Confucius. Toute une vie

Confucius. Toute une vie
Chun-Liang-Yeh, Clémence Pollet
HongFei, 2018

Vie d’un philosophe, philosophie de la vie

Par Anne-Marie Mercier

Comme le titre l’indique, c’est bien la vie du sage chinois qui nous est racontée, déroulée de sa naissance à sa mort et fixée dans une chronologie à la fois chinoise (l’époque qui précède celle des Royaumes combattants) et mondiale (on apprend en fin de volume qu’il est né peu après Siddhârta (Bouddha), et mort peu avant la naissance de Socrate. Mais bien entendu, cette vie est aussi un parcours de la pensée : plusieurs épisodes montrent Confucius faisant des choix, répondant à des questions, évoluant. On est très loin d’une volonté d’héroïser ou de sublimer la vie du philosophe ; il est présenté comme un homme ordinaire, agissant, réfléchissant, lisant, conversant avec ses semblables.
L’histoire est portée par les belles images de Clémence Pollet, de type sérigraphique en quatre tons, très lumineuses. Elles inscrivent ce parcours dans la nature et insistent sur son aspect itinérant et son inscription dans le contact avec ses semblables (une quadruple page centrale montre un village bordé par une rivière où chacun vaque à ses occupations, contemple, passe…).
Les dernières pages proposent un texte faisant le point sur le personnage de Confucius et sa pensée aujourd’hui, son rapport à la tradition, à la liberté, à l’égalité, à la fraternité, à la sagesse et à la religion. C’est bref et clair et cela a aussi le mérite de souligner les différences de mentalité entre les cultures chinoises et françaises pour indiquer qu’il faut aller un peu plus loin si l’on veut vraiment comprendre. C’est une initiation ; elle se présente comme telle.
Pour la découvrir en musique...

Mon cher Victor Hugo

Mon cher Victor Hugo
Chantal Brière
Bulles de savon, 2016

Ecrire à Victor Hugo…

Par Christine Moulin

Les éditions Bulle de savon ont conçu une collection originale : il s’agit pour l’auteur d'”écrire une lettre à l’une des icônes de la littérature, de la peinture, de la musique, voir ce que ce personnage nous dit aujourd’hui, le mettre en scène dans des petites fictions et l’imaginer revivre d’un coup” (1). A la lecture de cet extrait de la quatrième de couverture, on pressent la complexité de l’objet que va faire naître une telle feuille de route.
Spécialiste émérite de Victor Hugo, Chantal Brière a relevé le défi. Elle nous donne ainsi à lire un livre passionnant, dense, qui fournit toutes sortes d’informations sur Victor Hugo et évite les écueils habituels : par exemple, elle ne colporte pas les erreurs mille fois répétées sur le fameux “Chateaubriand ou rien”, elle ne fait pas de l’opposition à Napoléon III une hostilité personnelle due à une quelconque déception de n’avoir pas été nommé ministre, etc. Bref, cet ouvrage est riche et fiable.

Mais riche, il l’est sans doute, à cause du format même de la collection, un peu trop. Complexe, ce livre me semble compliqué pour un jeune public, auquel il est censé s’adresser. Sur le plan matériel, les diverses couleurs de pages peuvent certes servir de repères mais cela suffit-il à distinguer toutes les formes énonciatives qui se succèdent? Les pages blanches sont dévolues à la “lettre” que Chantal Brière est censée écrire à Victor Hugo. Mais cette lettre est interrompue par des citations hors contexte, écrites en gros caractères, et elle paraît parfois un peu artificielle, puisque l’auteur est obligée de rappeler à Hugo des éléments qu’il ne peut avoir oubliés ; au hasard: “Tout près habite une petite fille qui vient de temps à autre s’amuser avec vous dans les herbes folles” (p. 9) [Il s’agit d’Adèle, bien sûr, qui deviendra Madame Hugo] ou bien: “Léopoldine, Charles, François-Victor et Adèle, ce sont vos quatre enfants” (p. 63). Les pages jaunes laissent place à des récits dont Chantal Brière est la narratrice, récits mettant en scène Victor Hugo. Mais alors pourquoi les pages bleues et roses ont-elles la même fonction? Ces codes fluctuants ne sont pas éclairés par les jeux typographiques: certaines phrases sont écrites en gros caractères et en gras. Pourquoi?
A ces changements énonciatifs viennent s’ajouter des “pirouettes” chronologiques peu propices à la compréhension : juste après l’évocation de l’enfance de Hugo, par exemple, nous voilà propulsés en 1855, à Jersey. Cela se justifie puisque Hugo écrit alors le poème “Pepita” (sans que, d’ailleurs, la référence exacte en soit donnée: “Pepita” est un poème écrit en 1855, mais publié en 1877, dans L’art d’être grand-père…), poème lié à son voyage en Espagne de 1811. Pour des lecteurs qui ne sauraient pas pourquoi Hugo se retrouve à Jersey ni pourquoi l’Espagne est si importante pour comprendre son oeuvre, le détour est sans doute un peu rude. Ces allers et retours sont constants dans l’ouvrage, ce qui soutient l’intérêt, certes, mais ne favorise pas la mémorisation de la chronologie.
Enfin, encore une fois à cause du format de la collection, les informations sont toujours denses et souvent allusives.

Bref, pour un adulte qui connaît la vie et l’oeuvre de Victor Hugo, cet ouvrage est intéressant et plaisant, d’autant que Chantal Brière a une plume particulièrement élégante, qui semble avoir été influencée par son objet.
Mais pour les destinataires de l’ouvrage, la lecture est sans doute difficile. Par ailleurs, on regrette qu’il n’y ait ni références ni bibliographie: si cet ouvrage doit servir à bâtir un exposé, par exemple, c’est une lacune regrettable.

(1) Avant Victor Hugo, ont été mis à l’honneur Voltaire, Van Gogh et Mozart.

 

Robêêrt (Mêêmoires)

Robêêrt (Mêêmoires)
Jean-Luc Fromental
Hélium, 2017

La condition animale vue par Robêêrt (ou Mémoires d’un mouton)

Par Anne-Marie Mercier

« Mouton, en principe, ce n’est pas un métier. Pas comme chien. On peut être chien de chasse, chien d’avalanche, chien d’aveugle, de berger, de cirque, de traineau, chien des douanes ou chien policier, une multitude de carrières s’offre à vous quand vous êtes chien.
Mais mouton…
Certes, nous sommes utiles en tant qu’espèce : couvertures, chaussettes, cache-nez, vestes de tweed et pull douillets, tout ça vient de nous… Ce n’est pas pour rien qu’on appelle « moutons » les petits tas de poussières qui trainent sous les meubles des maisons mal tenues.
Déjà, sans me vanter, il est rare qu’un mouton ait un nom. Tout le monde ou presque a un nom, quand on y réfléchit. Les chiens et les chats ont des noms, les poissons rouges en ont, une tortue peut s’appeler Janine ou Esmeralda, même votre ours en peluche jouit d’un patronyme.
Mais les moutons… »

Sans se vanter, avec une belle simplicité, Robêêrt nous raconte son histoire : comment, simple agneau, il a appris à parler chien auprès de celui qui assurait la garde du troupeau, puis cheval, puis humain… comment il a appris divers métiers : d’abord chien de berger, avec un certain succès, mais dans une grande solitude (les moutons n’aiment pas que l’un de leurs pareils « monte » en hiérarchie et donne des ordres) ; puis animal domestique dans la “Grande Maison”, auprès de petites filles qui jouent avec lui, puis animal de compagnie d’un cheval de course un peu fou, et enfin chômeur en quête d’un travail à sa mesure (mais en dehors de la filière « laine-viande »…).
Au passage, on apprend beaucoup de choses sur le milieu hippique, les règles des courses et leurs coulisses : rencontres de propriétaires, jockeys, entrainements, déplacements en Angleterre ou ailleurs (Etats-Unis et Japon), sur la tricherie et les paris.

C’est très drôle, surtout à cause du petit ton sérieux utilisé par le narrateur pour raconter son histoire, et dans le détail de nombreux épisodes (comme le récit des techniques qu’il utilise pour calmer son cheval, et l’évocation des lectures qu’il lui fait – toutes sur le thème du cheval avec notamment la série des Flicka…). Les situations sont variées, c’est intéressant, avec un zeste d’aventure policière, un soupçon d’amour (tout le monde, chevaux et moutons, se marie à la fin), et une pointe de féminisme.
Les dialogues sont spirituels, tout comme le style qui emprunte souvent au thème lexical du mouton ou plus généralement de l’animal et ne craint pas de jouer avec les formes de l’autobiographie, comme dans le récit du voyage au Japon où concourent les chevaux :
« A l’arrivée à Tokyo nous étions déjà copains comme cochons. […] Je ne garde de cette nuit dans le « monde flottant », comme les poètes appelaient l’ancien Tokyo, qu’un souvenir très flou zébré d’images brutales, de la même matière que ces rêves qui vous secouent toute la nuit pour vous lâcher pantelant au réveil. Je me revois dans une rue bondée, stridente de bruits et de néons, j’entends des applaudissements, on crie sur notre passage, une forêt de smartphones se dresse, les flashes nous éclaboussent de leurs glorieux halos… »
Les jeunes lecteurs, que Robêêrt ne prend pas pour des agneaux de la dernière pluie, ne seront pas rebutés par le le style, tantôt original, tantôt recourant aux clichés, on peut en faire le pari : l’histoire de ce sympathique personnage les portera, comme son ton et son écriture.

Voir un  article dans Libération, par Frédérique Roussel, intitulé “Robêêrt, le vaillant petit mouton”, qui classe avec justesse ce roman dans les romans initiatiques.
On connaît bien les éditions Hélium pour leurs albums, on oublie parfois qu’ils ont aussi une belle collection de romans et de romans illustrés (ici par Thomas Baas).

 

Le Journal d’Aurore

Le Journal d’Aurore. Jamais contente, toujours fâchée
Marie Desplechin, Agnès Maupré
Rue de Sèvres, 2016

L’Ado en BD

Par Anne-Marie Mercier

Les amours (en général imaginaires et catastrophiques), la famille (bien réelle, dans laquelle la grande sœur en rébellion, la petite sœur parfaite et les grands parents compréhensifs supportent avec plus ou moins de philosophie les humeurs d’Aurore tandis que ses parents ont renoncé), le collège (pas pour le meilleur) et principalement les amies (qui elles aussi supportent avec plus ou moins de philosophie, etc.), on voit le quotidien d’une ado typique, prise entre prétention et mal-être, qui ne s’aime pas, mais se sent incomprise et injustement mal aimée par les autres.

Le journal suit le déroulement du calendrier, avec ses fêtes et ses rites ; il commence au jour des morts, se poursuit avec Noël, les vacances d’été, à nouveau l’automne… jusqu’au Brevet (Aurore redouble). La météo principale est celle des humeurs changeantes d’Aurore, tantôt pleine d’enthousiasme, tantôt abattue (souvent) : c’est un portrait aussi juste que celui de la version romanesque, mais comme elle un peu décalé par le fait que les téléphones portables n’existent pratiquement pas et les ordinateurs sont encore hors d’atteinte pour les adolescents; mais on peut dire en le lisant  : “peu importe l’outil, l’ado boude”…

Les images aux couleurs acidulées et les postures et mimiques données aux personnages, les angles de vue privilégiant la plongée, tout cela nous entraîne dans l’univers plombé d’Aurore, si plombé qu’il en est comique : une méthode pour aider les ados à se regarder avec une certaine distance ?

Sothik

Sothik
Marie Desplechin, Sothik Hok
Illustré par Tian

L’école des loisirs, 2016

Une enfance en enfer : Cambodge : 1975-1979

Par Anne-Marie Mercier

Marie Desplechin a rencontré Sothik Hok lors d’un voyage au Cambodge où elle aidait une association pour le développement de la lecture, Sipar. Sothik Hok lui a dit « avoir beaucoup de choses à raconter », mais « pas le temps de l’écrire », alors elle lui a proposé d’être sa plume, et il a raconté son enfance : né en 1967, dans un village, fils de parents sino-cambodgiens, il avait environ 8 ans quand les Khmers rouges ont commencé à contrôler le pays. Leur installation est racontée progressivement, dans un récit qui suit l’ordre chronologique, de même que leur chute quatre ans plus tard, avec les règlements de compte, les impunités, les retrouvailles aussi de ceux qui s’étaient perdus de vue pendant des années : familles séparés, personnes déportées, exécutions, enfants en camps de travail… La survie de Sothik et de sa famille est due à la présence d’esprit de son père, qui s’est débarrasse immédiatement de tous ses maigres biens pour vivre comme un paysan, et à la détermination de sa mère, à la solidarité de quelques-uns, à l’entraide à l’intérieur de tout petits groupes comme la troupe d’enfants à laquelle il appartient, chargée de travailler aux rizières ou chasser les rats, tuer les serpents.

Le récit de Sothik, raconté à la première personne, est pudique mais franc : il n’élude pas la dissolution des liens amicaux et familiaux, l’envie de faire plaisir aux chefs, le dédoublement qu’il vit en permanence, tantôt bon petit révolutionnaire, tantôt critique. La vie quotidienne, faite de travail et de privations est décrite précisément à travers les gestes, les objets, les vêtement… tandis que le durcissement progressif du régime décime encore plus les rangs, ceux des enfants comme ceux des adultes.

Allez donc voir le site de Sipar, association dont s’occupe Sothik, un beau travail dans un pays qui se reconstruit, où 9 enseignants sur 10 ont disparu dans les années de l’Angkar, assassinés ou morts de faim et d’épuisement.

Gabo. Gabriel Garcia Màrquez,

Gabo. Gabriel Garcia Màrquez, mémoires d’une vie magique
Oscar Pantoja, Miguel Bustos, Felipe Camargo, Tatiana Cordoba
Sarbacane, 2016

Par Anne-Marie Mercier

Comment écrire la biographie d’un romancier, surtout lorsqu’il s’agit de Gabriel Garcia Màrquez, sans tomber dans le récit d’anecdotes, de moments de vie dont on ne sait s’ils ont un rapport réel avec l’œuvre qui est ce qui importe au premier chef ? Et comment transcrire cela en images, en bande dessinée, sans rester à la surface ?

Les auteurs ont réussi le pari qui consiste à partir de la création pour retracer l’enfance : on commence par l’illumination de Garcia Màrquez qui saisit le fil de son inspiration première, celle qui tourne autour d’une figure d’ancêtre, le fameux colonel Aureliano Buendia, pivot du récit de ses premières années. La deuxième partie retrace les années d’étude, les débuts de la carrière littéraire en rupture avec les désirs de sa famille, la vie difficile et désargentée, les piges de journaliste, l’amour, les amis, les voyages, les débuts de la reconnaissance. La troisième partie le montre journaliste à Cuba pendant la révolution, puis aux Etats-Unis au Mexique. L’auteur traverse l’histoire mouvementée de l’Amérique latine de son temps, est souvent en fuite, et toujours en proie aux doutes et à la difficulté de publier ses livres. Enfin les dernières parties montrent la consécration, le succès de Cent ans de solitude, le prix Nobel, les traductions dans tous les continents, un succès planétaire.

Une vie d’écrivain, c’est cela : une plongée à la source de ses œuvres, les rencontres, les paysages, les amitiés, et l’importance de l’entourage, ici la figure de la femme de sa vie qui le soutient, patiente, partage, endure. C’est aussi la fréquentation d’autres œuvres d’autres auteurs (Kafka, Juan Rulfo, Steinbeck…), le danger, la précarité, le monde de l’édition et du journalisme. Les images ajoutent aux faits la dimension rêveuse qui fait le charme des romans de Garcia Màrquez, un mélange de temps et d’espaces qui se superposent.