Foot mouton

Foot mouton
Pablo Albo, Guiridi
Didier jeunesse, 2018

Scoops

Par Anne-Marie Mercier

Première nouvelle, les moutons savent compter – le troupeau est composé de 71 individus. Deuxième nouvelle, quel que soit le nombre qu’on est, si c’est un chiffre impair, on peut jouer au foot, car cela fait deux équipes et un arbitre. Quant au ballon, c’est une pelote de laine (rouge, éclatante dans ces pages où presque tout est gris, noir ou blanc).
A partir de ce scenario, tout est possible mais pas la partie prévue : tout se ligue contre eux pour empêcher la partie, même le loup…
Scoop final : le foot serait d’abord et surtout un jeu, et non une compétition. Cet album en offre une belle démonstration.

Big Nate : Amis ou ennemis ?

Big Nate : Amis ou ennemis ?
Lincoln Peirce
Traduit (USA) par Karine Chaunac
Gallimard-jeunesse (Folio junior) , 2018

Les désarrois de l’élève Nate

Par Anne-Marie Mercier

Huitième volume de la série, mais pas une longueur, pas une redite, en dehors des clins d’œil nécessaires à la cohésion de l’ensemble : on retrouve avec jubilation les aventures de Big Nate, jeune élève harcelé par ses professeurs qui essaient de le discipliner un peu, par Gina, la bonne élève de la classe, qui ne perd pas une occasion de le reprendre, par la brute du collège, par les brutes du collège voisin… Mais on voit aussi un garçon amoureux et timide, un fils attristé par la situation professionnelle de son père un dessinateur génial, un fanatique de tous les sports. Tous les lieux de l’école sont visités : CDI, cantine, terrain de sport, bureau du chef d’établissement, du psychologue, etc.
La variété des situations est augmentée par les inserts de bandes dessinées faites par le personnage lui-même, maladroites, mais si pleines de talent qu’on pourrait prédire à celui-ci que quand il sera grand il sera… l’égal de Lincoln Peirce ?
Cette drôlerie n’empêche pas une certaine gravité : Nate apprend à se réconcilier avec ses ennemis, à comprendre que la méchanceté peut cacher une âme blessée, et que se moquer des autres (et notamment des professeurs) peut être un divertissement cruel et honteux.

Encore plus subtil et drôle que Le Journal d’un dégonflé de Jeff Kinney !

Uppercut

Uppercut
Ahmed Kalouaz
Rouergue 2017

Here comes the story of the Hurricane

Par Michel Driol

Erwan un adolescent métis fils d’un père sénégalais et d’une mère bretonne a été envoyé dans un internat en montagne à cause de son comportement. Sa seule passion, c’est la boxe, et son héros, Rubin Carter, le boxer noir de la chanson de Dylan, Hurricane. Un jour, il fugue avec un de ses copains, et trouve l’oncle de ce dernier, ancien rugbyman. De retour à l’internat, le conseil de discipline lui propose un stage d’une semaine dans un centre équestre, dont le propriétaire, Gilbert, n’aime pas trop les noirs. Peu à peu, Erwan va apprendre à maitriser son agressivité et les relations entre Gilbert et le jeune garçon vont évoluer vers la confiance et le respect mutuel.

Plongée dans une France rurale, épousant le point de vue d’Erwan, (récit à la première personne) ce roman aborde le thème du racisme ordinaire. Ces apriori, ces idées reçues, ces propos tout-faits qui blessent Erwan alors qu’ils sont l’expression de préjugés malheureusement solidement ancrés dans notre société. De ce point de vue, l’évolution tout en douceur du personnage de Gilbert, sa façon de petit à petit accepter l’autre qu’il perçoit comme d’avantage semblable à lui à travers le travail, le courage, la dignité manifeste malgré tout un certain optimisme de la part du romancier. Ado aux nerfs à vif, désabusé, convaincu que rien ne peut lui arriver de bon à cause de sa couleur de peau, Erwan dessine aussi un beau personnage auquel de nombreux lecteurs s’identifieront. Rien de misérabiliste dans ce roman : Erwan appartient à une famille structurée (père chauffeur routier, donc souvent absent, et mère bibliothécaire). Les adultes du collège savent être bienveillants et trouver les mots qui feront mouche auprès d’Erwan. Pas d’angélisme non plus : si grâce aux rencontres (de l’oncle rugbyman, de Gilbert, de Blandine) on se dit qu’Erwan a trouvé l’apaisement, Cédric, le copain fugueur, enchaine les fugues, les vols, au point qu’Erwan devra choisir entre cette amitié et son futur.

Ahmed Kalouaz continue – après La Chanson pour Sonny – ses récits ans lesquels il tisse des liens forts entre un sportif du passé et un ado d’aujourd’hui, montrant le rôle que le sport peut jouer dans l’intégration sociale dès lors qu’il n’est pas sport spectacle, mais confrontation avec soi, dépassement de soi. Du coup, ce roman est aussi l’occasion de découvrir la biographie de Rubin Carter et la ségrégation raciale aux Etats-Unis.

Cours !

Cours !
Davide Cali, Maurizio A.C. Quarello
Sarbacane, 2016

Eloge du sport

Par Anne-Marie Mercier

Le narrateur revient sur son passé : seul élève noir dans une classe de blancs, il se bat beaucoup avec ses camarades, d’abord pour se défendre ou répondre à des insultes, puis presque par habitude, habité par une colère permanente contre le monde, la pauvreté de sa famille, la noirceur de son avenir. La nomination d’un nouveau chef d’établissement dans son lycée change sa vie : celui-ci lui propose de canaliser sa colère en faisant de la boxe. L’adolescent est séduit et rêve de d’avoir un destin  proche de celui des champions qu’il vénère.

L’intérêt de l’album réside dans sa bifurcation vers des rêves plus accessibles : avant d’apprendre à boxer, Ray doit travailler son souffle et commencer par la course à pied. Des succès, des prix ( et de l’argent) marquent ses succès mais il connaît aussi des revers, des échecs et apprend à canaliser son énergie. Le récit est porté par de beaux portraits, celui de Ray qui évolue, celui du proviseur, qui sait ruser avec les étapes à proposer à son protégé…

Le texte et les images s’insèrent de manière variées dans la page, tantôt dissociés, tantôt associés, dans des formats divers, des typographies changeantes. Le rouge des vêtements de sports de Ray et l’ocre de la piste de course tranchent sur les illustrations aux teintes pâles, comme un appel à changer le destin qui n’est jamais tracé à l’avance, dans un sens comme dans l’autre : Ray ne sera pas boxeur ni ne restera champion de course à pied, et pourtant il réussira sa vie…

Les Petites Reines

Les Petites Reines
Clémentine Beauvais
Sarbacane, 2015

Des héroïnes réjouissantes!

Par Caroline Scandale

Les petites reines est un roman drôle, profond et féministe.

Couv_Les-petites-reinesMireille, l’héroïne, est élève dans un lycée, à Bourg-en-Bresse. Malo, qui était son meilleur ami à l’école primaire, l’a depuis reléguée dans le camps des vilaines pas fréquentables et l’a même élue boudin de bronze sur les réseaux sociaux. Son père, l’actuel mari de la présidente de la République Française, ne sait pas qu’elle existe. Sa mère, n’est pas vraiment maternelle. Elle pourrait voir la vie en noir mais non, elle est consciente des points faibles de son existence et veut aller de l’avant. Pour conjurer l’odieuse élection qui les a propulsées boudins de l’année, Mireille, Astrid et Hakima décident de rallier la capitale, à vélo, en vendant des boudins végétariens. Pour cela, elles seront accompagnées par le Soleil, grand frère d’Hakima, handicapé depuis la guerre en Afghanistan, beau comme un dieu (enfin comme un soleil d’où son nom…) mais surtout d’une profonde sagesse et d’une grande ouverture d’esprit. Ce périple en direction de l’Élysée sera l’occasion, pour les quatre protagonistes, de se réaliser et aussi de se muscler, ce qui n’est pas négligeable!

L’héroïne, Mireille, est l’incarnation de la lycéenne équilibrée et intelligente. Consciente que l’essentiel est ailleurs, elle ne se laisse pas abattre par cette élection ridicule. Elle entraîne avec elle, les boudins d’argent et d’or, Astrid et Hakima. Leur périple à vélo n’est pas une fin en soi, leur but, à chacune mais aussi au Soleil, est de faire éclater leur vérité au fameux barbecue de l’Élysée. Et ce qu’ils ont sur le cœur, est autrement plus important, que des stupides critères de beauté et de popularité.

Ce voyage initiatique est une suite d’aventures plus croustillantes, drôles et féministes, les unes que les autres; L’épisode du bal de l’ENSAM à Cluny vaut son pesant d’or; La blogueuse féministe qui cherche à obtenir des témoignages de leurs parts qui iraient dans le sens de la lutte des femmes, mais qui n’y arrive pas; BFMTV qui couvre leur périple tant le phénomène enfle et entretient le buzz médiatique… Tout est plausible et vraiment juste!

Les petites reines est un roman qui fait du bien et qui donne envie de s’identifier à ces héroïnes non stéréotypées. Mais au delà de ça, il s’agit surtout d’un grand roman. Respect Clémentine Beauvais!

Et pour voir ce qu’en dit la presse, très intéressée, et les autres blogs, voir sur le site de l’auteure

La Chanson pour Sonny et autres nouvelles sportives

La Chanson pour Sonny et autres nouvelles sportives
Ahmed Kalouaz
Rouergue 2015

Médailles d’or en  Droits de l’Homme

Par Michel Driol

sonnyNeuf nouvelles construites sur le même principe : un adolescent d’aujourd’hui découvre un sportif du passé, remarquable par son engagement politique ou humain. Ainsi le cycliste Gino Bartoli, qui faisait passer argent et faux papiers dans le cadre de sa bicyclette pour sauver des Juifs dans l’Italie fasciste. Ainsi Alfred Nakache, nageur français, rescapé d’Auschwitz, ou Roger Bourgarel, le premier rugbyman noir français à jouer dans l’Afrique du Sud de l’apartheid. On croise bien sûr la finale du 200m à Mexico, en 1968…. Le seul footballeur qu’on rencontre, c’est le gardien roumain Helmuth Duckadam, vainqueur de la coupe d’Europe en 1986, qui disparait en Roumanie sous Ceausescu. On croise aussi des sportifs anonymes, un boxeur devenu SDF, un amateur de tir à l’arc qui évite de tuer ou blesser les animaux.  On croise aussi des figures de poètes engagés, Machado à Collioure, Jean Prévost à Herbouilly dans le Vercors, René Char, ou, dans le Trièves,  le Giono de l’Homme qui plantait des arbres.

Neuf courtes nouvelles à l’écriture concise. Rien de trop : on va à l’essentiel, dans la mise en scène de la confrontation entre l’adolescent narrateur et le sportif. Des adolescents variés dans différentes régions de France : garçons ou filles, sportifs ou non, se découvrant eux-mêmes tout en découvrant des valeurs telles que le courage, l’engagement pour les Droits de l’Homme, contre le colonialisme ou les ségrégations,  la simplicité, la fraternité. Des nouvelles habiles qui savent opérer des rapprochements pleins de sens, comme celui du coureur éthiopien Abebe Bikila et de la photo célèbre de Kim Phuc, courant sur une route du Vietnam, victime d’une attaque au napalm. On regrette l’absence de figures sportives féminines. Mais, à une époque où les médias montrent des sportifs bling-bling plus intéressés par l’argent que par la solidarité, ces récits de vie suggèrent une autre place du sport dans notre société, et invitent peut-être les sportifs, auxquels les adolescents aiment s’identifier, à y jouer un autre rôle aujourd’hui, bien loin du foot spectacle, et de la Fifa.

Un recueil qui, même s’il évoque les tragédies du XXème siècle, se montre plein d’espoir dans l’homme.

Je préfère qu’ils me croient mort

Je préfère qu’ils me croient mort
Ahmed Kelouaz
Rouergue (Doado Monde),  2011

 Rêves brisés

par Maryse Vuillermet 

Je préfère qu’ils me croient mort.jpgJ’ai été très touchée par ce court roman d’Ahmed Kelouaz. Il aborde avec force un problème mal connu, celui de centaines d’adolescents  africains qui quittent leur pays,  appâtés par des intermédiaires douteux ou escrocs qui leur font miroiter une carrière internationale dans les clubs européens. Ces jeunes jouent bien au foot dans leur ville ou village et rêvent de devenir des champions  comme Salif Keita ou Didier Drogba. Leurs parents se saignent pour  avancer l’argent du voyage,  espérant le récupérer un jour. Le jeune,   ainsi missionné par les siens,  a l’obligation de réussir.

Le récit est dit par Kounandi, jeune homme de Bamako.  Le jeune lecteur vit donc au plus près ses rêves, et surtout de ses déceptions successives et ses longs combats pour ne pas perdre courage et ne pas perdre non plus son âme. La langue utilisée est à la fois celle du récit oral d’un jeune mais aussi celle des griots,  pleine d’images d’Afrique, de noms puissants, de  poésie  et de rêves d’adolescents.  A sa suite, nous pénétrons dans le monde des immigrés clandestins, toujours misérables et cachés,  dans le monde sans pitié des tournois de football   et des clubs de province.

Emouvant, tragique, réaliste, voilà un roman pour les adolescents qui aiment le football bien-sûr mais bien au-delà, c’est aussi  un roman social sur l’immigration clandestine et encore un bon  roman qui dénonce juste.