirs mais à l’imagination de l’enfant qui va tour à tour croiser des paires de chaussures mais ne serait-ce pas une araignée, là dans le coin ?

Viendront ensuite de nouveaux rangements : tous les outils utiles pour faire le ménage mais oh ! Une mouche !, une coccinelle sur la porte du frigo et, derrière, les aliments rangés sur leurs étagères, des canards peints sur un bol dans le vaisselier, un chat caché dans des bouts de tissus et autres dentelles et, là, une souris !

La fin, ouverte, comme le reste de l’ouvrage, presque sans texte, à part la ritournelle « tot toc toc » appelant à tourner des portes visuellement très variées, présente un papillon qui s’envole, la porte se transformant tout à coup en fenêtre, comme une invitation à un nouvel inventaire, une nouvelle aventure, mais au-dehors cette fois-ci !

Une Fois encore !

Une Fois encore !
Emily Gravett
Ecole des loisirs (Kaléidoscope), 2011

Emily Gravet a encore frappé !

par Sophie Genin

encoreunefoisEncore un livre avec un trou, cette fois-ci occasionné par la colère d’un jeune dragon, dont la mère en a par dessus la tête de relire encore et encore la même histoire, tous les soirs: celle de Cédric le dragon qui ne va jamais dormir et préfère manger. Cédric qui menace de recommencer encore et encore son forfait nocturne, tout comme le petit héros de l’album, jeune tyran domestique répétant à l’envi « encore » !

La mise en abîme est une spécialité de l’auteure illustratrice à l’humour ravageur. Une fois encore, si on ôte la couverture papier de l’album, on découvre celle du livre placé dans les mains du jeune dragon. Lorsque sa maman, éreintée, s’endort (quelle expressivité possède son visage qui se plisse !) et, peu à peu, simplifie à l’extrême la trame du conte, il crache du feu et transperce les livres, celui de l’histoire et celui que tient le lecteur dans les mains. L’écriture de ce nouveau récit de lecture a dû être jubilatoire, sa découverte (et redécouvertes successives assurées !) l’est tout autant et peut-être même encore plus pour les adultes acculés à la relecture jusqu’à ce que mort (ou sommeil !) s’ensuive !

 

Après grand, c’est comment ?

Après grand c’est comment ?
Claudine Galéa

Espace 34 (théâtre jeunesse), 2013

Titus ou la difficulté de grandir (pour les parents !)

par Sophie Genin

apresgrandEn 2008, Claudine Galéa avait écrit un très bel album, grand format : Au pays de Titus. Il ne devait pas devenir une pièce mais… c’est maintenant le cas ! Titus, le garçon qui se tait, traverse donc des scènes à la fois très quotidiennes et, en même temps, situées dans la tête de ce petit garçon très imaginatif, assis sur son escalier et qui rêve, sans faire de bruit, ce petit garçon qui entend les objets lui parler, de la soupe à la viande dans son assiette, en passant par son lit, les nuages, le vent, le lézard…

Nous entrons dans son monde, sur la pointe des pieds, spectateurs invités, nous le suivons et nous compatissons : qu’il est difficile d’être différent, surtout face à des parents prêts à tout pour le rendre « normal », comme le montrent ces quelques répliques :

« FINIS TON ASSIETTE

TU T’ES LAVE LES DENTS ?

TU AS MIS TON PULL A L’ENVERS

TU N’AS PAS LES MEMES CHAUSSETTES

TU N’AS PAS OUBLIE TON SLIP ?

Tu es trop lent Titus

Tu vas nous mettre en retard »

Ce à quoi Titus répond, avec toute la poésie tendre,légère et originale dont est capable Claudine Galéa :

« Les grands voudraient que je bouge que je m’agite

que j’esticule

Moi je m’assois sur l’escalier

Et je m’en vais (…)

Je nuage

Avec les nuages

Je papillonne

Avec les papillons

(…) Je foumille

Avec les fourmis

J’aire

Avec l’air

Je chemine

Et je chemin

Main dans la main »

C’est de cette façon qu’il faudrait découvrir ce très beau texte, main dans la main avec son héros si attachant, en attendant de le voir mis en scène ! Et si cette écriture vous plaît, vous irez lire les pièces jeunesse antérieures : L’Heure blanche et Toutes leurs robes noires ainsi que La Nuit MêmePasPeur et Petite Poucet.

ça déménage

Ça déménage
Cécile Chartre

Rouergue (Zig Zag), 2012

Trop rapide mais drôle !

par Sophie Genin

cademenageLe point de vue du garçon de 8 ans et demi de ce roman est grinçant juste ce qu’il faut et il sonne comme il faut aux oreilles du lecteur mais la rapidité de l’histoire, depuis le départ précipité de la maison de rêve à la campagne pour un petit appartement en ville jusqu’à la fin idyllique (papa vit avec sa nouvelle compagne et ses enfants dans une maison pas loin de l’ancienne et maman se fait faire des bouclettes et tout est parfait dans le meilleur des mondes !) empêche de réellement entrer dans ce récit.

Néanmoins, la collection « Zig Zag » qui s’adresse aux lecteurs à partir de 7 ans est adaptée au public visé et des créations originales se font jour dans ce roman : notamment le nom étonnant du chat (Jean-Claude Chipolatas !) et sa relation fusionnelle avec le narrateur, son maître ainsi que l’humour décalé de ce dernier.

L’Escargot et l’éléphant

L’Escargot et l’éléphant
Manfeï Obin, Lionel Le Néouanic
Seuil Jeunesse (Les Contes du tapis) 2011

Magnifique conte étiologique dans une collection originale et intelligente

par Sophie Genin

LEscargotetEnvie de savoir pourquoi l’escargot porte sa maison sur son dos ? Suivez le conteur ivoirien Manfeï Obin grâce au conte étiologique proposé au dos du grand album cartonné de la collection «Les contes du tapis » ! En effet, même si vous ne maniez pas cet art oral ancestral, vous vous en sortirez car Lionel Le Néouanic a prêté son univers coloré fait de bouts de papier et autres créations, sculptures plastiques associant des éléments variés et des couleurs éclatantes et contrastées qui rappellent les pochettes des albums ou les couvertures de magazines illustrées par les Chats Pelés dont l’illustrateur fait partie !

Grâce à la quatrième de couverture dépliée au dos des pages sans paroles, vous ferez suivre cette aventure à vos spectateurs et, le temps d’une histoire du soir, vous serez dans la peau de celui qui tient en haleine son public ! Jubilatoire !

Et si vous avez apprécié cette expérience, vous pourrez la renouveler avec d’autres conteurs et illustrateurs (et vous pourrez le faire les yeux fermés : la collection est toujours de très grande qualité dans les deux domaines concernés) en allant découvrir Pourquoi la carapace de la tortue n’est plus lisse du tout, Le Petit chacal et le vieux crocodile ou encore des contes traditionnels tels que Les Musiciens de Brême, Le Petit bonhomme en pain d’épices ou La Petite poule rousse.

Yok-Yok, la tulipe

Yok-Yok, La Tulipe
Antoine Delessert
Gallimard Jeunesse (Giboulées) 2012

Petit cours d’histoire ludique de la tulipe

par Sophie Genin

La TulipeYok-Yok, le célèbre petit lutin au chapeau rond rouge d’Antoine Delessert, se promène avec ses amis et cela lui donne l’occasion de raconter à Noire la Souris et Josée la chenille l’histoire de la tulipe en Hollande pour finir par s’envoler visiter ce pays.

Les illustrations, au charme et à la poésie intemporels, me rappellent les dessins animés que je regardais petite et je me dis que de nouvelles générations vont pouvoir apprendre des choses autrement, découvrir la vie et ses tribulations parfois. Quelle chance ! de nombreux autres titres existent, mêlant cette touche poétique à d’autres plus philosophiques, entraînant parfois vers le loufoque ou même l’absurde : Une Noix, L’Escargot, Les Monstres, Les Bons et les Mauvais, Le Chat qui parle trop, La Pluie et L’Oiseau qui dort dans le ciel.

La Vraie folle histoire du gros canard jaune

La Vraie folle histoire du gros canard jaune
Nathalie Meynet, Guillaume Plantevin
Océan Jeunesse 2011

La meilleure volonté didactique ne donne pas toujours de bons albums

par Sophie Genin

lavraiefollehistoireL’éditeur indique que le récit de ce comptable qui rêve d’être un gros canard jaune, est « une histoire un peu folle sur le mode du conte traditionnel qui parle des envies et des vocations profondes de chacun, qui peuvent ressurgir à n’importe quel moment de la vie… ». Soit. Mais cette volonté didactique, soutenue en fin d’ouvrage par une page intitulée « Tu veux faire quoi plus tard », semble avoir empêché l’intérêt littéraire.

Qu’est-ce qu’on s’ennuie à suivre ce pauvre homme qui fait un jour (involontairement d’ailleurs, renvoyé de son métier, celui qui, accessoirement, le nourrit) son coming out et sort déguisé pour aller jouer avec les enfants dans les parcs pour des « caresses sur bisous et bisous sur caresses » ! Il affrontera dorénavant la vie en « gros canard jaune ». On peut penser que cet happy end peut pousser les jeunes lecteurs à être eux-mêmes mais le principe de réalité est omniprésent et va en sens inverse de cette idée : être soi-même est incompatible avec le travail ! Le message, surtout en temps de crise, est gênant. Le conte n’est peut-être pas allé assez loin dans le loufoque pour quitter réellement une réalité pas toujours attirante, il est vrai. Dommage que les bonnes intentions ne donnent pas toujours des albums intéressants !

Noémie princesse fourmi

Noémie princesse fourmi
Anton Krings
Gallimard Jeunesse (Giboulées, « Drôles de petites bêtes »), 2011

Anton Krings tire sur la corde !

par Sophie Genin

noemieEt une nouvelle petite bête à mettre entre les mains d’une Noémie que vous connaîtriez ! Ben, oui ! C’est bien le principe de cette série : trouver le prénom de l’enfant que l’on connaît ! Sorti de cet intérêt, on retrouve dans cet opus le jardin d’Anton Krings ainsi qu’un certain nombre de ses habitants.

Nous découvrons un nouveau personnage : celui d’une fourmi ouvrière qui rêve de rencontrer la reine des abeilles (ah ! Les dégâts de la lecture de magazines people chez les fourmis !), fantasme qu’elle va pouvoir vivre grâce à ses amis (ah ! La solidarité de ce jardin idyllique !), enfin qu’elle aurait dû vivre mais Mireille l’abeille s’est trop avancée : la reine refuse de recevoir les fourmis, pilleuses de sucre devant l’éternel ! Heureusement, le très célèbre Loulou le pou va trouver une solution : si Noémie se déguise en reine, on oubliera ses origines (vive la société de l’apparence contre celle l’être !). Sauf que tout ne se passera pas comme prévu et que c’est en loque qu’elle se présentera à l’horrible chef des butineuses ! Honteuse, elle s’enfuira mais, heureusement encore, Carole la luciole la transformera en Cendrillon le soir du bal, beau clin d’oeil au conte éponyme, si ce n’était le jeu de mots final dont est friand l’auteur (et qui fait penser que le public n’est pas si jeune que l’on croit pour ces histoires) : « les souliers de vers à soie » de Noémie !

Si Noémie ne vous attire pas spécialement, je vous conseille un autre personnage intéressant : allez donc lire Léon l’étron d’Antonin Louchard, dans la collection « Tête de lard » chez Thierry Magnier, à ne mettre qu’entre des mains adultes ou en tous cas aptes à comprendre le quinzième degré !

Frida et Diego au pays des squelettes

Frida et Diego au pays des squelettes

Fabian Négrin

Seuil Jeunesse 2011

Hommage à Frida Kahlo et Diego Rivera

par Sophie Genin

 Dans ce très bel album grand format, l’auteur illustrateur raconte d’abord une histoire d’amour d’enfants, donc une histoire extrême et profonde, sans compromis. Il raconte aussi une histoire de jalousie et de mort. En effet, le jour de la fête des morts, au Mexique, est un jour de friandise et de jeu pour les enfants. Mais cette nuit-là, Diego et son amoureuse, Frida, vont descendre au pays des squelettes dont la jeune fille, Orphée au féminin, va sauver son Eurydice masculin, grâce à un xoloitzcuintle, chien sans poil traditionnel de leur pays.

Les planches de ce livre sont autant d’hommages à la culture mexicaine, aux ancêtres, aux rites traditionnels qu’à la fabuleuse histoire d’amour de Diego Rivera et Frida Kahlo, que l’on imagine tout à fait sous les traits que leur a donnés Fabian Négrin lorsqu’ils étaient enfants. L’atmosphère baroque des illustrations n’est pas sans faire penser aux histoires de Tim Burton, la culture mexicaine en plus ! C’est dire si l’envie de plonger avec les héros dans ce monde étonnant est grande ! Il ne vous reste plus qu’à les suivre et, si cela ne vous suffit pas, rendez-vous au musée d’Orsay pour l’exposition « Frida Kahlo/Diego Rivera. L’art en fusion », d’ici le 13 janvier 2014, pour prolonger la magie de cet album.