Ce soir, je le fais, ce soir, je le quitte

Ce soir, je le fais, ce soir, je le quitte
Cathy Ytak
Rouergue, doado 2019

Une soirée pas comme les autres !

Maryse Vuillermet

 

Un titre accrocheur et double mais une exploration sensible et juste des tourments de l’adolescence.
La disposition des deux textes en recto-verso permet de suivre l’un,  Simon qui pense qu’il va faire l’amour pour la première fois avec Maline et l’autre,  Emma;  qui,  elle,  fait l’amour depuis quelques mois avec Loïc mais veut le quitter.
Et la même soirée est racontée alternativement par les deux jeunes, et bien entendu elle va réserver des surprises, les corps ont parfois leurs mots à dire.
C’est un monde adolescent assez rude, qui malgré ses airs de fête et d’amours assez libres noie dans l’alcool ses peines et ses désillusions. La fin est ambigüe et un peu inquiétante.

Colère d’amour, Ahmed Kalouaz

Colère d’amour
Ahmed Kalouaz
Rouergue 2019.

Aimer et détester à la fois

Par Maryse Vuillermet

Sa mère est partie, a quitté mari et enfant et Chloé n’arrive ni à l’accepter, ni à lui pardonner d’avoir brisé la famille. Elle refuse de la voir depuis dix mois.
Les points de vue de la mère et de la fille alternent et on comprend chacune, on comprend qu’on peut aimer et détester, aimer et ne pas céder. L’été, la mère part en randonnée, et la fille chez ses grands-parents mais le hasard fera peut être dévier le cours des choses.
Ce roman, dans sa justesse, fera certainement écho chez tous les enfants de parents divorcés et la difficulté du sujet n’enlève en rien la force poétique d’une prose irriguée d’images puissantes.

Prix Li&je BU Education 2017 – 2018

Prix BU Education SCD Lyon 1 / ESPE de l’Université Lyon1- PRALIJE

2017-2018

Prolongation des votes jusqu’au 4 mai !

Membres de PRALIJE (Pratiques de la littérature de jeunesse), nous souhaitons faire partager nos coups de cœur et faire découvrir des éditeurs, des auteurs, ou des styles nouveaux.

Pour cela, nous proposons aux usagers de la BU de voter sur une liste d’ouvrages de littérature de jeunesse et d’attribuer différents prix (il est possible de voter deux fois ou plus sur le même ouvrage). Le vote se fera jusqu’au 20 avril 2018 – Proclamation le 25 avril). Il y a 6 prix possibles à attribuer :

A-   Pour les petits
B-   Pour rire
C-   Pour rêver
D-   Pour l’aspect non-sexiste (prix Aspasie)
E-   Pour penser le monde
F-    Pour le graphisme et la mise en page

Albums et BD (petits éditeurs)

1 – Les Sauvages, Mélanie Rutten, MeMo, 2015
2 – Peut-être que le monde, Alain Serres, Chloé Fraser, Rue du monde, 2015
3 – Le Mensonge, Catherine Grive, Le Rouergue, 2016
4 – Les Ogres, Jean Gourounas, Rouergue, 2017
5 – Le Petit Bourreau de Montfleury, Marty Planchais, Sarbacane, 2016
6 – Te souviens-u de Wei ? Gwenaëlle Abolivier, Zaü, HongFei cultures, 2016
7 – Les Aventures de Dolores Wilson (hypnose au château), Mathis, Aurore Petit, Les fourmis rouges, 2014
8 – La Roue de Tarek, Mathilde Chèvre (bilingue : traduit en arabe par Georges Daaboul), Le Port A Jauni, 2014.
9 – Avril, le poisson rouge, Marjolaine Leray, Actes sud junior, 2013
10 – Nuage, Alice Brière-Haquet, Monica Barengo, Passe partout, 2016

Romans et romans graphiques

11 – Les Zarnaks, Julian Clary et David Roberts (ill.), ABC Melody, édition melokids plus, 2016
12 – A la poursuite du grand chien noir, Roddy Doyle, Chris Judge (ill.), Flammarion jeunesse (« « grand format »), 2015
13 – Théo, Chasseur de baignoires en Laponie, Pascal Prévot et Gaspard Sumère (ill.), Rouergue (“dacodac”), 2016
14 – Entre les lignes, Emmanuel Bourdier, Gallimard jeunesse (« folio junior »), 201 15 Vingt et une heure, Hélène Duffau, L’école des loisirs (« Médium »), 2015

Poésie

16 – Le livre des petits étonnements du sage Tao Li Fu, Jean-Pierre Siméon et Ming Meng, Cheyne (« Poèmes pour grandir »), 2016
17 – Les Moustiques, Maram al-Masri, Centre de création pour l’enfance (« Petit VA ! »), 2015
18 – Il y a, Jean-Claude Pirotte, Motus (« Pommes Pirates Papillons »), 2016

Théâtre

19 – Les Discours de Rose-Marie, Dominique Richard, Théâtrales Jeunesse, 2016
20 – Il était une deuxième fois, ouvrage collectif, éditions Espaces 34, 2015
21 – Souliers rouges, Aurélie Namur, Lansman (collection « Théâtre à vif), 2015
22 – Paris/Dakar Le grand voyage de petit Mouss, Lucie Depauw, Koïné éditions, 2016

Pour voter : https://clarolineconnect.univ-lyon1.fr/survey/survey/6744/answer/form

Histoire du chien qui avait une ombre d’enfant

Histoire du chien qui avait une ombre d’enfant
Hervé Walbecq
L’école des loisirs, 2015

Formules magiques[1]

par François Quet

Les pêcheurs de larmes « vivent au fond de nos yeux et sortent seulement quand on pleure » ; un soir, un étranger « avale une tempête » ; pendant la récréation, un groupe d’enfant joue à mélanger et échanger ses doigts ; un jour, les ongles décident de se révolter et d’envahir le corps des hommes qui se couvre d’écailles ; « mes cheveux parlent » (et se disputent).

Dans ce nouveau recueil de contes (après Histoires d’enfants à lire aux animaux, Histoires du loup qui habite dans ma chambre, Histoires de la maison qui voulait déménager), Hervé Walbecq réinvente le corps humain, partie après partie. On a l’impression que l’auteur s’inspire du binôme imaginatif de Gianni Rodari (Grammaire de l’imagination, réédité chez Rue du Monde) : on associe deux mots, par exemple troupeau et genou ou jardin et tête, postillons et multicolores, ride et vagabond, on agite dans tous les sens et on invente une histoire.

Les récits d’Hervé Walbecq sont à la fois farfelus et tendres. Comme les troupeaux de genoux, ils peuvent impressionner, mais « il ne faut pas avoir peur. Ils ne sont pas méchants. Ils ne font de mal à personne ». Ils nous laisseront un peu perdus, « c’est tout ». Un peu émerveillés, aussi. Un peu amusés. Enchantés.

On ne peut qu’encourager à la découverte du monde décalé de Walbecq. Le dépaysement incite à la rêverie et à la poésie. Et pourquoi pas, à l’écriture.

[1] Les rides de mon grand-père sont « comme des petites formules magiques pour comprendre sa vie » (p.72).

Mes vacances à Pétaouchnok

Mes vacances à Pétaouchnok
Olivier Pouteau
Le Rouergue, 2016

Marcello

Par François Quet

Au départ c’est une histoire policière : on est à la recherche d’une femme dont on n’a plus de nouvelles depuis des années. Il y a des rencontres, des interrogatoires, une sorte d’enquête, il y a un voyage Paris-Province et un retour vers le passé.  Mais tout le monde sait bien que, dans les bons romans policiers, l’objet de la quête, ce n’est pas tant le coupable ou le magot caché, que la connaissance de soi. Mes vacances à Pétaouchnok est justement un bon roman policier, c’est-à-dire que le héros, en pleine crise sentimentale et d’adolescence, fait un sacré plongeon qui lui fera découvrir quelques secrets de famille, oublier Léa et rencontrer Ève.

Reprenons. Le jeune héros n’est pas très en forme. Son grand-père est malade, sa copine vient de le plaquer et voilà que Richard, le meilleur ami de son père l’embarque dans une drôle d’aventure : retrouver son premier amour dont il vient de rêver qu’elle lui avait jeté un sort. Un mot de ce Richard : c’est manifestement un double du père mais un double inversé, un double de fantaisie ou de comédie, un être instable et farfelu, amusant parfois, lassant le plus souvent, assez fou en tout cas pour entraîner le jeune garçon dans un petit village de montagne près de l’Italie (« On est partis de Paris sur un coup de tête sans prévenir personne, juste pour retrouver son premier amour. Un truc comme ça pour mon père, c’est de la science-fiction ». p.120). La quête subit ainsi un premier déplacement parodique. Tout cela ne paraît pas très sérieux. Richard est un peu fou, la fille n’existe peut-être pas ou plus, les rencontres sont plutôt comiques.

Mais un jour, Richard disparaît et le père du narrateur apparaît. À ce moment, la quête prend un tour plus mélancolique. Le village est celui de l’enfance fraternelle des deux hommes : « On écoute les bruits de la montagne. Il y a un peu de vent. Autour de nous, les sapins grincent en se balançant » (p. 152). On comprendra peu à peu que ce retour au source est une odyssée réparatrice à des degrés divers pour chacun des personnages engagés dans l’aventure.

L’hommage final à la comédie italienne des années 70 donne une autre couleur à ce roman à la fois léger et doux-amer. En reconnaissant sa dette à la drôlerie parfois un peu triste des films de Dino Risi ou de Luigi Comencini, Olivier Pouteau, par la seule évocation de Marcello Mastroianni, ressuscite un cinéma et un monde disparus. Le jeu excessif de Richard, la silhouette de Cruella, la beauté pure d’Ève, le retour mélancolique des quadragénaires vers leur jeunesse : pas de doute, derrière ces montagnes, il y a l’Italie d’Amarcord.

Noirs et Blancs

Noirs et Blancs
David McKee
Traduit (anglais) par Christine Mayer
Gallimard jeunesse (l’heure des histoires),2016

Guerre ethnique

Par Anne-Marie Mercier

noirs-et-blancsDans le vaste champ des albums sur la tolérance comme acceptation de l’autre et de la différence, cette petite fable mérite d’être signalée même si elle est déjà bien connue. La plupart des autres, comme le fameux Elmer du même auteur, font croire que tout s’arrange à la fin et que le monde est habitable, avec de la bonne volonté et de la chance. C’est une plus cruelle image que propose David McKee.

Les éléphants à l’origine étaient noirs ou blancs et se haïssaient au point de se faire une guerre qui conduisit à l’extinction de l’espèce. Des années plus tard, les descendants de quelques individus pacifiques qui s’étaient réfugiés loin des combats apparaissent, gris.

L’histoire pourrait s’arrêter là et être un message d’espoir fondé sur un métissage mettant fin aux discriminations raciales, mais non : les éléphants gris se divisent en éléphants à petites oreilles et à grandes oreilles… La « distinction » est le moteur permanent des conflits. L’humour et la beauté des images, comme l’accent mis sur le schématisme de la fable, en font néanmoins un album heureux : merveille de l’art.

Je vous écrirai

Je vous écrirai  
Paule du Bouchet
Gallimard, scripto, 2013

Romanesque !

Par Maryse Vuillermet

je vosu écriria imageMalia, l’héroïne, dix-sept ans, commence des études de philosophie à Paris. Elle loge avec  son amie d’enfance, Gisèle, étudiante en théâtre. Nous sommes en 1955. La mère de Malia est l’ancienne bonne de la tante de Gisèle, les deux jeunes filles ont grandi ensemble. Son père,  Mattéo,  est un saltimbanque, il montre des animaux dressés dans les fêtes de village. Elle a aussi un demi-frère. Un milieu très modeste et très frustre, sans culture et sans manières.

Malia, à Paris,  trouve un emploi de baby-sitting chez une famille d’intellectuels, elle garde leurs enfants. Sa mère lui a fait promettre d’écrire ;  une correspondance intense s’installe entre la mère et la fille, les lettres de Malia sont sensibles,  remplies de ses découvertes et enthousiasmes,  celles de sa mère sont pleines de considérations les plus terre à terre,  de peur, de recommandations,  de reproches,  et le tout,  dans un français vraiment maladroit. Malia,  parfois,  voudrait s’éloigner de cette mère envahissante et trop aimante, elle en a honte bien souvent.

A Paris, grâce à Gisèle, Malia découvre le monde du théâtre, elle joue dans une pièce de Tchekhov,  elle va au cinéma et rencontre un metteur en scène plus âgé qu’elle,  avec qui elle noue une relation affectueuse et tendre.

Le père de Malia tombe malade et meurt,  sans avoir pu lui révéler un secret. Sa mère sombre dans la dépression et la folie. Quel est le secret qui les ronge ?

Un beau roman sur la filiation, la honte de classe, la jeunesse et ses enthousiasmes, la culture des années 60 à Paris…

 

Le banc

Le banc
Sandrine Kao
Syros, 2013,(Coll. tempo)

Racisme ordinaire sur un banc

Par Maryse Vuillermet

le banc imageAlex, le héros et narrateur de cette histoire,  mange seul sur un banc du parc parce qu’il habite trop loin et que sa mère ne peut lui payer ni la cantine, ni le bus. Un jour,  sur son banc habituel, il   découvre des insultes racistes, Alex, tronche de Nem, Alex bol de riz. Il a honte et les efface rapidement mais, alors qu’elle l’accompagne pour lui raconter ses problèmes, il les montre à Sybille,  une fille de sa classe, qu’il trouve pourtant un peu collante.  Elle décide de mener l’enquête.

Alex a quelques amis, tous  différents,  comme lui,  mais il sent mal aimé par les autres élèves de sa classe. De plus,  son père les a quittés pour retourner à Taïwan, le  laissant avec sa mère  dans une grande précarité. Et puis, un typhon sévit à Taïwan,  alors,  sans exactement comprendre pourquoi,  Alex lance  à la cantonade que son père est mort. Soudain, tout le monde s’intéresse à lui, il devient visible.

 Mais sur le banc,  l’inscription  qui l’attend est Menteur. Comment Alex va-t-il se sortir de cette situation ? Qui est l’auteur de ces inscriptions bêtes et racistes ?

  Un très joli roman sur les troubles  et les difficultés de l’adolescence redoublés ici par le complexe d’infériorité et le malaise dus à  l’origine chinoise.

 


 

Notre nom est une île

Notre nom est une île
Jeanne Benameur
Bruno Doucey, 2011

Poèmes à fleur de parole

Par Dominique Perrin

notre Publier de la poésie au début du 21e siècle suppose une vision forte de sa capacité d’insertion dans l’existence réelle des contemporains. Bruno Doucey rappelle ici, en préambule à une nouvelle collection baptisée « Embrasures », le parcours de Jeanne Benameur de la poésie au roman – à la poésie. Les mots sont passés ici à un tamis à la fois si large – ce sont essentiellement des mots et une syntaxe « communs » qu’il met au jour – et si exigeant, qu’il est bon que leur succède, à l’autre extrémité du recueil, un poème-essai assumé comme tel sous le titre « L’exil est un lien ». Entre ces deux bords, les poèmes de Jeanne Benameur sont à la fois galets francs à la main et éclats miroitants. Droiture, solitude et ouverture en actes, son souffle d’écrivaine est là. C’est l’une des indéfiniment possibles formes de la limite nommée poésie, volontiers écrite au « nous », arpentée sur les hauts plateaux blancs de pages qui semblent immenses au-delà de leur petit format.

La nuit des mis bémols

La nuit des mis bémols 
Manuela Drager

L’école des loisirs (« Medium »),  2012

Univers très fantaisiste

                                                                          Par Maryse Vuillermet

Voici le dixième livre de Manuela Drager où Bobby Potemkine, le personnage central de cette histoire étrange et poétique, mène une enquête farfelue dans un monde où tous les personnages, qu’ils soient humains, animaux ou végétaux, ont une  vie propre,  selon une logique qui pourrait nous échapper.

Cette fois, Bobby est assis au bord du quai, observant les icebergs qui dérivent quand un  corbeau transparent, Jean Gouanodon,  l’alerte sur une étrange affaire de clafoutis rebelle. Le gâteau s’agite et mordille, affectueusement certes, toute personne souhaitant le déguster.  Bobby est également troublé par la ravissante Lili Nebraska, qui peine à jouer sa Cantate golde depuis que tous les mis bémols ont disparu, et par Lalika Gul qui confectionne  des gâteaux délicieux. Billy lui-même vit  un terrible problème,  le temps lui échappe, le jour et la nuit se succèdent  toutes les heures, il ne peut les retenir.

Au début, quand on s’embarque dans cet univers, on cherche une logique, et on attend d’avoir parcouru une dizaine de pages,   pour se dire que non, il n’y a aucune logique, on navigue dans un univers parallèle, personnel, loufoque, gentil, affectueux, original et l’enquête n’est qu’un prétexte pour se poser des questions : Rêve-t-il ? Les pluies de météorite et le défilé des icebergs sont-ils un message d’alerte pour nous annoncer des dérèglements climatiques majeurs, ou ne sont-ils là que pour leur étrange beauté ? Les amours  de Bobby et de Lilli à l’odeur envoutante de savonnette au gingembre seront-ils récompensés ?  Je crois qu’il faut accepter ces énigmes non résolues.

Si on entre, on laisse sa rationalité à la porte. Ce livre peut s’adresser à de jeunes lecteurs  amateurs  de loufoque et de fantaisie.