Les Histoires du soir de la famille souris

Les Histoires du soir de la famille souris
Kazuo Iwamura
l’école des loisirs, par Moulin rôti, 2021

Souris du soir

Par Anne-Marie Mercier

Une nouvelle maison, le petit déjeuner, la lessive, le pique-nique, le coucher : cinq histoires phares de la fameuse série de Kazuo Iwamura sont proposées dans la version de Moulin rôti, qui offre une version moderne de la lanterne magique, garantie sans danger d’incendie: c’est une mini lampe torche dans laquelle une rainure permet d’insérer des mini disques en plastique avec des images miniatures présentant les principales étapes de l’histoire.
Il me semble que cet objet est surtout utile pour ceux qui connaissent un peu l’histoire racontée, afin de pouvoir broder sur les images : c’est l’occasion de se replonger dans Les 4 Saisons de la famille souris.
On retrouve projetés au mur le charme des contes d’Iwamura, la délicatesse des couleurs et la caractérisation fine des personnages, la simplicité des histoires.

Appel à communication : Strenæ n°22, 2023: Seriality, literarity and popular culture in picturebook studies

International call for papers for Strenae, no 22 (scheduled for publication in 2023), adapted with the help of Sophie Heywood (Associate Professor in French, University of Reading) in collaboration with Dominique Perrin, from the call for papers « Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album »)

Deadline for proposals (between 2000 and 3000 characters, spaces and bibliography included) plus a short biography and bibliography : 17 April 2022 to be sent to strenae@revues.org

Deadline for submitting full articles (30,000 characters, spaces and notes included): 5 October 2022

Deadline for completion of any revisions required: 16 December 2022

Date of scheduled online publication: 15 February 2023

More informations

Odyssée

Odyssée
Peter van den Ende
Sarbacane, 2021

Tour du monde sans escale

Par Anne-Marie Mercier

Un format adapté et 96 pages, voilà de quoi déplier un beau voyage imaginaire, sans texte, mais avec de nombreuses péripéties. Peter van den Ende propose une succession d’images en noir et blanc, tracées à l’encre et ombrés de multiples dégradés de gris. Elles se déploient sur chaque double page, proposant à chaque tourne de page un moment différent, avec de nouveaux lieux et de nouvelles rencontres fantastiques.
L’Ulysse de ce voyage semble être un petit bateau de papier, issu d’un pliage fait moitié par un diable cornu, moitié par un humain ordinaire ; ou bien serait-ce l’ombre qui s’en extrait à la fin du livre, un génie maritime élégant ? Le petit bateau fragile est ballotté en tous sens, rencontre de nombreux obstacles, part dans les airs, plonge au fond des abysses. Une carte en fin d’ouvrage montre le trajet parcouru, comme dans les éditions de l’Odyssée d’Homère, mais avec un monde plus vaste, du Pacifique au Golfe persique, de l’Antarctique à l’Écosse, doublant le Cap Horn et le Cap de Bonne espérance. Mais cet ancrage dans le réel est bien sûr fantaisiste : à travers lui, c’est surtout l’univers mythique de la mer que l’on rencontre, avec ses monstres, ses plantes, ses machines étranges aussi. Chaque page est pleine de détails curieux, drôles ou inquiétants. En somme ça vit, ça coule, c’est merveilleux.
On peut voir quelques images sur le site de l’éditeur.

Peter van den Ende est aussi, dans une autre vie, guide naturaliste sur les îles Caïman. La précision de son trait en témoigne. Odyssée est son premier album, fruit, on le devine, d’un long travail.

 

La Malédiction des Flamants roses

La Malédiction des Flamants roses
Alice de Nussy, Janik Coat
Grasset jeunesse, 2021

Par Anne-Marie Mercier

Voilà un titre étrange. L’album qui le porte est tout aussi surprenant, davantage même car il est impossible de le rattacher à un genre existant sinon en le mettant dans la catégorie des « méta » à l’exemple d’albums de Paul Cox (Le Livre à taches) ou d’autres de Christian Voltz (Le livre le plus génial que j’ai jamais lu) : il se construit (ou ne se construit pas) sous nos yeux : les personnages d’abord, qui dépendent du titre choisi. C’est d’abord une danseuse, parce que l’illustratrice a mal compris la tâche, puis d’autres animaux, un peu au hasard, pour varier : corbeau, écureuil, ours, éléphant… il y a même un loup et son inévitable chaperon rouge. Ensuite, il faut trouver un décor qui satisfasse tout le. monde : plusieurs sont choisis (forêt, banquise, plage, montagne…) dans lesquels on installe les personnages qui donnent tous leur avis sous forme de bulles, protestent, donnent un avis ou transmettent une recette de cuisine. Ensuite, il faudrait installer l’intrigue.
Mais c’est trop tard, il n’y a plus de place : au lecteur de l’inventer grâce aux dernières pages qui proposent les personnages à découper et les planches de décors, vides cette fois, pour les faire évoluer. Au lecteur de choisir s’il veut un récit policier ou fantastique comme le suggère le titre, un conte avec un loup, ou une fantaisie totale. Le graphisme est superbe, le papier fort sera parfait pour les découpes ; mais on pourra aussi télécharger les images si on veut garder intact ce bel objet.

 

 

Quel tableau !

Quel tableau !
Julien Couty
Rouergue, 2020

Détournement d’art

Par Anne-Marie Mercier

Dès la page de garde, on voit que Julien Couty a convoqué de nombreux peintres célèbres pour l’aider à faire passer son message : Vinci, Monet, Rousseau (Henri), Manet, Millet… (le XIXe siècle est bien représenté).
Un homme et un petit garçon visitent un musée. A la stupéfaction de l’adulte, les tableaux ont été transformés et il y a trop de tout : trop de monde, trop de pesticides (Millet désertique), trop de gâchis (la laitière de Vermeer est distraite), trop de fumée (la mer de nuages de Friedrich est transformée en fumées crachées par de vilaines usines), trop de chaud, trop de froid. Ou pas assez de quelque chose : d’arbres, d’animaux… Les tournesols de van Gogh sont fanés. Julien Couty croque et détourne les œuvres avec un crayon rapide, un beau talent d’aquarelliste et de l’humour (les joueurs de cartes de Cézanne installés à la table du café sont nus mais ont gardé leur chapeau, : « trop chaud ! »).
Je regrette cependant qu’on se serve de l’art pour un message qui n’a rien à voir avec lui : la publicité s’en charge assez (« trop », comme dit ce livre) et que l’on livre ainsi un constat désespérant, un peu trop ressassé ces derniers temps. Certes, « il faut se prendre en main», c’est ce qui est dit en conclusion. Soit. Mais est-ce un bon moyen ?
Le projet du livre tient dans le jeu de mot sur l’expression proposée par son titre : quel tableau !

 

 

 

Les Jeux du Père Castor :  Jeu des familles

Les Jeux du Père Castor :  Jeu des familles
Flammarion jeunesse, 2020

« Dans la famille X (des jeux du Père Castor), je demande Y (les sept familles ­– ou plutôt ici les huit) mais j’aurais pu demander la bataille, le mistigri, la boite à jeux, les puzzles…
Le principe est simple : les cartes sont illustrées avec des personnages des contes les plus célèbres des histoires du Père castor (la poule rousse, le cheval bleu, Michka…). Une carte donne la règle du jeu et c’est parti !

L’originalité ici est que les catégories de personnages ne sont pas familiales comme c’est l’usage (le fils ou la fille, le père ou la mère, etc.) mais catégorielles : on trouve une carte pour le héros, une autre pour son ami ou amie, une pour sa maison, une autre pour son repas, enfin, un objet occupe une autre carte. Les catégories structurelles du conte se retrouvent là en partie et l’on peut imaginer bien d’autres jeux à partir de ces cartes en mélangeant les catégories pour faire de nouvelles histoires. Tout en accompagnant la lecture des contes et leur remémoration, ce pourrait être un bon support pour la « grammaire de l’imagination » telle que l’a présentée Gianni Rodari.

Orphée Divin musicien

Orphée Divin musicien
Sylvie Gerinte – Daniele Catalli
Amaterra 2019

Tout sur Orphée…

Par Michel Driol

Dans la collection Les grands textes à hauteur d’enfant, ce volume adapte l’histoire d’Orphée. En Thrace, le berger Atys rencontre souvent le musicien et poète Orphée. Il le questionne d’abord sur l’origine de sa maitrise de la musique et du chant, puis lui demande de raconter le voyage des Argonautes. A la fin de ce récit, Orphée aperçoit Eurydice. Atys assiste au mariage, puis à la mort d’Eurydice. Il encourage alors son ami à aller chercher sa femme au royaume des morts. A son retour, Orphée raconte son échec à Atys.  Quelques temps plus tard, Atys, horrifié, assiste à la mise à mort d’Orphée par les Bacchantes.

On a affaire à une adaptation qui permet à un jeune lecteur de s’imprégner du mythe d’Orphée. Le recours à un personnage secondaire, Atys – clin d’œil à l’opéra baroque ? – permet dans le dialogue de donner des informations sur le personnage d’Orphée de façon naturelle. Cette volonté de vulgarisation des éléments antiques se retrouve partout : explication de Charybde et Scylla, des causes du la quête de la Toison d’Or… En quelques mots, le jeune lecteur possède tous les éléments mythologiques lui permettant de comprendre les enjeux des histoires racontées, sans que cela ne nuise à la dynamique du récit. Le texte, au présent, est facilement accessible et vivement conduit. Une notice finale signale les auteurs grecs et latins qui ont popularisé ce mythe.

Les illustrations de Daniele Catalli en trois couleurs, bleu, ocre et noir, soulignent certains passages  et esquissent un univers particulier qui ne cherche pas à prendre la place de l’imaginaire suscité par le texte, mais l’accompagnent.

 

 

 

 

La Bible, Nouvelle traduction, texte intégral

La bible, Nouvelle traduction, Edition intégrale
François Bon, Frédéric Boyer, Olivier Cadiot, Emmanuel Carrère, Florence Delay, Jean Echenoz, Marie Ndiaye, Valère Novarina, Jacques Roubaud…
Bayard 2018, 2001 pour la première édition.

« Rendre le texte biblique de façon à la fois exacte et littéraire »

Par Maryse Vuillermet

Cette nouvelle traduction a pour but d’ « échapper aux lourdeurs convenues d’une langue érudite, d’un français académique,  d’être plus sensible aux jeux du langage » dit dans la préface Pierre Gibert. Claudel en 36 se plaignait déjà que « Malheureusement, les bibles de langue française ne nous donnent que des transcriptions pauvres et plates, sans résonnance et poésie. »
Il s’agit aussi de restituer la dimension orale du texte et sa diversité, étant entendu que la bible est une somme de livres qui a traversé différentes civilisations et qui a puisé aux différents genres littéraires.
« Il ya du roman, dans la bible, du théâtre, des énigmes, des élégies, des chants d’amour et de détresse. »

Plusieurs dizaines de traducteurs et d’exégètes, vingt écrivains et vingt sept exégètes ont donc accepté de participer au travail et chaque livre est l’œuvre d’un exégète et d’un traducteur. On note parmi les traducteurs les grands noms de la littérature contemporaine.
Et le résultat est parfois surprenant mais donne à la langue une puissance et une force jusqu’alors noyées dans l’académisme et la mièvrerie.

Des mains pour dire Je t’aime et Parle avec les mains.

Des mains pour dire Je t’aime. Petits mots doux en langue des signes
Pénélope
(Les grandes Personnes), 2016

Parle avec les mains. Les premiers mots de bébé en langue des signes
Pénélope
(Les grandes Personnes), 2018

Langue des signes

« Ma princesse », « mon cœur », « mon chou », « petite fleur », « petit clown », « ma cocotte »… Pour ceux qui verraient le monde des sourds comme un monde non seulement sans bruits mais sans style, ne possédant qu’une langue utilitaire, cet album offre un beau démenti. Tout autant manifeste que glossaire, il est adressé à tous, entendants et malentendants.

Dessiné à la plume sur fond blanc, il vise la lisibilité autant que l’esthétique. Un dispositif ingénieux de mise en page montre en page de gauche le « locuteur », une femme ou un homme, jeune, souriant, et esquissant le début du geste, et face à lui, donc à droite, sur un rabat, une image représentant le sens concret du mot, une poule, une fleur, un chou, un cœur… Le geste qui consiste à ouvrir le rabat imite le geste du personnage qui « ouvre » à la fois les mains et le sens. Dans l’album de 2016, « papa », « maman », dormir, bébé, bain, biberon, gâteau… tels sont les mots proposés au bébé pour se faire comprendre. Ici , on retrouve la tendance qui veut que l’on enseigne quelques signes au tout-petit qui ne parle pas encore afin qu’il commence avec un premier langage. Dans cet album, ce sont deux personnages qui signent, côte à côte, l’enfant et l’adulte, alternativement père ou mère.

A travers ces présentations, la langue des signes n’est plus une langue du manque mais une langue poétique, où la beauté réside à la fois dans la métaphore et dans le geste, comme une danse qui viendrait introduire de la musique.

Voir  Des mains

Voir Parle avec

 

Prix Li&je BU Education 2017 – 2018

Prix BU Education SCD Lyon 1 / ESPE de l’Université Lyon1- PRALIJE

2017-2018

Prolongation des votes jusqu’au 4 mai !

Membres de PRALIJE (Pratiques de la littérature de jeunesse), nous souhaitons faire partager nos coups de cœur et faire découvrir des éditeurs, des auteurs, ou des styles nouveaux.

Pour cela, nous proposons aux usagers de la BU de voter sur une liste d’ouvrages de littérature de jeunesse et d’attribuer différents prix (il est possible de voter deux fois ou plus sur le même ouvrage). Le vote se fera jusqu’au 20 avril 2018 – Proclamation le 25 avril). Il y a 6 prix possibles à attribuer :

A-   Pour les petits
B-   Pour rire
C-   Pour rêver
D-   Pour l’aspect non-sexiste (prix Aspasie)
E-   Pour penser le monde
F-    Pour le graphisme et la mise en page

Albums et BD (petits éditeurs)

1 – Les Sauvages, Mélanie Rutten, MeMo, 2015
2 – Peut-être que le monde, Alain Serres, Chloé Fraser, Rue du monde, 2015
3 – Le Mensonge, Catherine Grive, Le Rouergue, 2016
4 – Les Ogres, Jean Gourounas, Rouergue, 2017
5 – Le Petit Bourreau de Montfleury, Marty Planchais, Sarbacane, 2016
6 – Te souviens-u de Wei ? Gwenaëlle Abolivier, Zaü, HongFei cultures, 2016
7 – Les Aventures de Dolores Wilson (hypnose au château), Mathis, Aurore Petit, Les fourmis rouges, 2014
8 – La Roue de Tarek, Mathilde Chèvre (bilingue : traduit en arabe par Georges Daaboul), Le Port A Jauni, 2014.
9 – Avril, le poisson rouge, Marjolaine Leray, Actes sud junior, 2013
10 – Nuage, Alice Brière-Haquet, Monica Barengo, Passe partout, 2016

Romans et romans graphiques

11 – Les Zarnaks, Julian Clary et David Roberts (ill.), ABC Melody, édition melokids plus, 2016
12 – A la poursuite du grand chien noir, Roddy Doyle, Chris Judge (ill.), Flammarion jeunesse (« « grand format »), 2015
13 – Théo, Chasseur de baignoires en Laponie, Pascal Prévot et Gaspard Sumère (ill.), Rouergue (“dacodac”), 2016
14 – Entre les lignes, Emmanuel Bourdier, Gallimard jeunesse (« folio junior »), 201 15 Vingt et une heure, Hélène Duffau, L’école des loisirs (« Médium »), 2015

Poésie

16 – Le livre des petits étonnements du sage Tao Li Fu, Jean-Pierre Siméon et Ming Meng, Cheyne (« Poèmes pour grandir »), 2016
17 – Les Moustiques, Maram al-Masri, Centre de création pour l’enfance (« Petit VA ! »), 2015
18 – Il y a, Jean-Claude Pirotte, Motus (« Pommes Pirates Papillons »), 2016

Théâtre

19 – Les Discours de Rose-Marie, Dominique Richard, Théâtrales Jeunesse, 2016
20 – Il était une deuxième fois, ouvrage collectif, éditions Espaces 34, 2015
21 – Souliers rouges, Aurélie Namur, Lansman (collection « Théâtre à vif), 2015
22 – Paris/Dakar Le grand voyage de petit Mouss, Lucie Depauw, Koïné éditions, 2016

Pour voter : https://clarolineconnect.univ-lyon1.fr/survey/survey/6744/answer/form