Trilogie de la poussière, t. 2 : La Communauté des esprits

La Communauté des esprits
Philip Pullman
Traduction (anglais) de Jean Esch
Gallimard jeunesse, 2020

L’imaginaire comme une essence de rose

Par Anne-Marie Mercier

On retrouve dans ce volume, le deuxième de la nouvelle série intitulée « Trilogie de la poussière », l’art de la narration de Pullman, son univers riche, son style fluide, et tout cela parfaitement traduit. On retrouve aussi le personnage de Lyra et son dæmon Pantalaimon. On retrouvera aussi au cours du roman le héros du premier volume (La Belle Sauvage), Malcom. Mais la situation a bien changé : Lyra a 20 ans et Malcolm a une trentaine d’années. C’est la première étrangeté de ce roman : au lieu de filer tranquillement l’histoire antérieure (antépisode ou ou préquelle) qui montrait l’héroïne de la superbe trilogie de La Croisée des mondes (His dark materials) en bébé sauvé du déluge par un jeune garçon (Malcolm) et confiée enfin à Jordan college (où on la retrouvait dans la série suivante), Pullman fait le choix de passer par-dessus les trois tomes de la série précédente et de retrouver les héros bien plus tard, à l’âge adulte, et toujours à Jordan college : l’une comme étudiante et l’autre comme professeur.
L’effet intéressant de ce choix est qu’il multiplie les entrées à l’œuvre et fait un tri dans son lectorat : Autant La Belle sauvage, bien que sombre et parfois violent, pouvait s’adresser à des jeunes lecteurs par l’âge des personnages, la simplicité de l’intrigue, la poésie des lieux, autant ce tome s’adresse davantage à de grands adolescents et adultes et serait une lecture difficile pour les plus jeunes, par la complexité de l’intrigue, les ramifications diverses, la multiplication des lieux, la cruauté de certains passage (le viol, à peine suggéré dans La Belle sauvage est évoqué de façon beaucoup plus explicite) et… l’absence de Pantalaimon.
En effet, rien ne va plus entre Pantalaimon et Lyra et la rupture, amorcée à la fin de la trilogie précédente, est consommée par la fuite de Pan. Certes, il part en quête de l’imagination de Lyra, volée selon lui par certaines théories par trop rationalistes. De son côté, Lyra part à sa recherche, sans bien savoir où aller pour cela et tombe sur un mystérieux et dangereux trafic d’essence de rose, en Orient dans lequel trempe le Magisterium. La deuxième partie du livre se rapproche d’un roman d’espionnage à multiples rebondissements dans lequel Lyra, traquée doit fuir sans cesse.
L’atmosphère est sombre : l’histoire commence par un assassinat, suivi de plusieurs autres. L’asile de Jordan college n’existe plus face aux assauts du Magisterium et Lyra doit le fuir tandis que ses amis y sont menacés. Une tyrannie mondiale semble se mettre en place. Guerres, exodes, massacres de populations sans défense, afflux de réfugiés… le monde de Pullman rejoint bien souvent le nôtre et la part d’imaginaire se rétrécit. Mais l’aléthiomètre est toujours là pour nous faire un peu rêver et on espère que Lyra, dans un prochain épisode, retrouvera bientôt Pan et rompra ainsi sa solitude et son désespoir, et que son imagination volée lui reviendra pour lui rendre toute sa vitalité.

 

La Nuit est pleine de promesses

La Nuit est pleine de promesses
Jérémie Decalf
Amaterra 2020

Voyageur il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant (Machado)

 

Par Michel Driol

Quand la métaphysique, la poésie et la science se rejoignent, on a un superbe album comme celui-ci. C’est la sonde Voyager 2 qui parle, et qui raconte sa construction, son départ, son voyage à travers le cosmos, à la recherche d’autres vies possibles. Le soleil, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et ensuite ? Voyager 2, lancée par la NASA en 1977, tout comme Voyager 1, est une sonde destinée à explorer l’univers, en envoyant des données, mais elle porte aussi un message à destination d’autres formes de vie : des informations sur la terre, mais aussi de la musique.

L’album est de ceux qui ne laisseront pas indifférents ses lecteurs par la beauté des pages et des illustrations. De grandes pages noires, constellées de points lumineux, les étoiles, à l’image exacte de ce que nous avons quand nous regardons le ciel par une nuit étoilée : voici l’espace, dans son immensité qui donne le vertige. Et, comme un fil d’Ariane ténu, une minuscule sonde qui progresse, frôle des géants (Saturne, Neptune) avant de se retrouver dans le vide intersidéral. Portant toujours cette même interrogation : qu’y a-t-il plus loin ?

Si les images sont envoutantes, le texte, d’une grande sobriété poétique, – phrases courtes, groupes nominaux – fait alterner les interrogations et les constats de la beauté et de l’immensité du monde. L’une de ses forces vient de ce qu’il donne la parole à cet étrange objet qu’est la sonde. Invisible désormais, elle ne peut demander au terrien que de l’imaginer, perdue dans l’un des infinis pascaliens, preuve à la fois de la grandeur de l’homme dans son pouvoir technologique et de sa petitesse. La question initiale traverse tout l’album : qu’y a-t-il là haut ?

Un album qui parle à la sensibilité pour évoquer la façon dont la science tente de répondre aux questions fondamentales et sans réponses que se posent, au-delà des écrivains et des philosophes, tous les hommes.

N’hésitez pas à aller feuilleter le livre sur le site de l’éditeur : https://www.amaterra.fr/catalogue/la-nuit-est-pleine-de-promesses/

 

 

Rouge volcan

Rouge volcan
Eric Battut
L’élan vert  2017

L’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini…

Par Michel Driol

Au milieu de l‘océan, un volcan se réveille et fait naitre une ile. Deux petits personnages, des vulcanologues, s’en approchent, en commencent l’ascension au milieu des laves, malgré les gaz toxiques. Ils effectuent leurs mesures et atteignent le sommet. Face à la montagne en furie, il faut redescendre, vite et repartir dans une mer rouge volcan. La dernière illustration envoie à la première, mais la dominante blanche est devenue une dominante rouge…

Étrange album, qui tient tout à la fois de la poésie, de la science et de la philosophie. Poésie du texte, qui parle d’apogée, de montagne en furie, de colère de la montagne. Poésie de l’illustration, qui ne recherche pas le réalisme, mais, utilisant des papiers découpés, rend compte de la puissance tellurique des éléments et leur confronte la petitesse des deux hommes. Discours scientifique aussi, qui convoque des termes précis, comme mesures, densité, qui emploie les termes techniques, magma, bombes volcaniques, mission à accomplir. Le tout est au service d’une approche philosophique : qu’est-ce que l’homme dans une nature qui peut se réveiller et se révéler dangereuse, mortelle, inhospitalière ? Un être fragile, un petit rien, menacé, impuissant. Pourtant, il lui faut continuer à aller calmement, presque paisiblement, à l’ « extrême limite » du monde, de soi et du savoir, non pas pour la  gloire, ni pour dominer la nature, mais pour la connaitre.

Un album en aller-retour, qui pose la question de la connaissance scientifique, de la place de l’homme dans l’univers, de l’esprit de géométrie, rationnel, et de l’esprit de finesse, qui joue sur l’émotion. Un album pascalien…

3e Festival Science et Manga : Au travers du Temps

La BU Sciences Lyon 1 organise du 12 au 17 mars son 3e Festival Science et Manga avec pour thème le Temps.

3 évènements ponctueront le Festival :

Une exposition, du 12 au 17 mars 2012

L’exposition présentera le rapport au temps dans les mangas. Une collection d’objets du musée du Temps de Besançon   donnera un cadre historique à cette réflexion. Des créations d’élèves de l’école Emile Cohl montreront que le manga est le lieu de tous les possibles.

Une conférence-débat, mardi 13 mars de 12h15 à 13h45

Elle réunira trois personnalités différentes autour de la question « Maîtriser le temps : de la mesure au voyage » : Gilles Adam, astrophysicien, Thomas Charenton, conservateur du Musée du Temps de Besançon, et Jean-Pierre Charcosset, philosophe. Chacun, selon sa discipline, éclairera cette notion dont l’apparente évidence s’efface dès qu’on tente de la      définir.


Une projection :

Jeudi 15 mars à 18h : La Traversée du temps, réalisé par Mamoru Hosoda d’après un roman de Yasutaka Tsutsui.

Pour en savoir plus : http://festivalscienceetmanga.over-blog.com/

Clarence Flûte et le secret de Sybille

Clarence Flûte et le secret de Sybille
Sandrine Bonini,
Autrement, 2011

Les scientifiques : des êtres incompris?

Par Olivier Morin

Ce texte drôle et plein de malice nous entraine dans l’univers imaginaire de Clarence, un petit garçon amoureux de sciences et … de Sybille, sa jolie voisine. De bricolages astucieux en expériences originales, nous découvrons comment Clarence représente son monde dans son carnet de recherche, à l’abri de son laboratoire sécurisé. Hélas, Sybille est une énigme pour Clarence : elle collectionne des petits animaux en verre colorés, elle aime le dessin et elle manque totalement de rigueur et de méthodes ! Fort heureusement, l’esprit créatif de Clarence a mis au point un système révolutionnaire qui lui permettra de comprendre les individus les plus secrets.

A travers cette lecture, on pourra aborder la question des stéréotypes (en classe, ce serait en cycle 3). Les scientifiques sont-ils des êtres incompris vivant dans un monde à part ? Ont-ils un langage bien à eux ou peut-on espérer comprendre ce qu’ils disent ? Faut-il vraiment des pierres précieuses pour intéresser les filles ?

Ce roman est aussi une belle occasion de se demander ce que la science peut nous apprendre, et ce qu’elle ne nous apprend pas. Mais que faut-il donc pour qu’une expérience marche ?