Le Célèbre Catalogue Walker et Down 

Le Célèbre Catalogue Walker et Down : comment nous sommes devenus riches avec trois dollars
Davide Morosinotto
Traduit (italien) par Marc Lesage
L’école des loisirs, 2018

Du Bayou à la ville, aventures de sympathiques garnements

Par Anne-Marie Mercier

Roman de formation, road trip, roman policier, aventures de bande, découverte des USA du sud au nord… Ce roman fleuve – qui mérite doublement ce titre vu que les héros partent du Bayou puis remontent le Mississippi jusqu’à Chicago –, est un mélange de tout cela, à quoi on pourrait ajouter le roman populaire, avec ses mystères, ses ombres et lumières, ses orphelins et ses maisons de correction, le roman picaresque avec ses rebondissements, ses personnages louches et ses innocents, ses coïncidences, etc.

Le principe est original : dans la première moitié du roman, les jeunes héros du bayou font diverses découvertes jalonnées par des pages du fameux catalogue mythique (des planches en noir et blanc sont reproduites : hameçon, poêle, portefeuille, revolver, montre…) Trouvant par hasard quelques sous, les quatre copains passent commande d’un revolver. Le hasard d’une erreur d’expédition leur fait recevoir une montre cassée dont ils découvriront que  les dirigeants du catalogue veulent à tout prix la récupérer. Elle  les place en travers du chemin d’un individu dangereux auquel ils échappent de justesse. Ils prennent la route, « montent » à la grande ville avec tous les moyens de transports possibles à l’époque (on est au temps des bateaux à aube, celui de Tom Sawyer et Huck Finn) pour réclamer ce qu’ils croient être une récompense. Ils font  au long du chemin toutes sortes de rencontres (surtout des « mauvaises rencontres ») et finissent par se faire détectives dans une sombre histoire de meurtre et de spoliation.
Héros improbables, un peu handicapé pour l’un, bien cabossée de la vie pour l’autre, un troisième qui ne doute de rien, un quatrième qui se croit un don de chaman du bayou, ils ont une solidarité amicale à toute épreuve, un sens de la débrouillardise exceptionnel, des talents de bricoleurs, beaucoup d’humour, un sale caractère, et ils s’amusent beaucoup tout au long de cette aventure. Et nous aussi !

L’île aux panthères, La presqu’île empoisonnée

Les Jaxon, t. 2: La presqu’île empoisonnée
Guillaume Le Cornec
Editions du Rocher, 2017

Les Jaxon, t. 1: L’île aux panthères
Guillaume Le Cornec
Editions du Rocher, 2017

Comment décoiffer le club des cinq

Par Christine Moulin

La quatrième de couverture de l’opus 1 l’indique clairement: « Signant le renouveau du polar de clan, en version 2.0, L’île aux panthères jette cinq adolescents au destin singulier dans les sous-sols obscurs d’un monde contemporain dangereux et réaliste ». De fait, ce roman, tout comme le second, met en scène une bande de collégiens dotés de pouvoirs extraordinaires mais pas surnaturels (l’un est un hacker surdoué, l’autre est hypermnésique, etc.). Et elle les plonge dans des complots qui leur font affronter la mafia calabraise, les Triades chinoises, des trafiquants en tout genre, des  spéculateurs immobiliers, j’en passe et des meilleurs.

Le premier tome se déroule à Nantes, le deuxième à Lyon : les deux villes sont mises à l’honneur et jouent un grand rôle dans l’intrigue. Pour ceux qui les connaissent bien, il est très réjouissant de voir comment l’auteur en fait le cadre de luttes souterraines et impitoyables. D’une manière générale, les deux histoires sont en prise directe avec le réel et évoquent, sans faux semblant et avec une grande précision, nombre de problèmes politiques contemporains (notamment l’environnement: le désherbant Cleanfields, au cœur du problème à résoudre dans La Presqu’île empoisonnée, cache mal sa ressemblance avec le Roundup, par exemple). Cela dit, ces deux romans restent des romans car nos cinq héros, malgré leur âge, accomplissent des exploits que ne renierait pas un agent aguerri du FBI et la vraisemblance est sans cesse oubliée: l’une des héroïnes n’est-elle pas engagée dans un combat « visant à abattre le système de prédation financière et écologique imposé par certaines multinationales »? Et en gros, elle revient pour le goûter…

L’invraisemblance ne touche pas, toutefois, les relations entre les membre du groupe qui sont finement décrites et ressemblent, finalement, à ce que vivent des jeunes « normaux ». Ce qui fait qu’on s’attache aux héros et que la lecture est très agréable, voire, par moments, addictive, du moins celle du tome 2 car l’intrigue du premier ouvrage est un peu embrouillée.
Mais surtout, surtout, c’est le style qui est remarquable (là encore, sans doute plus nettement dans le second opus): il y a de l’humour, beaucoup d’humour, fondé notamment sur des formules surprenantes (exemple: « Xavier l’attendait porte ouverte avec, sur le visage, un air qu’Oscar ne lui avait jamais vu. Une boule de papier journal chiffonnée qui essaierait de sourire était ce qui s’en rapprochait le plus »). Mais il y  aussi des descriptions fortes et frappantes, comme dans cette évocation de Lyon: « Et autour de tout ça, la main invisible et puissante de l’argent toxique et l’énergie brute des quartiers sous pression dont la rage pulsait dans la ville comme des vibrations sorties d’un caisson de basses. Lyon était opulente, baroque, géniale, vulgaire, industrieuse, moderne, expansive, gourmande, explosive et dangereuse ».  Il y a souvent, enfin, des passages d’écriture quasi fragmentaire particulièrement bien venus: « Lucas avait appris cette histoire par hasard – porte mal fermée, mère tourmentée « ce n’est pas cet homme que j’ai épousé », lui réveillé… ».

Bref, si l’auteur s’en était tenu au premier volume, on aurait pu penser qu’il s’était contenté de revisiter (avec talent) le club des cinq, en ciblant, il est vrai, un lectorat plus âgé. Mais le deuxième volume, à l’intrigue épurée, séduit par son rythme et par son écriture et acquiert une tout autre dimension : vivement la parution des Jaxon 3!

Chasse à l’ange

Chasse à l’ange
 Ingelin Røssland
Rouergue, 2014

Policier nordique

Par Christine Moulin

413t+cst1YL._SL160_Le titre et l’incipit font d’abord croire à un roman fantastique. Mais très vite, apparaissent cadavres, meurtres et complots. Enfin, très vite… C’est à un policier qu’on a affaire, mais à un policier norvégien, embourbé dans la pluie et un froid à la Millenium: on s’y déplace plus souvent en bateau qu’en voiture, le nœud de l’intrigue se noue sur une île, on consomme de la poudre de tabac en la mettant sur sa langue (entre autres poudres…), on y boit plus que de raison, on y mange des boulettes de viande à la confiture d’airelles et de la gelée à la menthe, et les o sont des ø. A la tête de l’enquête, une jeune journaliste : c’est sans doute son âge qui a permis à ce roman de figurer dans la catégorie « jeunesse » (que fait-elle, en revanche, à 17 ans, à un poste de reporter dans un journal, certes local, mais dans un journal, quand même?). La lenteur de l’ensemble, certaines scènes de sexe ou de violence, la vision déjà désabusée du monde que traîne le personnage, auraient tout aussi bien pu pousser ce livre vers le rayonnage « adultes » (d’ailleurs, aucune mention de LA loi de 1949).

Engel, donc, s’obstine à fouiller dans un ancien fait divers qui met en cause une association d’aide au drogués. Mais finalement, ce n’est pas cela l’important: on se prend bien davantage à apprécier la galerie de personnages secondaires qui gravitent autour de l’héroïne, on s’intéresse à ses relations familiales compliquées, à ses démêlés sentimentaux, à ses peines d’amitié, on se laisse prendre au rythme liquide et hypnotique d’une histoire qui avance par petites touches, sans avoir l’air de rien raconter d’essentiel. On songe à la narration dépressive d’un Mankell. Ce qui, finalement, ne serait pas un mince compliment si le cœur de l’intrigue avait plus de consistance.

Un écrivain dans le jardin

Un écrivain dans le jardin
Roland Fuentès
Syros, Tempo, 2013 

Le quotidien de l’écrivain sous le regard des enfants 

Par Maryse Vuillermet

9782748513738_COLOun écrivain dans le jardin image Après  avoir connu l’aventure d’un salon du livre dans  Un écrivain à la maison,  Gérald,  Chardon et Tomate ont la joie de voir arriver dans leur petite ville,  l’écrivain Christian Rivage,  qui s’y installe pour les beaux yeux de Marthe.  Mais les jeunes découvrent une statuette sûrement romaine dans le jardin de la grand-mère de Tomate. Tout de suite, l’écrivain,  inscrit aux amis du vieux Saint-Cloque,  veut fouiller le jardin pour y retrouver des vestiges anciens. Mais dès qu’il a contacté les archéologues, et réuni les fonds, il subit d’étranges attaques, lettre anonyme, courrier  déchiré et mis en pièces. Qui est ce mystérieux ennemi ?   Les enfants enquêtent, font le guet, et repèrent rapidement trois suspects.

Un petit roman assez drôle, enlevé, où le personnage de l’écrivain,  sous le regard des enfants devient un être à part, avec ses petites manies, mais plus sérieusement aussi,  ses méthodes de travail, ses recherches, ses classements, ses centres d’intérêt, bref sa passion. C’est avec pas mal d’autodérision que Fuentès dresse  ainsi en filigrane son autoportrait, ou,  en tout cas,  le portrait de l’écrivain jeunesse, type.  Il s’amuse aussi à critiquer certains genres à la mode, comme le roman de vampires.

On assise aussi au début d’un roman, à la naissance de l’intrigue à partir  des événements  vécus  par l’auteur. Ce roman  montre aussi la complexité des humains, personne n’est blanc ou noir et le coupable ne sera,  bien-sûr, comme dans les romans policiers pour grands,  pas celui qu’on attendait.

Princesse des os

Princesse des os
Charlotte Bousquet
Gulf Stream, 2010

Rome   est une ville comme les autres

Par Maryse Vuillermet

princesse des os imageEnfin une Rome antique vivante, dépoussiérée, puante (comme Paris dans Le  Parfum de Süskind),  et très dangereuse.  Le crime organisé, ou crapuleux,  sévit à tous les étages de la société. La superstition, la corruption  et les pratiques de magie et de sorcellerie sont utilisés par pauvres et riches.  Les rumeurs circulent, les réputations se  font et se défont.

 En plus d’être un bon policier avec un suspens assez bien ménagé,  ce roman est une formidable leçon d’Histoire, sur les premiers chrétiens,  les gladiateurs, les paris tenus sur les courses et les combats, les esclaves,  le quotidien des Romains, leur repas, leurs vêtements, leurs pratiques religieuses, leurs commerces, …

L’héroïne,  Lucretia,  orpheline de père, maltraitée par son beau-père et sa mère,   qui veulent la marier sans son consentement, cherche qui a enlevé un petit garçon de sa maison,  son seul ami.  Aidée de ses deux esclaves, une jeune Syrienne et un ancien  gladiateur mauritanien, elle parcourt la ville, ses  bas-fonds,  armée de son intelligence et de son  courage.

La Cérémonie d’hiver

La Cérémonie d’hiver
Elise Fontenaille

Rouergue (doAdo noir), 2010

Quand liberté rime avec vengeance

par Sophie Genin

9782812601170.gif « Un texte qui cogne, écrit avec une rage cinglante. Les phrases pleuvent, courtes et drues, coupent, tranchent, affûtées et aiguës. Et racontent une histoire fascinante, aux confins du fantastique, mêlant légende et réalité très contemporaine.  » (Michel Abescat, Télérama n°3144, avril 2010).

Contrairement à Chasseur d’orages, Maryse (voir la notice de Maryse dans ce blog), ce court roman hésitant volontairement entre conte fantastique et récit policier, ne « dégouline pas de bons sentiments » !En effet, nous suivons, dans Vancouver juste avant les Jeux Olympiques, Eden, jeune indienne de la tribu Haïda, et Sky, l’aigle tueuse qu’elle a élevée, dans une course à la vengeance. Comme dans Chasseur d’orages, la relation avec la grand-mère, cette fois-ci, est fusionnelle et plus que forte, vitale et lorsque cette dernière meurt en prison à cause d’un point levé contre la destruction de son « chez elle » pour faire place aux J.O., sa petite-fille voit noir et gagne sa liberté au prix de la vie d’autrui.

Le récit laisse sans voix et la fin est à la hauteur du reste, tout en force et en finesse ! 

 

 

Il va venir

Il va venir
Marcus Malte

Syros (souris noire) (2005), 2011

Attendre le pire

Par Anne-Marie Mercier

 Sous ce titre énigmatique qui évoque une rédemption ou une attente heureuse, se cache un roman d’angoisse. C’est aussi un roman de neige et de solitude. Celle du jeune narrateur est profonde mais l’expérience qu’il vit lui montre qu’on peut toujours tomber plus bas encore. L’adolescent vit avec une vieille femme qui attend désespèremment le retour d’un fils, ce n’est pas le fils qui vient, mais un inconnu… L’écriture de Marcus Malte est belle et efficace.

 La collection souris noire qui avait publié ce roman en 2005 le republie sous sa nouvelle maquette. Ce changement d’apparence fait que la collection n’évoque plus dorénavant la collection « noire » adulte. C’est un peu dommage, même si l’image de couverture est belle (signée J. Meyer Bisch)… au fait, on a l’impression de l’avoir vue quelque part…

 

 

 

 

Akéron, le royaume des sept cercles

Akéron, le royaume des sept cercles
Gilles Tourman

Seuil (Karactère(s)),  2009

Jeux dangereux

par Anne-Marie Mercier

akeron.jpg   Ce premier roman de Gilles Tourman a eu peu d’écho à sa sortie et c’est dommage. Non seulement il a tous les éléments qui peuvent accrocher un lecteur ou une lectrice adolescents, mais aussi il aborde des thèmes intéressants et actuels : le danger des blogs et de l’addiction aux jeux vidéos, les stratégies des entreprises commerciales qui les développent. On a donc ici un mélange fort et original : un roman qui se passe au cœur d’un jeu vidéo sans être pour autant un récit fantastique.

Le héros sur lequel l’histoire est le plus souvent focalisée est un adolescent « normal », c’est à dire plus passionné par ses jeux que par ses études. Par ailleurs, il essaie de savoir comment sa mère est morte, persuadé qu’il y a quelque chose de louche dans l’accident dont elle a été la victime. C’est donc une intrigue policière qui conduit le récit, et le héros est aidé par une commandante de Police très informée sur le commerce des jeux et les inquiétudes qu’ils suscitent tant au niveau national qu’international : elle semble être un « avatar » de l’auteur, qui fait le même métier dans le même grade (d’après la fiche de presse). Un autre personnage intéressant est celui de la jeune fille qui donne des cours particuliers de français au héros et est en train d’écrire un mémoire de master en socio-anthropologie sur les accros au jeu.

Le récit est plein de rebondissements et de suspens, les relations entre  le héros, Greg, et son  frère aîné sont intéressantes, avec une rivalité qui se redouble dans l’espace du jeu. Les étapes du jeu dans lequel le héros progresse jusqu’à trouver une réponse à toutes ses questions sont autant de paliers et d’épisodes fort bien décrits. Le personnage qui tire les ficelles de tout cela (et tue à l’occasion) depuis son bureau de Corée est un « nolife » (personne qui ne vit que pour son travail ou sa passion) certes un peu caricatural (encore que…) mais son ambition et son désir de pouvoir et de vengeance en font un personnage plus complexe et plus inquiétant encore, une vraie figure de « méchant » moderne.

Les parents qui se demandent pourquoi les ados sont accros feraient bien de lire ce livre, il leur apprendra beaucoup. A tous il apportera un moment de lecture tout à fait passionnant.

NB : L’école des loisirs a publié un livre sur les créateurs des premiers jeux vidéos, fondateurs de quelques uns de ces empires techniques et financiers (prochaine chronique).

Le mystère de la tombe Gaylard

Le Mystère de la tombe Gaylard 
Marie-Claire Boucault

Syros, Souris Noire, 2010

Et Dagobert ?

par Christine Moulin

gaylard.jpg    L’idée était bonne et avait de quoi séduire les amateurs de brocante : le mérite indiscutable du roman de Marie-Claire Boucault est de faire partager et de bien analyser les émotions et les rêveries qui peuvent survenir à la vue de tel ou tel objet en vente aux Puces. Elle en a fait le point de départ de son récit : la narratrice déniche un album de photos et se laisse arrêter par celle d’une tombe. Elle décide de rendre l’album à la famille à laquelle il appartient.

L’intrigue ? Elle s’étire sur les 178 pages. Le mystère annoncé par le titre n’est, finalement, pas si mystérieux. On pense alors au Club des Cinq… Même suspens artificiellement entretenu, sage narration linéaire, psychologie artificielle : la narratrice, Sybille, a environ dix-sept ans mais l’auteur s’est soigneusement débarrassée de ses parents, divorcés. La mère passe le plus clair de son temps avec son nouveau compagnon, elle est journaliste de mode ; le père, lui, est un célèbre présentateur de télévision (métier dans lequel tous les jeunes lecteurs reconnaîtront, on s’en doute, celui de leur propre père et qui permet de lire des phrases qui laissent rêveur : « Je connaissais cet endroit [le bar de l’hôtel-restaurant Le Lutèce !], assez couru des journalistes, pour y prendre souvent un brunch avec mon père » …). Sybille vit donc pratiquement seule dans un appartement parisien (no  comment…). Ses semaines au lycée ne sont jamais racontées. Pas une seule amie aux environs (à cet âge !) mais des soupirants (trois en même temps !). Ses sentiments sont lourdement explicités, rarement suggérés, et on a du mal à comprendre l’intensité de son investissement dans une quête qui ne la concerne que de façon très lointaine (oui, bien sûr, on conçoit qu’elle veuille, enfant de divorcés, réparer des liens familiaux abîmés mais cela suffit-il à donner de l’épaisseur à cette enquête, somme toute assez vaine ?).

Quant à l’écriture, elle est transparente. Et encore, ce serait sans doute mieux si elle l’était vraiment : on assiste souvent au mélange irritant d’un argot censé être « djeun » et probablement déjà daté (kiffer, tifs, fumasse, etc.) et d’une syntaxe très plate, voire maladroite (ah ! les incises du genre : « souris-je »…).

Dans les histoires du Club des Cinq, au moins, il y avait Dagobert…