Pot d’âne

Pot d’âne, recette en verre
Sophie Tiers
CMDE (« Dans le ventre de la baleine »), 2016

Ingrédients : une princesse, un âne, un roi, un prince

Par Anne-Marie Mercier

Cette réécriture d’un conte de Perrault est un peu différente dans son principe de celle du Petit Poucet et des autres contes publiés au CMDE, réécrits par Marien Tilet (voir Chronique précédente). Autant qu’une variation sur le conte célèbre de « Peau d’âne », il s’agit ici d’un exercice de style, assez réussi, qui consiste à raconter (plus ou moins) la même histoire en n’utilisant que des mots pris  dans un livre de cuisine.
Il y a de la virtuosité, de l’humour, de la poésie même dans ces télescopages de mots et de sens. Ainsi la princesse s’adresse-t-elle à son père : « Mon roi./ Je te prends l’animal/ Te dénude de thon or/ Ce coffre cette nuit/ M’entoure de son pelage/ Tas bête se transforme et s’adapte/ À mets chairs/ À mets côtes/ Amont sors/ […] Je te laisse sans chemise,/ Parée de matière grise/ avant que tu m’écosse me rendre grosse ».
Elle attend le prince et prépare le fameux gâteau : « Dans ce palais Je ne suis plus reine/ De Saba je passe aux abats/ Et fond au rang le plus bas./ […] Les vapeurs culinaires/ Font marcher droit verre ailes / Les pas de l’étranger ».
Éloge de la forêt et des herbes, de la fuite et de l’errance, tout autant que louange  aux arômes et saveurs lourdes d’une cuisine d’autrefois, c’est un livre qui se savoure, et qui donne faim.

Les illustrations fragmentaires et délicates, allusives autant que le texte, composent un puzzle dont les morceaux, réunis dans la dernière page, complètent l’image de cette femme animale et invitent à refaire le chemin pour mieux le saisir : à repasser les plats, donc ?

Pour écouter ce livre et voir des images de la performance à laquelle il a donné lieu voir ici (patienter un peu, le départ est un peu lent)

Le Petit Chaperon rouge

Le Petit Chaperon rouge
Perrault, Dedieu
Seuil jeunesse, 2011

Double classicisme

par Anne-Marie Mercier

Dedieu joue avec la tradition et la sert bien : le texte intégral de Perrault s’inscrit dans des scènes composées à partir de motifs de toile de Jouy, répétitives, qui semblent tracer une histoire immobile. Mais des détails supplémentaires les animent ; on voit courir un lapin, travailler des bûcherons en arrière plan. Enfin, certaines pages décomposent une scène en plusieurs moments, comme celle de l’attaque de la grand-mère, ou celle de l’habillage du loup, avec un grand dynamisme. Dans ces décors monochromes, les couleurs rythment aussi le récit : le rouge du chaperon rouge, le bleu du linge de la grand-mère, le brun-rouge du loup tranchent sur les tons sépias de l’arrière plan.

Ce loup est effrayant à souhait et la cruauté de la scène finale n’est pas escamotée, au contraire, dans une dernière double page rouge où le regard des chouettes dit l’horreur de la situation. C’est beau, c’est fort : un futur classique de classique ?