Quelque chose a changé / Le tuteur

Quelque chose a changé
Yves-Marie Clément
Le tuteur
Audrey Claus
Illustrations Lou Reichling
Editions du Pourquoi pas ? 2017

Totalitarisme et monde parfait

Par Michel Driol

Deux récits tête bêche. D’un côté Lola est témoin que quelque chose a changé depuis le changement de gouvernement. Des statues sont enlevées, les rues débaptisées, des copains renvoyés dans leur pays d’origine, les livres brulés… Le maitre répète que cela n’est rien jusqu’au jour où il sauve quelques livres brulés. Et c’est l’espoir qui renait. De l’autre côté, Marco souhaite un monde parfait, sans hiérarchie, où tout le monde éprouverait la même émotion en même temps. Il plante alors dans une centaine de pots identiques, des graines de haricots. Mais il constate que certaines germent plus vite, d’autres restent rabougries… Constatant que le vivant ne respecte aucune règle, il le remplace par des plantes en plastique.

Voilà deux récits engagés, parfaitement limpides et efficaces, écrits dans une langue travaillée, souvent à la limite de la poésie, pour évoquer, à partir de situations accessibles à tous, des sujets de société graves : la dictature et la résistance, le rêve du meilleur des mondes possibles. Qu’est-ce que l’égalité ? Est-ce l’uniformité ? Les deux textes soulèvent la question du totalitarisme, l’un de façon plus métaphorique et implicite, l’autre plus explicitement en évoquant des situations historiques, des poètes comme Neruda ou un ministre de l’endoctrinement. Les deux récits susciteront le débat, initié par deux pages « Et toi, qu’en penses-tu ? ».

La mise en page est particulièrement soignée. Les illustrations de Lou Reichling, sur fond gris ou noir, fondent les deux récits à travers des quadrillages, celui des rues numérotées, celui du grenier où chaque pot doit être à sa place.

Un mot sur l’éditeur, découvert à Saint Paul Trois Châteaux : nées fin 2012, sous la forme d’une association à but non lucratif, les Éditions du Pourquoi pas sont le fruit ​d’une collaboration entre l’École Supérieure d’Art de Lorraine – site d’Épinal et de la Ligue de l’Enseignement des Vosges. Un éditeur engagé à suivre et à soutenir.

D’ici là. Un genre d’utopie

D’ici là. Un genre d’utopie
Christian Bruel, Katy Couprie

Thierry Magnier, 2016

O. L. N. I. (objet livresque non identifié)

Par Anne-Marie Mercier

Album ? récit illustré ? et si oui, de quel genre : science-fiction ? essai ? manifeste ? aventures… La réponse est : rien de tout ça ! Utopie !

Une utopie à laquelle on assiste comme des spectateurs au théâtre, plongés dans une action en cours, avec un décor juste esquissé, des images floues gagnées par la neige d’un écran futur qui nous rappelle d’abord les vieux écrans du passé, au temps où les télés dormaient la nuit, avant de se rapprocher, de manière plus juste, des films de caméra de vidéo-surveillance : cette aventure (car c’en est une) futuriste nous parle aussi de notre monde :

« Une ville tentaculaire du Vieux Monde, un peu avant midi.
Les quinze tonnes d’un fourgon aéroglisseur ordinaire stationnent discrètement aux abords de ce quartier classé sensible par la gouvernance. Resté seul dans la cabine de pilotage, un androïde semble désactivé. Pourtant son scanner balaye continûment le secteur pour détecter la possible approche d’une patrouille.I »

La petite barre après le point et avant mes guillemets n’est pas une faute de frappe, mais l’indication de la place de la souris en fin de double page : ce récit est en train de s’écrire sous nos yeux. Certains mots sont surlignés de vert fluo, comme pour suggérer des liens hypertextuels. Tandis que ce texte défile, inscrit dans des « pavés » de texte gris-bleu insérés dans les images, surgissent des notifications en carrés du même vert fluo, comme des bulles émergeant ça-et-là : définitions de mots (termes techniques, néologismes, mini bios de personnages, lois et traditions de ce monde). Tout cela s’inscrit sur les images de Katie Couprie, images originales pour un réel original, accompagnées d’autres images, images jamais vues et pourtant familières : icônes, tableaux ou photos célèbres. Toutes sont traitées par ordinateurs avec des effets de pixellisation forte qui nous dit bien que ces images viennent de loin, ont été prises en cachette, nous montrent ce que l’on n’aurait pas dû voir. Allez sur le site de l’éditeur pour voir en belle résolution ces images superbes et étonnantes

L’histoire, portée par de nombreux dialogues qui, comme au théâtre, nous font voir le monde par ce qu’en disent les acteurs, débute par une scène tournée en caméra cachée : une belle fille sert d’appât pour nourrir les « archives comportementales » qui montreront les manifestations de sexisme des derniers spécimens de machos avant leur extinction définitive – du moins c’est l’idée. L’héroïne, Sacha, est une jeune fille de 16 ans. Elle est indépendante mais proche de sa mère, une activiste comédienne qui la conseille parfois, ce qui donne une touche morale à l’apologie de toutes les libertés que propose le récit (seule règle : ne pas faire de mal à l’autre). Elle a beaucoup d’amis, les principaux étant un loup-cyborg, une femme-cyborg, un ex geek et une fille de son âge, Adriana, avec qui elle souhaite vivre,

La rencontre entre Sacha et Devil, un motard du groupe ennemi, les machos de « la Horde », est l’un des épisodes principaux de ce récit qui en propose plusieurs, chacun révélant un aspect de ce monde (hommes et femmes, amour, société…) : Devil, humain augmenté, devenu androgyne à son grand dam de motard appartenant à un groupe cultivant la virilité, est la pièce maitresse d’un complot contre la mémoire et l’imagination de l’humanité : en les inhibant, on consoliderait « le besoin de croyance, au détriment de la pensée créative. Ainsi se perpétueront la domination masculine, les religions, l’exploitation et le profit. » Si cet épisode manque un peu de vraisemblance (on ne voit pas bien comment un humain aussi « augmenté », retors et savant que Devil peut être berné si facilement par une toute jeune fille – certes, aidée de ses amis), la tension entre les deux personnages, l’attirance et la répulsion qui se mêlent et le pacte qui les lie en font un moment fort.

Mais plus forte encore est la peinture du monde en train de naître, c’est-à-dire la partie proprement utopique de l’ouvrage, qui est parfaitement cohérente, détaillée, séduisante : rapports entre hommes et femmes, ressources, communications, place des animaux, transports, architecture, tout est installé par petits détails.  La « Compagnie », la société dans laquelle vit Sacha, est une communauté de 78 personnes, âgées « de deux à cent quatre ans » – chacun y a sa place –, qui vit en quasi autarcie, se préoccupe de droit animal et est membre de l’une des fédérations qui composent un « réseau coopératif horizontal ». Sacha est belle son monde est beau : on a hâte, « d’ici-là », de voir se combler tous les fossés, tomber toutes les barrières, et en attendant on se délectera des belles images et des belles idées portées par ce livre « gonflé », exigeant, dont on aura compris qu’il n’est pas pour les enfants, ni pour les lecteurs paresseux, mais bien pour ceux qui veulent explorer de nouvelles manières de penser, de conduire un récit, de construire des mondes et des images.

S’il fallait rapprocher ce livre d’un autre de Christian Bruel, on choisirait Venise n’est pas trop loin, pour l’aspect puzzle, la complicité entre les personnages, le trouble des situations, la tension, et l’âge du lecteur ou de la lectrice. Et pourtant, cela n’a rien à voir, on est en dehors de tous les cadres. Les auteurs, qui ont travaillé longtemps sur ce projet ont créé un livre venu du futur, qui nous promet des lendemains heureux, quand le Vieux Monde sera définitivement entravé et nous donne une lecture présente heureuse, « d’ici là »…

 

 

Les Contes de fées et l’art de la subversion

Les Contes de fées et l’art de la subversion. Etude de la civilisation des mœurs à travers un genre classique : la littérature pour la jeunesse
Jack Zipes

traduit (anglais) par François Ruy-Vidal
Payot (petite bibliothèque), 2007

Le conte à l’ère du soupçon

Par Anne-Marie Mercier

Les Contes de fées_subversion.gif  Publié en 1983, traduit en français depuis 1986, cet ouvrage en version « poche » paru en 2007 n’est pas d’une actualité récente, mais nous le présentons pour deux raisons. L’une est d’annoncer la parution en janvier du prochain livre de l’auteur (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy-tale Films) ; l’autre est que celui-ci mérite d’être davantage pris en compte dans le monde des études françaises en littérature de jeunesse.

Zipes s’inspire des travaux de Norbert Elias, comme le montre le sous-titre de son livre. L’approche est à la fois sociale et historique : il étudie le conte dans la durée, depuis l’élaboration de ses premiers modèles écrits à tendance conservatrice (Perrault, Grimm, Andersen), à l’émergence du conte moderne à visée émancipatrice (Mac Donald, Wilde, Baum), au refus ou à la récupération politique du genre (Weimar, la période nazie) jusqu’au conte contemporain, marqué par le mélange du fantastique et du féérique.

On est constamment fort loin des discours convenus (sur l’excellence du genre, sa richesse, son charme éternel…). Le conte est vu essentiellement comme un « outil de manipulation » (Zipes cite ici Denise Escarpit) qui varie selon les époques. Perrault est le premier « coupable ». Mais avant lui l’évolution de la société a fait que, au moment où la classe bourgeoise commençait à s’affirmer, le fossé entre l’adulte et l’enfant s’est creusé et la nécessité de dressage de cet âge, vu comme un sauvage à civiliser, s’est imposée. J. Zipes est germaniste et a publié de nombreux ouvrages non traduits en français, notamment sur les frères Grimm. Il montre comment ceux-ci ont manipulé les textes, modifiant leur premier manuscrit de 1810 dans l’édition de 1812 puis dans celle de 1819 qu’ils ont pu alors désigner comme « livre d’éducation ». Ces ajouts introduisent une dimension sexiste et conservatrice très nette, ce qui permet de souligner que « les racines des contes furent européennes, germaniques et bourgeoises ». Andersen perpétue cette tradition en faisant de la soumission la vertu principale. Ainsi, la critique de ces contes amène à une position anti-Bettelheim : les contes empêchent de grandir autant qu’ils aident à grandir.

Dans l’analyse des périodes suivantes, Zipes montre comment l’histoire modèle les contes et leur réception : régimes autoritaires, guerres, crises économiques influencent auteurs et éditeurs, quand la censure ne s’en mêle pas. L’utopie du monde d’Oz (dont les lecteurs français ne connaissent qu’un volume) est mise en regard avec la biographie de Baum comme avec la crise américaine pour expliquer les débuts de l’américanisation du conte.

Zipes revisite également les modèles familiaux du conte, la remise en cause de la famille patriarcale précédant la critique de la société. Il étudie aussi la notion d’ « Heimat » (intraduisible mais signifiant à peu près « foyer »), fondamentale pour la culture allemande, qui permet d’étudier les œuvres en fonction de leur valeur régressive (L’Histoire sans fin de Ende) ou non.

Un autre des mérites de l’ouvrage de Zipes est de donner un aperçu véritablement international de la question du conte, analysant des œuvres mal connues des lecteurs français, mais aussi proposant quelques titres français oubliés.

Il est dommage que la plupart de ses analyses ne soient pas encore traduites, comme la réédition augmentée de cet ouvrage parue en 2007 chez Heinemann qui comporte une étude du rôle des dessins animés (Walt Disney, Miyazaki) dans l’émancipation des enfants : voir l’article de Marie Musset sur le site de l’INRP, qui recense cet ouvrage (http://litterature.inrp.fr/litterature/dossiers/litterature-de-jeunesse/lire-les-contes-de-fees/contes-de-fees-et-subversion), et son article sur un livre plus récent  de Zipes qui analyse le charme si fort du genre : Why fairy tales stick  (Routlege, 2006 :  http://litterature.inrp.fr/litterature/dossiers/litterature-de-jeunesse/lire-les-contes-de-fees/jack-zipes-why-fairy-tales-stick-the-evolution-and).