Nulle et Grande Gueule

Nulle et Grande Gueule
Joyce Carol Oates
Gallimard (folio), 2002

Adolescence obsidionale

Par Anne-Marie Mercier

Joyce Carol Oates n’est a priori pas un auteur pour enfants, mais ce livre est une si belle histoire de rencontre entre deux adolescents qu’il semble bon de le signaler à l’attention de ceux qui cherchent des livres pour les ados.

Prenez deux adolescents d’une même classe de première d’un lycée américain banal. L’un est « grande gueule », garçon populaire, président de ceci ou de cela, directeur de la rédaction de la revue du lycée, insouciant et apparemment entouré de plein d’amis. L’autre est La Nulle, mal dans sa peau, agressive, persuadée qu’elle est… nulle et que ceux qui font comme si elle ne l’était pas sont des hypocrites. Elle est à vif, il ne se méfie pas.

Chacun vit un drame au début du roman, mais l’un a plus de conséquences que l’autre : l’adolescent est appréhendé par la police et interrogé, puis exclu du lycée en attendant les résultats d’une enquête.

Incapable de ne pas faire une plaisanterie quand elle se présente à lui, il a évoqué l’idée de faire un massacre au lycée et a été dénoncé comme un futur terroriste. L’attitude du chef d’établissement, des professeurs, des parents, et surtout des amis est épinglée de manière acide. La droiture de La nulle sera le seul rempart contre la bêtise et la lâcheté de l’ensemble d’une communauté.

Le livre nous dit que le monde est ainsi fait : en situation dangereuse, tes amis se détourneront de toi, ta famille parfois. Et tu seras heureux si tu trouves quelqu’un pour  te tendre la main – quelqu’un qui pourrait fort bien être une personne que tu ne voyais pas ou dont tu te moquais – . Sombre ? Comme les ados aiment: sombre avec la lumière au bout du tunnel et l’idée que l’avenir, le courage, l’amitié vraie, c’est eux. Dans un monde replié sur ses peurs, ils se font une île où vivre, seuls contre tous, ou plutôt loin de tous, étrangers à ces haines et frilosités.

Les Petites Reines

Les Petites Reines
Clémentine Beauvais
Sarbacane, 2015

Des héroïnes réjouissantes!

Par Caroline Scandale

Les petites reines est un roman drôle, profond et féministe.

Couv_Les-petites-reinesMireille, l’héroïne, est élève dans un lycée, à Bourg-en-Bresse. Malo, qui était son meilleur ami à l’école primaire, l’a depuis reléguée dans le camps des vilaines pas fréquentables et l’a même élue boudin de bronze sur les réseaux sociaux. Son père, l’actuel mari de la présidente de la République Française, ne sait pas qu’elle existe. Sa mère, n’est pas vraiment maternelle. Elle pourrait voir la vie en noir mais non, elle est consciente des points faibles de son existence et veut aller de l’avant. Pour conjurer l’odieuse élection qui les a propulsées boudins de l’année, Mireille, Astrid et Hakima décident de rallier la capitale, à vélo, en vendant des boudins végétariens. Pour cela, elles seront accompagnées par le Soleil, grand frère d’Hakima, handicapé depuis la guerre en Afghanistan, beau comme un dieu (enfin comme un soleil d’où son nom…) mais surtout d’une profonde sagesse et d’une grande ouverture d’esprit. Ce périple en direction de l’Élysée sera l’occasion, pour les quatre protagonistes, de se réaliser et aussi de se muscler, ce qui n’est pas négligeable!

L’héroïne, Mireille, est l’incarnation de la lycéenne équilibrée et intelligente. Consciente que l’essentiel est ailleurs, elle ne se laisse pas abattre par cette élection ridicule. Elle entraîne avec elle, les boudins d’argent et d’or, Astrid et Hakima. Leur périple à vélo n’est pas une fin en soi, leur but, à chacune mais aussi au Soleil, est de faire éclater leur vérité au fameux barbecue de l’Élysée. Et ce qu’ils ont sur le cœur, est autrement plus important, que des stupides critères de beauté et de popularité.

Ce voyage initiatique est une suite d’aventures plus croustillantes, drôles et féministes, les unes que les autres; L’épisode du bal de l’ENSAM à Cluny vaut son pesant d’or; La blogueuse féministe qui cherche à obtenir des témoignages de leurs parts qui iraient dans le sens de la lutte des femmes, mais qui n’y arrive pas; BFMTV qui couvre leur périple tant le phénomène enfle et entretient le buzz médiatique… Tout est plausible et vraiment juste!

Les petites reines est un roman qui fait du bien et qui donne envie de s’identifier à ces héroïnes non stéréotypées. Mais au delà de ça, il s’agit surtout d’un grand roman. Respect Clémentine Beauvais!

Et pour voir ce qu’en dit la presse, très intéressée, et les autres blogs, voir sur le site de l’auteure