Saint-Valentin

Le Rendez-vous de Valentin
Sylvie Serprix
Grasset jeunesse, 2013

La Saint Valentin pour tous !

Par Anne-Marie Mercier

LeRendezvousdeValentinBeaucoup sont agacés par l’importance prise récemment par la Saint Valentin en France – encore une idée américaine, dit-on. C’est oublier les amoureux de Peynet et les jolies cartes d’avant guerre, comme la tradition qui veut que cette fête célèbre le début du printemps, le moment où les oiseaux font leur nid.

La Saint Valentin c’est aussi traditionnellement le jour des noces de l’illustration et du sentiment amoureux. Deux beaux albums pour la jeunesse le célèbJetaimetellementrent: Je t’aime tellement de Anne Herbauts, une merveille à offrir aux grands comme aux petits, qui sera chroniqué très bientôt, et ce Rendez-vous de Valentin.

On retrouve l’atmosphère des images de Peynet dans l’album de Sylvie Serprix : la ville représentée ressemble à un Paris idéal : bistrots, jardins, ponts et architecture haussmannienne où circulent vespas et péniches. Au début de l’album, le jour se lève ; les couleurs jaunes de l’aube sur une ville rouge et bleue sont magnifiques et donnent une envie de printemps, comme les ciels bleus qui suivent, puis le violet de la nuit tombée. L’album parcourt une journée à travers la ville en suivant Valentin, un oiseau tracé à la plume sur un décor de pastels gras. Il part à son rendez-vous et croise toutes sortes d’amoureux : jeunes ou vieux, humains ou animaux, ceux qui le savent et ceux qui ne le savent pas encore.

L’album, dans un style graphique superbe, propose de jolies trouvailles pour représenter le sentiment amoureux (sidération, envol, explosion…). Il décline ce sentiment de bien des manières sans oublier ceux qui n’ont pas d’amoureux/se : on pense au chagrin des enfants (et de quelques adultes) de n’être pas « comme tout le monde » ce jour là. Un musicien joue devant sa muse, une statue du parc, les chiens Cookie et Bobby sont « presque » amoureux. Notons que c’est le seul couple qui pourrait ne pas être hétérosexuel, l’artiste a-t-elle fait un clin d’œil, vraiment très discret, à l’actualité du vote de cette semaine ?

Le Dernier Jour de ma vie

Le Dernier Jour de ma vie
Lauren Oliver
Traduit (anglais, USA) par Alice Delarbre
Hachette (Black moon), 2011

Antidote à l’idiotie, ou : la chick-lit comme outil philosophique

Par Anne-Marie Mercier

Conseil à ceux qui ont à la maison (ou pas loin) une adolescente insupportable, narcissique et grégaire : vite, offrez lui ce livre. D’abord, elle l’aimera, puis il la fera (horreur !) réfléchir.

Dans un premier temps, avouons-le, ce livre tombe des mains tant il donne l’impression d’être complice de la lectrice visée. On a l’impression de lire un volume de la série des L. B. D. (« Les Bambinas Dangereuses » de Grace Dent, gros succès commercial – voir ma non-chronique du t. 2 ), centré sur les choses capitales comme : sortir avec le garçon le plus canon du lycée, décider avec ses copines de ce qu’on va porter pour la fête, être celle qui aura le plus de roses le jour de la saint Valentin, voir la tête de celle(s) qui n’aura pas de rose ce jour là, faire une mauvaise blague à celle(s) qu’on n’aime pas (en général, des moins riches, moins belles, etc. que soi)… la liste serait longue. L’héroïne fait partie d’un groupe de copines « populaires », de celles qui font la pluie et le beau temps dans le lycée Jefferson, célèbre pour son taux de suicide et de consommation d’alcool (des points qui seront confirmés par cette histoire).

On s’accroche, parce qu’on sait que ce roman au titre anglais polysémique et évocateur (Before I fall) a eu un succès mondial (nominé par RT Book Reviews en 2010 dans la catégorie « Best Young Adult Paranormal/Fantasy Novel » et que Lauren Oliver est l’auteur de Delirium que Sophie Genin a beaucoup aimé, écrivant que « Ce roman devrait être mis entre toutes les mains adolescentes ».

Mais, après ce premier chapitre consternant (et d’une écriture aussi pauvre que les pensées de la niaise héroïne), les choses s’arrangent. D’abord, elle meurt, ouf ! Mais pas pour renaître en ange (pitié, non !). Les chapitres suivants commencent tous au même matin du 14 février avec une héroïne qui est la seule à se souvenir des expériences et découvertes du jour « précédent » (on pense au beau film « Un jour sans fin »). Six chapitres se succèdent sur le même modèle, six étapes dans la découverte de la vacuité de sa vie et de sa responsabilité dans les drames de cette journée. L’incrédulité et la panique font place progressivement à l’analyse et à l’éclosion d’un sens moral – jusqu’ici enfoui sous des comportements grégaires et des postures.

Ce sont aussi six tentatives pour infléchir  le cours de cette journée et se racheter.  Que l’entreprise soit difficile et presque désespérée est une des belles idées de ce roman philosophique : le hasard et la fatalité, la vie et la mort, mais aussi l’amitié et l’amour, la famille et le groupe (l’ « embrigadement » évoqué dans Delirium est ici vu à l’échelle d’une génération), sont évoqués à travers une intrigue et des interrogations intéressantes ; il est cependant un peu dommage que tout ramène à la nostalgie de l’enfance perdue (forcément pure) et au retour aux valeurs familiales (seules bases solides).

Sur cette écriture en contraste :

J’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de romans pour adolescent(e)s composés de la même façon : un premier chapitre accrocheur, niais et mal écrit, puis progressivement une amélioration (voir Promise de Allie Condie ). Serait-ce un procédé conscient de captation du lectorat? ou bien une imitation du roman de Daniel Keyes, Des fleurs pour Algernon, dans lequel le niveau d’écriture et de réflexion varie avec celui du narrateur ?