Hansel et Gretel

Hansel et Gretel
D’après les frères Grimm, illustré par Sophie Lebot
Flammarion, Père Castor, 2014

Le conte est-il soluble dans le mignon ?

Par Anne-Marie Mercier

Hansel et GretelLe conte des Grimm (connu aussi en France sous le nom de « Jeannot et Margot ») est suivi ici de façon relativement fidèle, légèrement simplifiée et édulcorée : les éléments les plus effrayants sont gommés, de même que les références religieuses. Les illustrations concourent au même effet, elles sont colorées, douces, ajoutent du pittoresque : la pauvreté des enfants n’empêche par la rondeur de leurs joues, et le rapiéçage de leurs vêtements est une élégance de plus sur hanselgretelcouvleur costume.

L’ensemble est charmant, un peu trop peut-être. Tout dépend de l’idée qu’on se fait du conte : une histoire qui doit faire juste un tout petit peu frémir ou bien un récit archétypal, un mythe, la mise en mots de terreurs enfantines, c’est-à-dire tout ce qui a fait le succès de ce conte. Pour ceux qui préféreront ce versant, on conseille la version de Susanne Janssen aux éditions Être. Les autres auront le droit (enfin, le leur) pour préférer cette version.

Je cuisine naturellement léger et pas cher

Je cuisine naturellement léger et pas cher
Aude Le Pichon, Annette Marnat
Flammarion (Père castor), 2012

 

Par Dominique Perrin

Les quatorze recettes proposées ici sont accessibles et alléchantes, classées en entrées, plats et desserts, selon une échelle de coût allant dans une fourchette tout à fait raisonnable de « pas cher » à « plus cher ». Mais l’originalité de ce livre de cuisine solidement cartonné réside dans son inscription effective dans le vaste domaine de la littérature de jeunesse.

Le texte présente de véritables qualités pédagogiques, et les illustrations en hommage à la ligne graphique du Père Castor et en clin d’œil à de nombreux contes de fées sont d’efficaces déclencheurs d’appétence pour cette fonction aux enjeux sans âge : faire et offrir à manger. Il n’est pas jusqu’aux motifs intermédiaires de pièces, porte-monnaie et bourses au signe de l’euro qui n’évoquent de façon engageante le nerf de tant de belles histoires de gourmandise et de nutrition. Seule discordance toutefois dans le beau projet d’éducation à la responsabilité tous azimuts que porte l’ouvrage – son impression en Chine.

100 princesses à créer

100 princesses à créer
Ia Chhuy-Ing, Raphaël Hadid
Père Castor – Flammarion, 2012

100% princesses

Par Caroline Scandale

On le sait, les petites filles aiment le rose, s’habillent en princesses et rêvent du prince charmant. Elles sont plus sages que les garçons, aiment les jeux calmes d’intérieur, notamment dessiner des princesses… L’idée est un peu usée mais toujours vivace. La nature imposerait des rôles et des comportements aux hommes et aux femmes. Selon ce principe ancestral et rassurant, de nombreux parents achèteront 100 princesses à créer à leurs petites lolitas…

Père Castor-Flammarion propose ici une collection intitulée « 100… à créer ». Déclinée pour l’instant en quatre thématiques trés appréciées des jeunes lecteurs: les chevaliers, les dinosaures, les chevaux et donc les princesses. Le principe est d’apprendre à dessiner des modèles de personnages ou d’animaux, en plusieurs étapes, puis de les créer à partir de pochoirs et d’autocollants. Au verso de chaque page, des anecdotes historiques garantissent un minimum syndical de culture. Ces ouvrages jouent sur des codes couleurs stéréotypés pour les deux thèmes sexués que sont les princesses et les chevaliers. Les dinosaures et les chevaux, qui le sont moins, bénéficient de coloris plus neutres comme le vert et le orange.

Ce que l’on peut reprocher principalement à ce livre d’activités est qu’il ne surprend pas. On ne croise pas des princesses rebelles, décalées ou loufoques mais uniquement des modèles de princesses délicates et charmantes, que l’on devine sensibles et secrètement amoureuses. De ce fait il véhicule la panoplie complète des stéréotypes de sexes. Étape par étape la jeune lectrice découvre un seul modèle féminin abrutissant, la princesse, ici, lisse à souhait. Au lieu de prendre à contre pieds ce stéréotype, 100 princesses à créer en fait une icône superficielle et donc soumise. Ainsi, les petites filles intègrent une image peu valorisée d’elles-mêmes. Dommage…

Poucette

Poucette
Andersen, Charlotte Gastaut

Père Castor, 2011

Une nouvelle vision de Poucette

par Sophie Genin

9782081246423.gifCharlotte Gastaut est l’auteur et l’illustratrice du Grand Voyage de mademoiselle Prudence, dédicacé à sa Prudence : « Sois libre mon amour ! Mon hirondelle, ma toute belle. » Le personnage que la petite fille avait inspiré, ainsi que l’hirondelle évoquée dans cette phrase, semblent conduire logiquement à cette magnifique version de Poucette, dédicacée, cette fois-ci, à sa Violette, nouvelle inspiratrice : « Toujours heureuse mon amour. Je t’aime infiniment. Ma merveille. Ma mignonne. Ma rigolote. »

 Le grand format et le fond bleu violet de la couverture, avec l’hirondelle et l’héroïne du conte entourées de fleurs, attirent le lecteur. En ouvrant l’album, on découvre les illustrations caractéristiques de Charlotte Gastaut : l’utilisation du rose fluo, les détails fleuris japonisants et le petit personnage féminin, sorte de petite soeur de Prudence. L’illustratrice est une habituée du Père Castor mais aussi d’Andersen, puisque Cendrillon et La Petite Sirène l’avaient déjà inspirée. Cette fois-ci, son ton s’est affirmé et le résultat est à la hauteur de ce beau conte qu’elle réactualise dans une atmosphère atemporelle et onirique. Redécouvrir ce conte classique grâce à cette illustratrice est un vrai bonheur !

Berceuses et comptines pour s’endormir

Berceuses et comptines pour s’endormir
illustrées par Hervé Le Goff

Père Castor, 2011

Inégales berceuses

par Sophie Genin

 9782081247703.gifCe livre CD est inégal. En effet, c’est une riche idée de remettre au goût du jour des chansons et comptines traditionnelles françaises (« Fais dodo, Colas mon p’tit frère, Frère Jacques » ou « Au clair de la lune » et d’autres moins connues telles que » La Cloche du vieux manoir » et « Fais dodo, le petit Pierrot ») et de faire découvrir aux très jeunes auditeurs des berceuses d’ailleurs, telles que « Chut Petit enfant » « Hush little baby », des Appalaches, Etats-Unis ; « Dodo, ti pitit maman », des Grandes Antilles ; « Dors mon petit gars », d’Allemagne ; la Berceuse de Brahms, « Guten Abend, Gute Nacht » et celle de Mozart, d’Autriche ; « Maman mi aller chercher l’eau », de Louisiane ; « Ce petit garçon a sommeil », d’Espagne,  « Duerme, duerme Négrito », de Cuba, et « Dobrou Noc », de Tchéquie, chantées dans la langue d’origine puis en français et, enfin, « Ani couni », berceuse amérindienne célèbre dans les maternelles. On découvre même une berceuse corse.

 Mais si les voix des chanteuses et chanteurs adultes sont évocatrices de différents horizons musicaux et vocaux, l’idée des voix d’enfants, bonne au départ, n’est pas judicieuse : ils chantent faux ! Et si c’est pour montrer que chanter est un métier et rendre les berceuses plus accessibles, c’est raté car certaines sont à la limite de l’acceptable ! Dommage pour cette erreur de casting qui aurait pu paraître touchante mais qui nuit à l’ensemble, par ailleurs mis en valeur par des illustrations pleine page relativement classiques mais parfois amusantes ou surprenantes !

Brosse-toi le bec Cocopoulette !

Brosse-toi le bec Cocopoulette !
Clair Arthur et Vincent Mathy

Flammarion-Père Castor (Les p’tits albums), 2011

Brosse-toi les dents, qu’on en finisse !

par Sophie Genin

poule,hygiène dentaire,Père Castor,sophie geninLes poules ont toujours beaucoup inspiré la littérature de jeunesse mais le résultat n’est pas toujours heureux, comme dans cet album qui accumule tant les jeux de mots sur l’univers des gallinacés qu’ils en deviennent indigestes (voir par exemple le becquiste pour le dentiste, le becquifrice, un bouche-trou de bec…).

L’objectif didactique qui vise, vous l’aurez compris en lisant le titre, le brossage régulier des dents du lecteur fait flop alors que l’univers coloré et ludique proposé par l’illustrateur et l’auteur aurait pu être entraînant…

Si les poules et les jeux de mots vous attire, allez plutôt voir du côté de la série des « p’tites poules » par Christian Jolibois et Christian Heinrich, vous ne serez pas déçus !