Vacances d’hiver

Vacances d’hiver
Mori
HongFei, 2024

La France en vitrine

Par Anne-Marie Mercier

Après ses Vacances d’été, Mori nous emmène en voyage d’hiver. Son petit personnage part cette fois du Japon (au lieu d’y aller comme c’était le cas dans l’album précédent), toujours avec son chat et toujours avec des tenues appropriées, pour l’une comme pour l’autre. Coiffés de jolis couvre-chefs, tous différents, choisis selon les circonstances, arborant des tenues rayées de bleu, blanc, rouge, ou de gros blousons (on songe aux poupée de carton à habiller dans les journaux d’autrefois), ils nous entrainent vers les plaisirs de l’hiver : visiter Paris (ah, l’opéra, les quais de Seine et Notre Dame…), glisser sur les patinoires, contempler la montagne avec ses téléphériques, faire de la luge… s’éblouir avec les cadeaux, les illuminations, tout cela émerveille… avant un retour sage chez soi, sur son tatami, une jolie tour Eiffel en souvenir sur une étagère et des images plein la tête.
Les très belles images de cet album sans texte (hors les pages de garde) qui sont autant de cartes postales, ou de capsules de mémoire, font aussi sourire par leurs détails  (les boulangeries fermées le lundi, un chat de neige à côté d’un bonhomme de neige contemplé, en miroir, par les deux amis, le lion de Béatrice Alemagna qui marche en bord de Seine… tout un voyage !

Mythiques. Icones de légende

Mythiques. Icônes de légende
Françoise Rachmühl, François Roca
Flammarion jeunesse, 2023

Comme des stars

Par Anne-Marie Mercier

 « Pourquoi consacrer un livre aux femmes de la mythologie ? ».
La préface de Françoise Rachmühl, qui a beaucoup adapté la mythologie pour la jeunesse, répond intelligemment à la question : elles sont en effet peu mises en avant dans les récits, mais ont un rôle « primordial », « maitresses ou servantes, de noble naissance ou d’origine servile ». La seule héroïne active qui tienne un rôle de premier plan pose problème : il s’agit de Médée, femme délaissée, meurtrière de ses propres enfants.

La vie de chaque héroïne est relatée en deux ou trois pages accompagnées d’un très beau portrait, une peinture subtile réalisée par François Roca qui leur donne à toutes une allure différente et une parenté : elles ont superbes. Hélène, Andromaque, Pénélope, Euryclée (représentée, comme Pénélope, dans sa belle jeunesse), Antigone, Ariane, Antiopé (l’amazone), Médée, Alceste, Electre, toutes ont une belle prestance, fière, douce, rêveuse, selon l’histoire racontée. Leurs vies sont bien résumées, y compris celle de Médée, qui révèle la finesse et l’intelligence de l’auteure qui parvient à tout dire sans édulcorer ni condamner.
C’est une belle « galerie » d’images attachantes pour s’initier à une partie de la mythologie.

De 0 à dix

De 0 à dix
Christian Demilly, Alice de Nussy
Grasset jeunesse, 2023

Jeux de maths en ronds

Par Anne-Marie Mercier

C’est un petit livre à compter qui fonctionne comme bien d’autres : chaque double page présente un chiffre avec le mot qui le désigne, dans l’ordre croissant, « de zéro à dix ». Mais il propose quelques petits éléments supplémentaires.

Au bas de chaque page on voit une ligne de ronds, au nombre de dix, qui permet de se repérer dans la suite : s’ils sont tous blancs avec le zéro, ils prennent des couleurs au fil des pages, le 1 avec un rond rouge, le 2 avec le rond rouge suivi d’un rond orange, le 3 avec les deux précédents suivis d’un rond orange, etc. Cela permet de faire discrètement un sort au zéro, qui ne « compte pas ».
Aux notions de quantité s’ajoutent des notions d’espace inscrites dans différents cercles colorés : près/ loin, en haut/ en bas , dernier/ avant-dernier, et cela jusqu’au neuf où tout explose avant de revenir à l’unité avec des cercles concentrique : 10 = ensemble… C’est joliment fait et bien pensé. Reste à savoir si l’abstraction aide mieux à compter que les empilements de lapins, carottes, etc.

Mes Saisons

Mes Saisons
Bernadette Gervais
Les grandes personnes, 2023

Entre photos et pochoirs

Par Hélène Davoine

Avec cet imagier Bernadette Gervais nous invite à savourer avec elle ce qu’elle désigne, avec son titre, comme « ses » saisons et c’est bien à un parcours personnel que nous sommes invités : les saisons apparaissent photographiées en noir et blanc ou dessinées avec force détails et couleurs. Quand on observe ces animaux, ces plantes, ces champignons, on a l’impression de la suivre en balade. En cheminant, elle prend en photo ou dessine ce qu’elle croise sur sa route : des bourgeons, des insectes jaunes et noirs, des champignons, des araignées, des feuilles.
Les pages se suivent et ne se ressemblent pas. On regarde la terre et ses traces d’animaux. On regarde le ciel, ses nuages et la voie lactée. Une photo du brouillard suit le dessin d’un cerf et d’une biche et on se surprend à les chercher dans la brume. Les sujets sont parfois rapprochés parce qu’ils se ressemblent, par leur nom ou par leur aspect. La photo des graminées est striée comme l’est le dessin du cirrostratus de la page d’en face. Le chardon a pour voisin le chardonneret. On suit son parcours mental à travers les images et son cheminement dans la nature. On se laisse entraîner, on repense à nos propres marches champêtres, on admire ses photos et ses illustrations. Rarement, imagier n’aura été aussi propice à la rêverie.
La dernière image du livre représente deux traces de pas dans la neige et cette seule image résume très bien cet ouvrage : une belle invitation au voyage.

 

 

Aux Oiseaux

Aux Oiseaux
Anaïs Massimi
Grasset, 2023

Force fragile

Anne-Marie Mercier

C’est à quarante oiseaux différents que s’adressent les poèmes de l’album;ce sont des oiseaux bien connus dans nos climats, presque banals (pinson, roitelet, grive, mésange, chouette…). L’autrice s’adresse à eux au fil des saisons et des heures, évoquant tantôt leur chant, tantôt leur vol, leurs habitudes et leurs espoirs de survie dans ce monde dominé par les humains. Parfois ils brillent même par leur absence. Le ton est léger, la poésie sans prétention. Elle s’attache au sensible et à l’intime.
Les images montrent les oiseaux sur un fond naturel dont le flou évoque le mouvement. Leur œil brille au milieu de crayonnés légers parfaits pour évoquer la plume et l’air. Le réalisme est tempéré par le flou, rien de très original, mais c’est une légèreté qui va bien avec l’ensemble.
L’ensemble est charmant et convainc du « courage des oiseaux », évoqué dans l’extrait de Dominique A., cité en tête d’album.

Crabe

Crabe
Géraldine Collet, Olivia Cosneau
Sarbacane, 2023

Mystère orangé

Par Anne-Marie Mercier

Cet album documentaire cartonné, de format carré arrondi aux angles est un livre à rabats adressé aux plus petits. Les concepteurs ont pris grand soin à arrondir également les découpes et systèmes afin de ne pas blesser les petites mains qui le manipuleront et assurer davantage de longévité à l’objet.
On apprend l’essentiel, et tout cela en vers de mirliton : combien de pattes, sa démarche, son habitat, ses prédateurs… Tout cela avec un système de questions dont les réponses en général se trouvent sous les rabats. Attention, pour que cela fonctionne il faut prendre soin à replier par avance certains qui se présentent parfois ouverts quand le livre est neuf, brisant le suspense et la logique de lecture qui par ailleurs sont parfaits.
Belles couleurs (quoique… cet orangé superbe de Crabe irait mieux à du cuit que du cru, mais c’est si joli…), formes épurées, ensemble lisible et dynamique, une belle occasion de renouer avec la plage.
Pour ramener les plus grands à la plage avec un crabe, on pourra lire Mademoiselle Princesse coquette veut être grande.

Le Jardin secret du dernier comte de Bounty

Le Jardin secret du dernier comte de Bounty
Philippe Mignon
Les Grandes Personnes, 2023

Lecture -voyage dans un jardin

Par Anne-Marie Mercier

Voilà un autre album étonnant au catalogue des Grandes Personnes qui nous avaient déjà ravis avec de multiples chefs-d’œuvre. Celui-ci ne ressemble à aucun autre et il a s’inscrit dans différents genres : encyclopédie imaginaire, livre-jeu, traité de l’histoire des jardins, histoire d’un personnage…
« Nous sommes en 1842 » … Henry Blackwood est le dernier comte de Bounty : il a perdu son fils unique, un savant naturaliste, mort dans le naufrage de son bateau en mer de Chine. Henry Blackwood, sachant sa fin proche, fait venir un ami, savant comme lui, pour lui faire visiter son jardin, l’œuvre de toute sa vie, avant de disparaitre et faire disparaitre son jardin avec lui. En effet, cette visite d’un lieu plein de vie, de sève et d’eau est aussi un chant funèbre, un testament.
Nous visitons, comme l’ami, avec Henry pour guide. On suit leur progression. On admire les statues. On passe d’un ruisseau à un étang, puis à une fontaine, un lac, une île… Henry explique comment il a procédé et où il a trouvé les matériaux. On dévoile de nouvelles perspectives en soulevant des rabats, on se perd dans le labyrinthe (oui, il y a un vrai labyrinthe). Notre gondole passe sous une bouche de monstre. On découvre le gigantesque poisson des abysses qui servira de tombeau au comte. L’album est un livre à systèmes : le poisson surgit au milieu d’une double page, ouvrant sa gueule devant nous. C’est une expérience de lecture étonnante qui mime celle d’une promenade dans un jardin spectaculaire (l’auteur s’est inspiré de jardins existants : Méréville, Bomarzo, Ambras, le parc Querini de Vicenza, le jardin de la perspective de Nanjing).
Le livre a une dimension historique et encyclopédique : on y trouve différentes techniques imaginées par les grands jardiniers pour donner une impression d’espace, créer de la surprise, déformer le réel. Le jardin est situé en Irlande, vers Killarney, avec un climat qui autorise tous les rapprochements ; des jardins italiens et français y côtoient un jardin chinois et des pagodes.
Des oiseaux exotiques s’y sont multipliés et le comte élève des espèces rares dont on comprend vite que la plupart sont fantaisistes. Mais là encore, le livre à système autorise de multiples variations. Les illustrations délicates imitent les aquarelles des naturalistes classiques, avec une finesse de trait et une délicatesse de couleurs superbes. Une quadruple page (la page de droite se replie en trois) développe une imitation de planches de zoologie, pour nous présenter des animaux fantastiques à l’allure sage et aux noms latins, mis en relation avec Linné, le grand naturaliste suédois : le Kamichi tête d’euphorbe (qu’on peut voir sur la couverture), l’Ibis Rococo, etc. Mêlant règne animal et règne végétal, jouant avec les espèces, ce dépliant fait face à une page dans laquelle un disque permet de faire varier le bec d’un oiseau : le lecteur pourrait lui-aussi inventer des animaux et leur donner des noms…
En somme l’album nous entraine dans un jardin fantastique (on songe au Jardin d’Abdul Gasazi de Van Allsburg) qui nous apprend beaucoup sur les jardins réels et nous fait voir des animaux proches des plus étranges qui existent, et plus étranges encore. C’est aussi une promenade qui ouvre sur un temps long : à la mort du comte, selon ses volontés, le jardin sera fermé à tous les visiteurs et abandonné pendant cent ans. Le palais de la belle au bois dormant connaît ici une version végétale paisible : après cent ans, il n’y aura personne à réveiller et sans doute plus de jardin autre que dans nos rêves, suscités par cet  album fascinant.

Feuilleter ici

 

 

Dessus, dessous, devant, dedans

Dessus, dessous, devant, dedans
Fanny Pageaud
(Les Grandes Personnes), 2022

Joujou expérimental

Par Anne-Marie Mercier

Pyramide, canard de bain, train en bois, maracas, pots de pâte à modeler, crayon… Chaque jouet a droit à deux doubles pages. La première est une énigme : la page consacrée au crayon de bois le montre par-dessus et par-dessous : qu’est-ce que c’est ? On découvre que malgré la familiarité il y a toujours de la surprise dans ce qui nous entoure. La troisième page le montre par devant mais aussi en dedans : un rabat cache l’intérieur de l’objet : on découvre la mine du crayon, le sable des maracas, etc.  La dernière page invite au jeu : mettre tout sens dessus dessous, empiler, composer, décomposer…
C’est plein d’inventions et cela fonctionne en ribambelle : le canard en pâte à modeler imite le canard de bain, le maracas écrase le canard en pâte à modeler, et à la fin tous se retrouvent en un joyeux méli-mélo avant de servir d’inspiration à des crayons curieux.
La fin invite à rejouer encore et encore.

C’est un album sans mots ou presque qui invite magnifiquement au jeu. On peut lui trouver une parenté de fonctionnement avec le bel Alboum de Christian Bruel (éd. être, 1998 ; Thierry Magnier 2013) qui lui, a un texte, et en remplaçant le principe d’accumulation par une exploration poussée de chaque objet.

 

 

 

321 choses incroyables à connaître sur l’Histoire

321 choses incroyables à connaître sur l’Histoire
Mathilda Masters, Ill. Louize Perdrieux,
La Martinière Jeunesse, 2022,

 

 Une encyclopédie passionnante et drôle

 Maryse Vuillermet

 

 

 

Cette encyclopédie est une mine d’informations, de synthèses claires, de croquis précis et souvent drôles, sur toutes les époques, toutes les civilisations, d’innombrables dieux, monarques, hommes et femmes illustres. C’est déjà une prouesse de faire tenir toute l’histoire humaine dans un seul volume et c’est encore une autre prouesse de la rendre passionnante, drôle et accessible aux enfants à partir de neuf ans.

Le livre fourmille d’anecdotes, on apprend que les Phéniciens ont inventé le congélateur, que les Incas avaient Chronopost, que les Romains avaient l’équivalent du nuoc-mâm, que les églises étaient des livres d’images… Il regroupe des portraits savoureux par séries,  » Dans la série des empereurs fous, des rois zinzins,… »

Il rétablit certaines vérités historiques, le roi Arthur n’a jamais existé, les pyramides n’ont pas été construites par des esclaves, et nous en apprend d’extraordinaires, le Colisée pouvait être rempli d’eau…les Gaulois ont inventé le savon. L’auteure n’hésite pas à aborder des sujets délicats comme les massacres, les viols, les tortures…

Les illustrations sont dans la veine du texte, didactiques et toujours amusantes.

C’est vraiment une encyclopédie qui rend l’Histoire attrayante, et la met à portée des enfants, elle utilise leur vocabulaire, leurs préoccupations, tout en étant précise, complète, et sans concessions sur la vérité historique, une réussite.

 

 

La Grande Escapade

La Grande Escapade
Clémentine Sourdais
Seuil jeunesse, 2021

Là-haut sur la montagne…

Par Anne-Marie Mercier

« Livre randonnée », ce livre à découpes mérite bien son nom : nous suivons l’itinéraire d’une jeune fille, Brume, partie au matin en laissant un mot sur a table « pour dire qu’elle reviendra » : on traverse la forêt, les champs de fleurs, l’alpage, on découvre les sommets, à la fois proches et lointains, et puis on redescend, le cœur plus léger qu’à la montée : Brume s’est disputée la veille avec sa mère, et toutes deux ont fait la même chose, chacune de leur côté.

Une journée seule, à côtoyer les animaux, les plantes, à manger des myrtilles et rêver, et tout s’arrange. Pour le lecteur aussi cette promenade pleine de fraicheur est un parfait dépaysement. Les rabats, nombreux, lui font découvrir la faune et la flore, ouvrent les perspectives, déploient les nuances en pages composées en camaïeux. C’est une belle promenade, pleine de surprises.
C’est aussi une petite encyclopédie sur la montagne : on trouve en fin d’album quatre doubles pages qui reprennent en les nommant les animaux et plantes rencontrés dans l’album. Certains sont accompagnés d’un court texte explicatif.