Histoires comme ça

Histoires comme ça
Rudyark Kipling, May Angeli (ill.)

Seuil jeunesse, 2021

Comme ça ! gravées sur bois, et en couleurs

Par Anne-Marie Mercier

Les Histoires comme ça illustrées par May Angeli et publiées par les Editions du Sorbier, notamment dans la collection « Au berceau du monde », étaient épuisées, et c’était bien dommage car les gravures sur bois de May Angeli ont un charme particulier et conviennent parfaitement à l’esprit de ces récits, « histoires des hautes époques, contes du Grand-Autrefois ».
Voici donc à nouveau réunies les douze histoires de Kipling.  Si « L’enfant d’éléphant » et « Le chat qui s’en va tout seul » sont bien connus, dans la catégorie des contes étiologiques, on gagne à découvrir tous les autres, et notamment ceux qui concernent l’invention de l’écriture, et à méditer sur le dernier, étonnante anecdote sur la sagesse de la reine, Belkis, l’une des épouses du roi Salomon…
Liste des contes :

  • Histoire de la baleine et de son gosier
  • Comment il poussa une bosse au chameau
  • Comment le rhinocéros se fit la peau
  • Comme le léopard se fit des taches
  • L’Enfant d’Eléphant
  • Le refrain du vieux kangourou
  • Le début des tatous
  • La 1ère lettre
  • Comment on fabriqua l’alphabet
  • Le Crabe qui jouait avec la mer
  • Le Chat qui s’en allait tout seul
  • Le Papillon qui tapait du pied

Il est hélas trop tard pour visiter l’exposition que la BnF a consacrée aux œuvres de May Angeli mais on peut en voir quelques images sur le site.

 

 

Le Roi et l’enfant

Le Roi et l’enfant
Fabrice Colin, Eloïse Scherrer
Sarbacane, 2021

Du conte au roman

Par Anne-Marie Mercier

Un vieux roi dont tous les soldats sont partis en guerre part pour une destination inconnue en n’emmenant avec lui qu’un palefrenier, un orphelin qui n’a que dix ans. Ils font de nombreuses rencontres, et l’enfant doit devenir chevalier pour défendre son roi…
Il y a du conte dans cette histoire d’enfant bizarre qui a pour amis des chevaux, une grenouille et une cigogne, il y a de l’épopée médiévale dans le portrait de ce vieux roi isolé, il y a du roman dans toute l’histoire, et notamment dans sa fin, un peu convenue.
La richesse confine parfois au trop et l’album souffre un peu de toutes ces directions, avec des ellipses qui pourront dérouter les plus jeunes lecteurs. Mais on y retrouve un petit air de fantasy bien dans l’air du temps. Si les illustrations d’Eloïse Scherrer sont  saisissantes dans les moments épiques et mettent bien en valeur de belles rencontres comme celle d’une ourse et de ses oursons, elles prennent un style étrangement désuet en fin de volume, comme pour souligner le décalage entre les différents univers.

 

La Main

La Main
Ronald Curchod
Le Rouergue, 2021

Nuits d’hiver

 

Par Anne-Marie Mercier

Le conte offre une variation sur le thème de la main coupée (voir la main de gloire, et autres contes fantastiques) : un marionnettiste ambulant, un soir d’hiver, perd sa main en sauvant un ours qui se noie dans un lac gelé. En remerciement, l’ours lui offre une petite fée qui sait chanter. Grâce à elle le marionnettiste connait le succès.
Si le conte aurait besoin de davantage d’éléments pour sonner vrai (oui, même un conte en a besoin), les images sont superbes.
Le texte somme toute ne semble exister que comme support à ces images. Il se déploie amplement sur des pages très aérées, où les blancs servent la temporalité du récit.
L’essentiel est donc dans ces doubles pages d’images traitées en nuances de bleus et de jaunes : elles figurent une nuit d’hiver et de neige, tantôt noire, tantôt éclairée par les derniers ou les premiers rayons du jour ; forêts, ville aux coupoles lointaines, lacs…, le paysage s’y déploie comme sur un vitrail.

L’enfant, le libraire et le roi

 L’enfant, le libraire et le roi
Thierry Maricourt, Ill. François Place,
Rue du monde, 2021

 

 Un voyage au pays des livres

 Maryse Vuillermet

 

C’est une courte nouvelle et de minuscules dessins et pourtant une immense réflexion sur un univers infini, celui des livres, de tous les livres, et de la soif de lire.

Un petit garçon entre dans une librairie et farfouille, en fait, il ne peut s’offrir les quatre volumes de l’histoire du roi du lac gelé.  Le libraire le bouscule, l’enfant hésite entre acheter les trois premiers et ne pas connaître la fin, ou acheter les trois derniers et ne pas comprendre l’histoire pour ne pas avoir lu le début.  Un dialogue s’instaure entre le libraire qui peu à peu s’adoucit et l’enfant.  Ils échangent sur le plaisir de lire, la soif inextinguible de livres mais aussi ce que ça implique d’activités fatigantes pour le libraire.

Dans les interstices du dialogue, se glissent des morceaux de l’histoire du roi du lac gelé et on ne sait plus qui invente la fin, si c’est l’enfant ou l’auteur.

Une lecture pour tous les amoureux des livres petits et grands.

 

Il était une fois Le Petit Chaperon rou…

Il était une fois Le Petit Chaperon rou…
Philippe Jalbert
Seuil jeunesse, 2021

J’ai la mémoire qui flanche…

Par Anne-Marie Mercier

 

Cet album raconte deux fois (ou plutôt une fois et demi) l’histoire bien connue de la petite fille en rouge. La première fois, c’est une blague : chaque page se termine au milieu d’un mot attendu (Cha…peron, Ga…lette, mé…chant loup, etc) et offre à la page suivante un autre mot (Cha…botté, Ga…zelle, Mé…rou), tout en continuant avec la trame habituelle du conte.
La première histoire s’arrête avant l’arrivée à la maison de la grand-mère. On reprend, cette fois sérieusement, mais il y a un autre problème !
Les illustrations sur fond blanc sont colorées et parfois expressives (pour le loup), souvent drôles. L’auteur suggère au lecteur de continuer avec ses pinceaux : c’est en effet une histoire déconstruite partiellement, à reformuler, un joli jeu.

Siegfried et le dragon

Siegfried et le dragon
Pierre Coran, Charlotte Gastaud
Flammarion (Père Castor), 2021

Super héros touchés par la grâce

Par Anne-Marie Mercier

Pierre Coran et Charlotte Gastaud poursuivent leur adaptation de classiques de la littérature, de contes, ou de légendes : après La Flûte enchantée et Roméo et Juliette, voilà le célèbre épisode de la légende des Nibelungen adaptée par Wagner qui renait ici en superbes images. Les noirs profonds, les ors, les rouges, se découpent dans des décors de forets stylisées ; le dragon est très noir et très effrayant et Brunehilde est très belle et très blanche ; des vignettes traitées avec délicatesse en noir et blanc avec des touches d’or, charmantes, donnent un ton plus léger.
Le texte met bien en avant les traits saillants du héros de l’épisode : l’enthousiasme et la jeunesse, la force et la beauté. Et à la fin… c’est La colombe qui gagne : les héros amoureux  s’enfuient sur un grand cheval noir, abandonnant richesse et gloire pour vivre d’amour. La bête est morte, morte le venin !

Le Poil de Baribal

Le Poil de Baribal
Renée Robitaille, Oleysa Schukina (ill.)
Planète rebelle, 2020

Tours et retours du conte

Par Anne-Marie Mercier

La maison d’édition Planète rebelle existe depuis 1997. Fondée au Québec par un conteur, André Lemelin, elle se consacrait au renouveau du conte et à l’oralité ; cette mission se poursuit aujourd’hui, avec l’éditrice Marie Fleurette Beaudoin qui a jouté à son catalogue des collections destinées aux plus jeunes et a invité la jeune conteuse Renée Robitaille à livrer en livre et en CD un conte truculent, fantaisiste et militant (féministe).

Il démarre au quart de tour avec une scène inattendue en littérature de jeunesse : un baiser entre deux inconnus, qui dure à l’excès. Puis c’est la femme qui demande à l’homme non pas de l’épouser mais de lui faire un enfant, sur quoi il s’endort profondément et ce sommeil dure à l’excès…
« La femme » (on ne saura pas son nom) va voir une sorcière qui l’envoie accomplir un exploit pour réveiller l’homme endormi : arracher un poil de l’oreille de Baribal, terrible ours noir. Il s’ensuit de multiples tentatives ingénieuses, de plus en plus dangereuses, extravagantes et drôles, au bout desquelles la femme revient victorieuse et va voir la sorcière pour réveiller le bel endormi.
Or, comme chacun le sait, dans les contes modernes, les sorcières n’ont pas de vrai pouvoir magique… Alors, que va-t-il se passer ? « La femme » arrivera-t-elle à se faire faire un enfant par « son homme » ? Tout cela vous sera raconté, en texte, en images (très parlantes elles aussi) et en CD.
Pour écouter l’histoire et entendre la conteuse R. Robitaille

 

 

Comment occuper (intelligemment) des adolescents pendant le confinement?

Le Royaume de Pierre d’Angle, t. 3 (Les adieux) et 4 (Courage)
Pascale Quiviger
Le Rouergue, 2020, 2021

Merveille en quatre tomes

Par Anne-Marie Mercier

Voici la suite et fin de la magnifique série de Pascale Quivigier publiée au Rouergue, belle surprise dans le domaine de la littérature pour adolescents, à la hauteur de La Passe miroir de Christelle Dabos et pourquoi pas aussi de La Croisée des mondes, bien que d’un genre différent. Ceci ajoute une œuvre d’auteur francophone (Pascale Quivigier est canadienne) à la liste des cycles parfaitement réussis en littérature de jeunesse.
J’ai dit auparavant (voir les chroniques du tome 1 et du tome 2) tout le bien que j’en pensais : richesse et originalité de l’intrigue, réécriture neuve et sensible de thèmes des contes (comme la forêt de la Belle au bois dormant, le prince et la bergère…), présence discrète du fantastique, variété des personnages, complexité de leur personnalité. Les valeurs, très affirmées, sont cependant sans cesse interrogées, et accompagnées d’une réflexion politique. La beauté de l’univers de cette île battue par les vents, écrasée de chaleur ou pétrifiée par le gel, sert d’arrière-plan à la présence d’une nature qui est bien plus qu’un décor. Le mélange d’humour et de tragique, le suspens, la légèreté et fluidité de l’écriture et l’élégance du style dans certains passages, toutes sortes de qualités donnent beaucoup d’agréments à la lecture de cette œuvre.
Je ne résumerai pas l’histoire de peur de la « divulgâcher » ; le troisième volume est celui de l’effondrement : le royaume est soumis à diverses catastrophes dont il semble ne pas pouvoir se relever, et le roi est menacé par des complots sans fin, ourdis par son demi-frère, le prince Jacquard, dont la mère est une sorcière ; dans le quatrième volume, la reine Ema passe par toutes les souffrances jusqu’à en être parfois brisée ; les amis et amies sont infatigables dans leurs tentatives pour les protéger. La forêt de la Catastrophe (c’est son nom) dans laquelle est retenue la fille du couple royal garde son mystère jusqu’à la fin du dernier tome qui dévoile tous les mystères.

Ce volume met fin à l’aventure, aussi bien dans le sens d’y mettre un point final que dans le sens des romans arthuriens : lorsqu’il s’achève, la magie est anéantie, merveilles et horreurs ensemble, le Mal est extirpé du monde, non sans avoir causé de nombreux dégâts et la mort de certains des héros.

C’est un régal permanent, une œuvre généreuse à tout point de vue, dans laquelle le Bien et le Mal s’affrontent, au début sous des formes très reconnaissables (celle de la sorcière par exemple), pour s’opposer ensuite de manière plus subtile, les méchants pouvant connaître une rédemption inattendue et l’histoire retourner à sa source. Ce régal est aussi un festin par sa longueur et la variété de ses mets : le quatrième tome fait 680 pages ; la lecture est si addictive et fluide que ces pages défilent sans effort.

Le site de Pascale Quiviger, auteure à suivre, vaut le détour : cette plasticienne est aussi l’auteure de plusieurs textes et livres illustrés pour adultes qui ont obtenu des prix aux Canada.

 

 

 

 

Le Flocon

Le Flocon
Bertrand Santini, Laurent Gapaillard
Gallimard jeunesse, 2020

L’infini au creux de la main; le monde et le temps dans un album

Par Anne-marie Mercier

« Conte inspiré du recueil de Johannes Kepler, « L’étrenne ou la neige sexangulaire » (1610), dans lequel, après avoir badiné sur une offrande de presque rien pour un jour de nouvel an, Kepler traite de la structure du flocon de neige et de l’organisation du monde vivant, ce bel album, grand et étrange, au format atypique, marque par son ambition.
Le point de départ est le même : Kepler offre au roi « presque rien » : un flocon de neige, ce qui entraine la raillerie des courtisans. Faisant observer le flocon au roi à travers un télescope, il lui fait voir l’infini du monde et le néant de l’homme, créature parmi les autres et non roi de la Création, ce qui fait hurler les dévots et traditionalistes.
Le texte, en vers, est simple et alerte. Les illustrations, en tons de gris, sont au contraires très fouillées et sombres, sous la forme de gravures d’allure gothique. Elles présentent des architectures et des costumes de personnages typiques de l’époque, mais aussi des animaux de tous les continents, jusqu’à l’infini du cosmos et du temps, l’expansion de l’univers puis son effondrement. Elles sont souvent vertigineuses, proposant des points de vue étonnants et des perspectives infinies.
L’ensemble est superbe et donne à penser, à rêver peut-être ?

On découvre ici un autre aspect du talent de Bertrand Santini, et le magnifique travail de Laurent Gapaillard, l’excellent illustrateur des couvertures de La Passe-miroir,  du Yark, de la nouvelle édition du Prince Pipoque du très beau et du très bon!

L’Attrape-Malheur, tome 1 : Entre la meule et les couteaux

L’Attrape-Malheur, tome 1 : Entre la meule et les couteaux
Fabrice Hadjadj, illustrations de Tom Tirabosco
La Joie de lire, 2020

Sombre, très sombre

Par Anne-Marie Mercier

L’intrigue du roman tient à ce qu’est le personnage inventé par Fabrice Hadjadj : à lui tout seul il contient le cahier des charges du projet d’écriture. Un attrape-Malheur est un être que rien ne peut atteindre ni blesser directement. Inversement, il souffre à la place de ceux qu’il aime. La deuxième caractéristique fait le malheur du héros : après avoir compris qu’il pourrait mourir à leur place, ses deux parents font tout pour détruire l’amour qu’il a pour eux, pour son chien, pour une petite voisine… Se croyant trahi par tous, écrasé par la cruauté des êtres qui lui étaient les plus proches, l’enfant est recruté par un cirque ambulant. Il y développe la première caractéristique de sa nature : sous le nom de scène du « Môme même pas mal » il se produit sur la piste pour subir toute sorte d’avanies. Coupé en morceaux, jeté du haut d’une tour, noyé… rien ne l’atteint mais son cœur reste de glace, jusqu’à ce qu’il rencontre le regard d’une princesse…
Le récit est mené dans un univers médiéval sombre et cruel, dans un contexte de lutte entre différents rois (le môme en sera l’enjeu futur) et de sombres complots. La galerie de monstres du cirque est d’abord inquiétante avant de révéler des êtres qui peuvent être chaleureux (mais dont il faut tout de même se méfier). Quant au directeur du cirque, le mentor du jeune homme, il cache plus d’un secret.
Ce récit très sombre est éclairé par de beaux passages, souvent contemplatifs, comme celui-ci : « Jakob ne regarde pas les ponts mais au-dessus, dans le ciel bleu et blanc.  Des étourneaux se rassemblent pour migrer vers le sud. Ils forment une masse de points noirs qui se plie, se déplie, se replie sur elle-même, forme des volutes toujours neuves, se soulève et s’abat telle une vague en pointillé échappée de l’océan, libérée du littoral et de toute pesanteur. C’est un immense filet pour attraper les oiseaux qui s’est changé en un filet d’oiseaux qui attrape le ciel « . Les illustrations en noir et blanc (bois gravés, fusain ?) traitent l’histoire et les personnages de manière tout aussi contrastée, entre émerveillement et noirceur.
L’ensemble est très original et de plus en plus prenant. Si un héros sans affection peine à produire de l’empathie, Jakob devient au fil du roman une figure complexe et entraine le lecteur dans la confusion de ses sentiment.