L’Affaire Méduse

Les Enquêtes d’Hermès, vol. 2: L’Affaire Méduse
Richard Normandon
Gallimard jeunesse (folio junior), 2019

Pétrifiant!

Par Anne-Marie Mercier

Le roman commence dans une atmosphère de péplum hollywoodien : Zeus a organisé une fête sur l’Olympe, tous les dieux sont là et certains ont déjà bu un peu trop de nectar, comme les futurs détectives de ce roman policier olympien… Le changement de ton est, au moment où le forfait est découvert, radical et dramatique : la narration vire au noir, à l’angoisse et à la cruauté. Hermès et Éros font ce qu’ils peuvent pour déjouer une sombre machination, dans des décors grandioses allant des déserts aux profondeurs marines, à la hauteur de ce vaste monde des dieux. On croise les Olympiens, Zeus, Héra, Athéna… on apprend de vieilles histoires et de nouvelles versions du destin de Méduse, d’Atlas, de Pégase…
C’est un vrai roman noir, avec des morts, des secrets de famille, des trahisons, de fausses confidences, sur fond de magie – bien noire elle aussi.

La Bataille des grenouilles et des souris

La Bataille des grenouilles et des souris
Daniele Catalli d’après Homère
Editions amaterra 2017

Vous connaissez la batrachomyomachia ?

Par Michel Driol

Texte aujourd’hui peu connu de l’antiquité, la Batrachomyomachia, attribué sans doute par erreur à Homère, est une épopée burlesque parodiant l’Illiade.  Très souvent adapté au XVIème et au XIXème siècles, il est aujourd’hui tombé dans l’oubli. Voici que les éditions Amaterra publient la belle adaptation qu’en font  Daniele Catalli et Claudio Malpede, dans une traduction très pertinente de Séverine Petit. Une dispute éclate entre une souris et une grenouille pour l’accès à un point d’eau. Le batracien propose alors à la souris de visiter son royaume, en montant sur son dos. Hélas, un serpent surgit, ce qui entraine la noyade de la souris. Cet épisode est le prétexte d’ une guerre sanglante entre les deux communautés. Arrivent aussi les alliés : une loutre, des crabes…  Au plus fort de la bataille, deux héros sont désignés pour se battre en duel et décider du sort de la journée. Tous deux meurent, la bataille n’aura servi à rien, et la pluie en efface les traces.

Cette adaptation actualise fortement le  texte afin de rendre ce combat contemporain. On y croise donc un piège à souris, des allumettes, des capuchons de stylos.  La traduction très rabelaisienne joue aussi avec les noms des protagonistes. Côté grenouilles, citons Placidus Dumarais, le héros, Lagadoue, Criardin ou encore Joufelu. Côté souris, on trouvera Grippemiette, Croquejambon ou Creusefromage. Mais la parodie du style  « antique » préserve les généalogies des héros, les discours de guerre, les récits homériques des combats, évoquant la succession des combats et égrenant les noms des morts des deux camps. Lorsqu’à la fin tout est dévasté, Longsaut peut pleurer Mulo, son compagnon d’aventures…

Les illustrations, crayon et aquarelle, regorgent de détails pittoresques. Les pages découpées laissent apercevoir les horreurs à venir ou laissent apparaitre, dans les pages déjà vues, une tête de mort sinistre.  Quant à la dernière page, ornée de trous ronds, elle semble trouée de larmes. De beaux cadrages aussi, qui mettent en valeur la pagaille de la bataille ou la grandeur burlesque des deux héros.

Un bel album très contemporain  qui ressuscite pour notre plus grand plaisir un texte oublié de l’Antiquité.  Les lecteurs enfants prendront plaisir à cette histoire burlesque montrant l’absurdité des guerres, les lecteurs plus âgés y gouteront la parodie de l’Illiade. Les deux citations en exergue – de William Golding ou de Placidus Dumarais – rappellent non sans pessimisme que personne n’apprend jamais rien de l’histoire, et que personne ne survit vraiment à la guerre.

 

Nouvelle Sparte

Nouvelle Sparte
Erik L’Homme
Gallimard jeunesse (grand format) 2017

L’antique, une utopie futuriste

Par Anne-Marie Mercier

Enfin une utopie ! Une vraie, qui ose dire son espoir et sa fragilité et qui puise aux sources les plus discutées de nos démocraties. Erik L’Homme propose l’idée, sinon le modèle, d’une Sparte projetée dans le futur, fondée par des Européens fuyant un monde dévasté. Après la période des « Grands bouleversements » des survivants se sont installés en Baïkalie (donc vers le lac Baïkal, au sud de la Sibérie) et ont voulu fonder une « cité guerrière et forte, capable de résister à l’agonie violente du Monde-d’avant », centre d’une Fédération (écho de Star Wars ?) incluant les populations autochtones. D’autres ont fondé des empires nommés Occidie, Darislam (on reconnaitra la projection de l’Amérique du nord et du monde musulman) une autre se situe derrière la muraille de Chine. C’est donc un monde très polarisé, très schématique aussi, construit sur de nombreux stéréotypes.

La ville est construite en double : la ville du dessus et celle du dessous : chaque famille a une espace pour l’été et un autre, semblable, pour l’hiver glacial : éclairé de puits de lumière, chauffé par une cheminée… La société de la Nouvelle Sparte a été organisée sur le modèle des deux cités antiques, Sparte et Athènes, en prenant ce que chacune avait de meilleur, d’après un philosophe nommé Goas (image de Boas ?). La religion polythéiste de l’ancien monde grec a été réinventée : on invoque Zeus et Héra, Dionysos et Mars – et on y croit. Les héros font des réflexions sur l’amour (libre dans ce monde) en évoquant Eros, Aphrodite, Héra, Hestia… La philosophie est construite sur une distinction entre le « je-suis », le « je fais », le « nous-ensemble », trois manières d’exister. A Sparte, personne n’est pauvre, les biens sont partagés, chacun reçoit selon ses besoins. On aura reconnu des échos de l’ancien système communiste. D’autant plus que « l’hubris (excès dans sa conduite) [est] sanctionné par un séjour remis-des-idées-en-place dans la steppe kourykane ». Mais la distinction repose sur le fait que « la fédération met au même niveau les trois plans d’existence, alors que le communisme ne retient que le troisième ». Enfin, elle prétend être une vraie démocratie, dirigée par plusieurs Assemblées. La vertu et la droiture sont les valeurs suprêmes, mais tout cela est mis en danger au moment où une vague d’attentats faisant de nombreuses victimes terrorise la population et les héros qui en sont spectateurs, de très près : qui est à l’origine de ceux-ci ? on soupçonne le Darislam… Il est question de suspendre un instant les lois de la démocratie…

Les héros sont des adolescents pris au moment de leur initiation. Elle les plonge dans une nature rude avant de les projeter vers le début de la vie adulte et le choix d’un métier. Leur vie est remplie par de nombreuses occupations sérieuses : arts guerriers, sports, poésie, philosophie… et des rencontres autour d’un verre de « stellaire ». Valère aime Alexia mais très vite il doit la quitter pour partir en mission en Occidie, se faisant passer pour un transfuge rejoignant son oncle, riche personnalité de l’ouest (il est en effet un « métis », né de mère occidienne). Le récit de son séjour est digne des romans d’espionnage du temps de la guerre froide : l’Occidie est un monde ou l’extrême richesse se déploie en vase clos dans un océan de très grande pauvreté. La corruption et la violence des rapports humains, la fausseté des sentiments, tout cela en fait un contre modèle. Valère découvre dans le Darislam – l’ennemi présumé de son peuple et le commanditaire de l’assassinat de son père – à travers la rencontre de la famille de l’ambassadeur et il tombe des nues ; loin d’y voir sectarisme et violence, il découvre son, raffinement, son goût pour les arts, l’importance de la religion (il y a des débats savoureux sur les mérites de l’une et de l’autre, avec un éloge vibrant du polythéisme)… Peut-on attribuer les attentats à cet état, ou cela relève-t-il du complot ? On peut rester perplexe devant ce scenario et s’interroger sur sa pertinence dans le contexte actuel – mais on peut supposer aussi que les lecteurs d’Erik L’Homme ne sont pas de ceux qui dédouaneront tout un monde en diabolisant l’autre.
On ne résumera pas les péripéties du séjour de Valère, pris entre la fascination pour le monde des milliardaires, la fidélité à ses origines et à ses amis, le dégoût puis la compréhension du monde des pauvres, et balloté d’une idée à l’autre, totalement perdu. On ne racontera pas non plus comment il découvre qui est à l’origine de ce complot et le but poursuivi. Le récit est dense, prenant, et la réflexion s’intègre bien à l’action. Une légère touche de fantastique à l’antique (les Dieux existent donc ?) complexifie encore l’ensemble. Roman d’aventures, roman politique, roman d’espionnage, sentimental… il y a un peu de tout dans ce livre, qui garde sa cohérence. Seul bémol, la partie aventure manque un peu de crédibilité car les héros déjouent les système de sécurité avec une facilité déconcertante. Certes, ils sont doués en informatique… et il faut bien que l’histoire avance.
Enfin, Erik L’Homme développe un nouveau langage, qui cherche l’idée juste ou la formule choc en accolant des substantifs (« hommages-silence aux étoiles », « les citoyens colère ») ou par des périphrases (les « pousse-à-l’ivresse »), des néologismes (« s’entre-cacher ») ou des archaïsmes ; on s’y fait vite, cela donne une souplesse étonnante au récit qui s’écartèle entre le passé de la langue et ce qui pourrait être son futur.

 

Oh ! L’antiquité

Oh ! L’antiquité
Joe Fullman

Gallimard jeunesse (les yeux de la découverte), 2012

Ah! que d’images

par Anne-Marie Mercier

Toute l’antiquité.. enfin, celle qui s’enseigne en 6e, et c’est déjà beaucoup : de 8000 avant JC à 1550, Moyen-Orient, Afrique, Europe, Asie, Amérique et Espace du Pacifique.., une chronologie, un index, de belles photos en couleur, une maquette qui fait la part belle aux images, fidèle à l’esthétique des collections « découvertes » de Gallimard.

Mais c’est aussi une ouverture sur la modernité : on peut compléter la lecture et naviguer grâce aux liens internet proposés sur le site des éditions, télécharger des images, etc.

L’Aigle de la neuvième légion (Les Trois Légions, vol. 1)

L’Aigle de la neuvième légion (Les Trois Légions, vol. 1)
Rosemary Sutcliff

Traduit (anglais) par Bertrand Ferrier
Gallimard jeunesse (hors série littérature), 2011

Le retour du roman historique des années 50

Par Anne-Marie Mercier

aigle9e2.gifPour une fois, nous suivons l’actualité de près, la devançons même un peu, tout en plongeant dans l’Antiquité : le Péplum est de retour, et il est romano-Breton. Après le film Centurion de Marshal (2010) qui relatait la guerre des Romains contre les Pictes et le massacre de la 9e légion romaine, L’Aigle de la 9e légion, tiré du roman que nous évoquons ici prend son essor demain, 4 mai 2011, sur les écrans des cinémas français après avoir été un succès dans sa version originale.

En fait de nouveauté, c’est plutôt du réchauffé (mais du bon réchauffé !) que présentent les éditions Gallimard jeunesse en grand format, puisque le texte dont ce film est issu existait déjà en folio junior (2003), dans  l’édition française d’un roman anglais publié bien plus tôt, en 1954 (The Eagle of the Ninth). C’était le premier roman de Rosemary Sutcliff qui en a publié beaucoup d’autres du même genre (jeunesse, historique, antiquités anglaises). L’auteur est une célébrité, nommée officier de l’Empire britannique grâce à son oeuvre.

On trouve ici tout le charme et tous les problèmes du roman pour adolescent de ces années là, au temps où les jeux vidéos n’existaient pas, et la télévision à peine : le joli temps où les enfants avaient encore de longues après midi de pluie devant eux pour se plonger dans des aventures héroïques. Tout en étant un récit d’aventures avec tous ses ingrédients (suspens, chasses à l’homme) c’est aussi un livre où la nature est très présente et où l’on prend le temps de s’attarder sur l’évocation de la faune et de la flore, des nuages et de la pluie. Le livre prend son temps, n‘épargne pas les descriptions et les moments d’inactivité et d’attente, pour le héros comme pour le lecteur. Il ne craint pas non plus de décevoir l’un comme l’autre. Le livre ne cherche pas à caresser dans le sens du poil : le renoncement aux rêves y est un fil rouge discret mais insistant. On sent que la guerre n’est pas très loin, dans l’esprit de l’auteur comme de ses lecteurs. C’était aussi le temps de l’innocence.

eagle9e1.jpgAvant de creuser un peu cela, deux mots de l’histoire. Elle se caractérise par son caractère déceptif, dès le titre : cet aigle n’est pas un oiseau, ce n’est pas non plus la désignation du héros, c’est un objet, une aigle romaine qui guidait une légion. La 9e légion est pour les Anglais une légion mythique puisque, dit-on (mais d’autres disent que tout cela est faux…), elle disparut corps et biens au moment où les Romains, contraints d’abandonner la Caledonia, se replièrent derrière le mur d’Hadrien. Corps et biens ? Pas dans le roman, car dans cette histoire qui se passe une dizaine d’années plus tard, Marcus le romain et Esca le breton  partent à la recherche de l’aigle porte étendard de la 9e, et, avec cette aigle, à la recherche d’éventuels survivants.

Marcus est un jeune centurion dont le père appartenait à cette légion. Quête du père, donc, classique ; puis tentative de restauration de l’honneur du père, moins classique. Marcus est très vite grièvement blessé lors d’une action héroïque et en reste fortement handicapé : sa carrière militaire est brisée et son rêve, rentrer vite au pays pour y acheter une petite ferme, est anéanti. Un militaire handicapé et rêvant de paix, c’est original. Aussi, tout au long du roman on trouve un éloge permanent des valeurs militaires (honneur, obéissance, courage, amour de la patrie), ce qui fait qu’on ne sait pas toujours si on entend un soldat romain ou trois9e2.jpgun pilote de la RAF. Les éditions Alsatia avaient publié un autre roman anglais sur le sujet, Trois de la neuvième légion (1960)  dans la collection « Signe de piste », puis une BD (1971). Au passage, signalons qu’on sent venir dans les études en littérature de jeunesse, un regain d’intérêt pour le roman scout.

Les valeurs militaires sont tempérées par l’horizon auquel aspire le héros : la vie paisible dans une ferme avec sa famille, de bons amis et un chien. Ce chien idéal est ici un louveteau que Marcus élève, mais qu’il laisse à la maison lors de sa quête. C’est un autre point d’originalité et de déception pour un lecteur contemporain : on devine ce qu’un auteur moderne en aurait fait… Le militarisme est également tempéré par le fait que Marcus est en contact avec plusieurs personnes du camp « ennemi », celui des tribus révoltées contre Rome, et que leur cause apparaît juste. Il est accompagné par Esca, lui-même issu de ces tribus. L’idée d’Empire est très présente, avec des légions composées de soldats venus de toutes les provinces romaines (donc de toute l’Europe) et l’auteur exalte les vertus civilisatrices de Rome, tout en faisant un beau portrait des anciens Bretons. Ce n’est pas encore du politiquement correct, c’est du nationalisme aux vues larges.

Le personnage d’Esca illustre l’innocence des années 50 : prisonnier de guerre vendu comme esclave, gladiateur, il est racheté par Marcus qui le sauve ainsi de la mort. Vite affranchi, Esca devient son ami, son soutien, son alter ego. Cela évoque un autre « couple » célèbre de la littérature de jeunesse historique et antique de la même époque, celui d’Alix et Enak (la BD de J. Martin), mais ici l’auteur est une femme, née en 1920. Elle présente une relation très étroite entre deux jeunes gens de 20 ans qui dorment l’un contre l’autre pour se protéger du froid et sont presque tout l’un pour l’autre sans que rien ne frémisse. On est au temps de l’innocence, où la littérature de jeunesse pouvait quasiment tout oser sans que l’on « pense à mal ». Pas de fille, à part une toute jeune qui ne compte pas mais que le héros épousera à la fin. Autre amour, le louveteau : si les héros ont autour de 20 ans, ils ont un âge affectif de 11 ans.

L’âge du lecteur est ici problématique : les longueurs, le caractère déceptif et rude fait imaginer un lecteur plus vieux que les 11 ans proposés par Gallimard jeunesse. Cet âge cible est sans doute dicté par un souci de vente : il s’agit de capter le public des lecteurs de cycle 3 et de 6e, comme le suggère le cercle Gallimard de l’enseignement. http://www.cercle-enseignement.com/Ouvrages/Gallimard-Jeunesse/Folio-Junior/L-Aigle-de-la-9e-legion

L-Aigle-de-la-9e-legion_ouvrage_not_audio.gifLa couverture de l’édition Folio propose une image lumineuse et enfantine qui contraste fortement avec celle du grand format qui sort en ce moment. Sur la première, le héros semble avoir 12 ans, sur la deuxième, il en a plus de 20, ce qui est une vision plus juste. Cette photo du film est d’ailleurs proposée sur la jaquette ajoutée à l’édition folio. De l’une à l’autre, on voit tout le chemin que peut parcourir un roman historique pour la jeunesse, du public scolaire au grand public et le poids du marketing dans sa diffusion.

Le deuxième volume de la série, L’Honneur du centurion, est sorti dans la même collection, on en parlera prochainement. On y retrouvera la famille de Marcus, plusieurs générations plus tard, au moment où l’Empire se délite… (A suivre !)

L’honneur du centurion (Les trois légions, t. 2, « The Silver Branch, 1957)

L’honneur du centurion (Les trois légions, t. 2, « The Silver Branch, 1957)
Rosemary Sutcliff
Gallimard jeunesse (hors série), 2011

Quand la série rejoint le cycle

Par Anne-Marie Mercier

rosemary sutcliff,gallimard jeunesse (hors série),romain,angleterre,roman historique,antiquité,armée,résistanceCe n’est pas tout à fait la « suite » de l’Aigle de la neuvième légion, mais ce l’est tout de même : on se trouve toujours dans la Bretagne antique occupée par les Romains, mais plus tard. Il y pleut autant. L’un des héros, le centurion Marcellus Flavius Aquila, est un descendant du héros du roman précédent et l’autre, le médecin militaire Tiberius Justus Justinianus, est un petit neveu.

Les deux jeunes gens font connaissance au moment où Justin débarque pour prendre son premier poste. Ils sympathisent immédiatement, deviennent inséparables et découvrent ensemble un complot qui se trame contre l’empereur Carausius. Celui-ci feint de ne pas les croire et les envoie pour cela aux frontières du nord. Le complot finit par réussir, et les soldats sont sommés d’obéir au nouveau maître, le traître que les deux jeunes gens avaient dénoncé. Obligés de fuir pour échapper à sa vengeance, ils désertent. L’obéissance militaire cède au devoir de résistance face à la trahison, face à l’injustice et à l’oppression.

Les deux héros « prennent le maquis », puis intègrent un mouvement de « résistance ». On l’aura deviné, tout le récit est marqué par le souvenir de la deuxième guerre mondiale, encore proche au moment de l’écriture du récit. Les militaires se traitent de « Monsieur » (« sir »), on est davantage dans l’Angleterre des années 40 que dans l’an 100 avant notre ère…

Mais c’est un beau récit héroïque, qui tranche avec la plupart des romans de ce genre par l’originalité des personnages rencontrés. Si le centurion est assez classique, son cousin bégaie, la grand-tante est pittoresque, la servante aussi ; on croise des bretons rebelles, des romains renégats, un passeur… Des vieux, des jeunes, des éclopés, des gros des maigres, des pas beaux, des maladroits… mais tous capables de  beaucoup d’héroïsme et de générosité.

Les derniers jeux de Pompéi

Les derniers jeux de Pompéi
Anne Pouget
Casterman, 2011

Pompéi comme si vous y étiez….

Par Chantal Magne-Ville

Les derniers jeux de Pompéi .jpgOn peut dire que la « transportation » dans l’Italie des années 79 est totalement réussie car Anne Pouget, en historienne érudite sait multiplier les effets de réel transformant parfois ce roman en véritable cours d’histoire. Le lecteur participe ainsi de près à la vie quotidienne des foulonniers ou des gladiateurs et découvre ce qu’on mangeait à l’époque, ou l’état de la chirurgie. Aucun aspect n’est négligé, en passant des élections à la religion et à l’habitat au risque de digressions un peu longues parfois. Les commerçants de Pompéi nous deviennent quasi familiers. Mais nous ne saurons presque rien de l’éruption du Vésuve qui n’intervient qu’à la fin, créant cependant une tension permanente.

Qu’en est-il alors de l’intrigue ? Il faut reconnaître que son intérêt tient pour beaucoup à la personnalité de Lucius, le jeune héros dont le métier est de collecter les urines utilisées pour blanchir le linge. Il a en charge Beryllus, un grand frère un peu simplet dont les bêtises sont source de péripéties multiples qui conduiront Lucius à Ostie où un riche patricien lui donnera les moyens de dessiner et d’apprendre le grec, la langue des savants.

L’étonnement provient de la modernité des sentiments de Lucius qui s’insurge notamment contre le sort fait aux esclaves en qui il voit des hommes, tout comme Sénèque avant lui, ainsi que le lui apprend un homme politique. Il n’hésitera pas à donner son sang pour sauver un gladiateur noir devenu son ami. Le ton demeure cependant plutôt léger et les bons sentiments triomphent toujours, à l’image de la fin où toutes les tensions se résolvent.